Gloire et Honneur - Archive


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.

Aller en bas 
AuteurMessage
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Dim 2 Nov - 0:53

Post précédent: La femme, le vieux et la fille de joie



Post n°18:
Yveresse.


Silène était, malgré sa faible corpulence, très souple et rapide, il avançait dans les ruelles du quartier mal famé très rapidement. Peut-être était-ce plus prudent avec les sales trognes qui trainaient dans les rues... La nuit n'arrangeait pas la situation...

Quand trouveraient-ils enfin cette maudite barraque ?

***


Quelques heures plus tôt.

Les trois jeunes hommes Yveresse, Paolo et Silène préparaient leur coup. Silène leur avait demandé leur aide, en effet l'agression qu'il avait subie n'était pas la première et d'autres prostituées de tous bords avaient été agressées, puis annexées à une organisation qui les utilisaient comme morceau de viande à jeter en pâture à des pervers affamés. La réputation prestigieuse de Port-Pergas n'attirait pas que du beau monde et la ville n'était point exempte de souillures malsaines diverses et variées. Les réseaux de prostitution avait commencé à se créer, tout d'abord ça n'avait été que des gros maquereaux que les prostituées avait réussie à mater. Puis était arrivé le Baron, un porc riche comme Crésus qui avait réussit à unir les maquereaux et les avait entrainé à créer un énorme réseau. Les clients affluaient de toutes les classes sociales et on parlait même de demande émanant de la cour du roi... Lucio était un des maquereaux réunit sous la bannière du Baron. Ils étaient une dizaine avec leurs hommes de mains à tenir dans une main de fer le réseau de Port-Pergas.

Personne, même eux n'avaient eu l'insigne honneur de contempler le visage du Baron. Celui-ci dirigeait de chez lui ses sous-fifres cependant il avait envoyé un homme de confiance, qui en l'absence du Baron dirigeait en secret le réseau, on le nommait Rico le Pourfendeur. A lui seul il avait tué près de vingts prostituées qui avait refusé de rentrer dans les rangs du réseau. A la base Lucio devait lui amener Silène qui, avec les rares "filles" libres, avaient mis en place une sorte de refuge.

C'était là où ils allaient...

***


Silène s'arrêta devant une porte en bois usée par les années. Il frappa deux fois, puis une, puis trois. Il était élégant avec les habits que lui avait fournit Paolo: une chemise simple, blanche; un pantalon en cuir et une paire de botte en cuir usée. Même vêtu de vieilles frusques il était d'une rare beauté.

"Qui est là?"dit une voix derrière la porte.

"Le fils de Sikeh, l'ange descend en enfer accompagné."répondit Silène.

Pour toute réponse la porte s'ouvrit, non sans bruit, un travesti se tenait derrière la porte et leur fit signe d'entrer. Il passèrent la porte.

"C'est qui lui?"demanda le travesti en brandissant une dague au cou d'Yveresse. Sa voix était rocailleuse et menaçante.

"Un ami, t'inquiète Tantine. Si il est des leurs alors je le suis aussi."expliqua Silène.

Le dénommé Tantine retira son couteau et leur fit signe de le suivre. Ils traversèrent la pièce rapidement, elle était vide et en ruine. Il s'arrêta devant une trappe au sol, souleva la poignée et découvrit un passage qui descendait. Silène fit signe à Yveresse de le suivre. Ils descendirent une escalier en pierre usée une faible lumière éclairant le bout du chemin. Arrivés dans la pièce du bas, ils se retrouvèrent dans une cave assez grande pour y entasser une quarantaine de personnes. Elle était éclairée par des lampes à huiles. Au sol, plusieurs couchettes étaient disposées partout avec des couettes. Quelques tables étaient disposées ci et là. Au fond étaient entassées victuailles et couchettes. A leur arrivée une dizaine de personnes se levèrent, manifestement intriguées par l'arrivée du saltimbanque.


"Bon Silène tu vas m'expliquer qui est ce gars?"demanda Tantine visiblement énervé.

"Les filles, je vous présente Yveresse. Il m'a sauvé la vie. J'étais à la merci de Lucio et ce beau jeune homme est venu me sauver la mise. Cette pourriture est morte ainsi que son molosse de Marcus. Yveresse va nous aider à s'occuper de ces pourris."expliqua le jeune homme,"je vais faire les présentations... Je te présente Tantine."

Il désigna le travesti. Il portait une robe violette d'un goût franchement discutable, une perruque rousse sale et maquillé de manière on ne peut plus vulgaire. Malgré les habits féminin, on ne pouvait se tromper sur son genre: sa musculature en disait long sur son passé, il avait dû être un homme d'action avant de changer de métier. Il semblait bourru et extrêmement protecteur mais il devait avoir un bon fond.

"C'est notre protecteur, il était chanteur avant que le Baron n'arrive. Il nous a protégé dans la cave de son cabaret avant que les gardes ne lui tombent dessus... C'est lui qui s'occupe des filles. Voici Séverine, notre dominatrice."

Il désigna une femme brune habillée d'un corset et de résille. Elle portait de longues bottes à talon et à sa ceinture un fouet et divers objets de tortures. Une beauté mais qui semblait avoir d'énorme penchant pour les sévices corporels.

"Adorable mais parle peu notre langue. Peut-être la plus dangereuse de toutes les filles de la ville. Ensuite voilà Sahara."

Ce fut le tour d'une magnifique femme à la peau couleur ébène. Ses formes étaient parfaites. Elle portait un costume fait de voiles couleur sable. Elle avait des yeux verts et une sublime chevelure blonde, fait étrange pour une fille de couleur car ils étaient naturels. D'elle émanait une aura de charme sensuel presque palpable invitant allègrement à des plaisirs exotiques.

"C'est notre cocktail exotique! Ensuite voici Dimitri et Manie."

Il montra deux petits jeunes. Le garçon et la fille devaient être du même âge à quelque chose près. Ils étaient plus jeunes que Silène mais de peu. Ils avaient un regard plein d'innocence et débordaient de l'aura de l'enfance, ce qui révolta Yveresse: comment pouvait-on faire subir ça à des gosses?!

"Ils sont frères et soeurs, orphelins. Les hommes du Baron les ont embarqués: la demande en jeune est forte surtout dans les classes aisées. C'est Shlikâ et Ebert qui nous les ont amenés."

Il désigna une personne parfaitement androgyne qui portait une sorte de robe de prêtre. Il avait un teint halé et de magnifiques yeux bleus. Ses longs cheveux lisses et bruns lui descendait jusqu'aux épaules. On ne pouvait définir son genre. Il émanait de lui une aura puissante et mystérieuse. L'autre qui devait être Ebert était un homme puissamment bâtit portant un ensemble de vêtements en cuir noir. Il portait des chaînes au niveau du bassin. Son torse était nu et excessivement poilu. Il portait une coiffure de cheveux coupés à ras une barbe fournie et des yeux d'un noir profond. Malgré ses préférences, il avait un regard dur et inflexible, il semblait jauger Yveresse comme Yveresse le jaugeait lui-même. Son corps tout en muscle était terminé par des mains qui semblait capable de briser du roc.

"Shlikâ est un étranger arrivé ici il y a quelques temps. Il est hermaphrodite et ne parle pas notre langue. D'après ce que j'ai compris il serait prêtre dans son pays. Il a été emmené de force à cause de son hermaphrodisme, certains cirques payeraient cher pour avoir quelqu'un comme lui apparemment."

Les dires de Silènes manquèrent de faire vomir le saltimbanque tant ce genre de comportement le révoltaient.

"Ebert lui est un ancien chasseur de prime, c'est un vieil ami de Tantine ils se sont connus sur les champs de batailles. Quand Tantine lui a demandé de l'aide pour nous protéger il a accouru. Enfin voici Mado la gitane et Arianne dite l'enchanteresse."

Mado était une élégante jeune femme rousse aux pupilles violettes. Sa belle chevelure flamboyante lui descendait aux fesses, elle portait une jupe au rouge délavé, une chemisette blanche toute simple mettant en valeur la beauté de ses traits de gitane. Elle s'amusait avec un paquet de carte et un poignard pendait à sa ceinture. Elle rappela à Yveresse la fougueuse Liana rencontrée quelques temps plus tôt. Arianne était élégamment vêtue d'une robe d'un bleu pastel vaporeux dont les manches pendait laissant voir ses bras d'une peau blanche. Elle avait une taille de guêpe et sa robe laissait entrevoir ses jambes d'une élégance infinie. Elle avait un visage doux orné de deux joyaux bleus qu'étaient ses yeux ensorceleurs. Sa coiffure d'un blond presque blanc et sa beauté irréelle étaient sans aucuns doute l'origine de son surnom.

"Et... euh? Qui est tu ma jolie?"demanda le prostitué en regardant une jeune fille qui était restée tout ce temps dans la pénombre.

"Je me nomme Arkana, je suis arrivée ici aujourd'hui j'ai réussie à m'enfuir de chez Garland, l'un des dix maquereau gérant le réseau de la ville."dit la jeune fille. Elle était jeune et était vêtue d'une robe simple et brune. Contrairement à toutes les autres personnes présente, elle était terriblement banale. Toutes ces personnes avaient quelque chose qui les rendaient uniques, elle non. Yveresse chassa cette pensée et se dit que ce n'était que des préjugés, chose qu'il considérait comme une abomination de l'esprit. S'efforçant de chasser cette impression de son être, quelque chose en lui lui intimait qu'elle n'était pas claire cette Arkana.

"Tu sais donc où se terre Garland?"interrogea Silène.

"Oui."dit la jeune femme.

Se tournant vers Yveresse, le prostitué lui sourit et dit:

"Je crois qu'on a notre prochaine cible."


Dernière édition par Yveresse le Dim 2 Nov - 14:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Dim 2 Nov - 2:18

Post n° 19:
Yveresse.


Yveresse suivait Arkana dans les rues des quartiers riches. Ils contrastaient avec les riches allées. Elle devait l'amener droit à Garland qui habitait l'une des magnifiques demeures du quartier riche de Port-Pergas. En plus de son influence importante dans les décisions se prenant au sein du réseau il était un riche notable. Un juge apparemment. Il était l'un des trois "Lieutenant" de Rico et Lucio était sous ses ordres. La jeune Arkana avait apparemment énormément de détail sur son geôlier, détails qu'elle disait être le "privilège de la couche". Etonnants les détails que pouvaient récolter les filles de joie sur les gens. Il s'était porté volontaire pour débarrasser les membres du "Refuge" de l'infâme Garland. Pour cela, ils avaient décidés ensemble que Arkana prétexterait son absence par une recherche d'un "gros billet", en l'occurrence le rôle serait porté par Yveresse. Pour l'occasion les filles avait travesti Yveresse en quelque chose de moins... gitan: désormais vêtu de la robe de prêtre de Shlikâ, il devait passer pour un prêtre en quête de plaisirs interdits.

Lorsqu'ils arrivèrent devant la somptueuse maison de Garland, Arkana regarda Yveresse et lui dit:

"Bon alors nous voilà chez le vieux Garland, fait pas tout rater d'accord?"

Elle tapa à la porte, un homme musclé lui ouvrit la porte. Il était élégamment habillé mais quelque chose en lui était malsain.

"Oh, la catin favorite de mon cher père! Tu sais que père se demandait où tu étais? Espèce de petite garce va!"dit l'homme en agrippant la prostituée par les cheveux et l'entrainant à l'intérieur,"tu vas voir ce que tu vas prendre ma belle, mais... oooh, mais c'est qu'elle nous a ramené un client, ça par exemple! Mais tout de même ton absence va mettre père dans un état de frustration intense... Va t'excuser!"lâcha t-il en jetant la jeune fille à l'intérieur,"Entrez monsieur, je vous en prie!"

Le fils de Garland accompagna Yveresse dans un salon où il lui proposa de boire un verre d'un alcool fin. Le saltimbanque déclina l'offre poliment en prétextant:

"Déjà ce que je vais faire ici est pécher, je ne tiens pas à aggraver mon cas."

Avec un sourire forcé le jeune homme déclara:"Bien sûr, je comprend... Bien parlons affaire: avez-vous le financement? comment avez-vous connus nos... "services"? Et enfin, quels genre de "produit" désirez-vous?"

"J'ai bien l'argent, mais la demoiselle m'a affirmé: Satisfait ou remboursé. C'est elle qui m'a parlé de cet endroit et enfin je ne désire que cette jeune femme pas une autre."déclara Yveresse.

Après un instant de silence son interlocuteur conclut:

"Hum, un client difficile, soit. Je vais vous faire conduire à votre chambre puis la jeune Arkana vous rejoindra."

Sur ces paroles, il claqua des mains et un monstre de muscle arriva, il intima deux mots au gorille qui inclina la tête, puis l'hôte prit congé.

"Suivez-moi." déclara la montagne. Il accompagna Yveresse à travers le dédale de chambre, en ouvrit une et pria Yveresse de rentrer. Ayant fait entrer le jeune saltimbanque il referma la porte. La chambre était simple mais semblait confortable, une fenêtre donnant sur la rue permettait de voir la lumière du jour se levant. Il se posa devant la fenêtre et se perdit dans ses pensées à la vision de l'aube. Le bruit de la porte se rouvrant le tira de ses pensées. Arkana venait de rentrer, elle portait une robe de soie rouge qui ne mettait pas plus sa personne en valeur. Il demanda:

"Bon alors maintenant on fait quoi? On part fouiller la maison avec les gorilles qui la peuplent de suite ou d'abord on leur fait croire que je ne demanderais pas remboursement en simulant?"

"Mais qui a parlé de simuler?"elle s'approcha de lui et l'embrassa puis alla se poser sur le lit et se dénuda"Enlève cette robe ridicule et viens me rejoindre."

Il enleva sa robe et fut nu en un rien de temps. La situation ne lui plaisait guère, cette jeune femme couchée sur le lit, nue, était aussi excitante pour Yveresse qu'un plat de légumes bouillis et fade. Quelque chose n'allait pas. Elle regardait la porte intensément en faisant mine de s'intéresser au saltimbanque. Yveresse entendit des bruits de pas précipités dans le couloir. La porte s'ouvrit à la volée et trois hommes dont le fils et le gorille firent éruption dans la pièce, se ruèrent sur le pauvre saltimbanque matraque à la main. Ce n'est que battu par les hommes et sombrant dans l'inconscience qu'il comprit. Arkana souriait. Arkana les avait trahis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Dim 2 Nov - 3:26

Post n°20:
Yveresse.


Une douleur atroce lui laboura le crâne quand Yveresse reprit conscience. Par deux fois en deux jours le jeune saltimbanque venait de sombrer dans l'inconscience. La douleur était telle qu'il ne put de suite ouvrir les yeux et s'endormit sombrant dans ses souvenirs.

***

Quelques heures plus tôt.

Yveresse expliquait à Paolo la libération de Keiros, à cause en partie de Liana, et des dernières frasques de ce gros filou. Paolo qui par le passé avait déjà scellé le montre fut stupéfait de voir que la bêtre hantant son meilleur ami s'était assagie voire même était devenue plus humaine. Tiraillé entre son devoir envers la communauté et son devoir envers son meilleur ami; entre renfermer un monstre et laisser Yveresse sans défense ou libérer un fauve en cage et fournir un protecteur à son meilleur ami;le dresseur eut tôt fait de choisir la seconde solution.

Profitant de ces dernières heures en compagnie du saltimbanque, il profita d'un moment pour accomplir le descellement du monstre, annulant ainsi la seule protection qu'avaient les mortels contre Keiros. Mais cela lui importait peu, la suivie de son ami était plus importante que la survie de la société qui avait, au passage, permit impunément le meurtre de sa famille d'adoption. Toutefois et pour ne pas qu'Yveresse perde le contrôle durant son absence il apposa une sécurité: les tatouages ornant le corps d'Yveresse n'étaient pas que cérémoniaux... Il utilisa le pouvoir des tatouages gitans pour lier, par leur disparition, l'essence de Keiros à la volonté d'Yveresse. En contrepartie de ce rituel Yveresse devrait sacrifier quelque chose qui pour lui avait une forte valeur sentimentale: ce fut sa chevelure magnifique que le saltimbanque entretenait avec tant d'orgueil qui fut sacrifiée. C'est ainsi que à minuit, en accord avec le rituel, les prostituées l'aidèrent à couper sa superbe crinière, non sans tristesse, en essayant de préserver la beauté des traits du jeune homme...

***

Yveresse se réveilla et ouvrit difficilement les yeux. La douleur des coups était amoindrie mais toujours présente. Il passa sa main dans ses cheveux se rappelant avec nostalgie de l'époque si récente où il avait encore une cascade de cheveux jusqu'en bas du dos.

Il était enfermé dans une cellule. L'endroit où il était enfermé semblait être une sorte de cachot. Des instruments de tortures étaient suspendus un peu partout. La porte de sa geôle était fermée. Se demandant d'un coup si la force de Keiros serait suffisante pour briser les barreaux, il se rappela la mise en garde de Paolo contre l'utilisation abusive de Keiros.

***

Sur les quais de Port-Pergas, Paolo et Yveresse étaient allongés le second sur le premier, admirant le coucher de soleil, ensemble, ce qu'ils ne feraient pas avant un bon bout de temps...


"Tu pars bientôt?"demanda Yveresse.

"Oui, mon vieux, croit moi je serais ravi de rester et de t'aider à mettre une raclée à ces pourritures mais tu as entendu comme moi Silène? Une dénommée Roxanne, correspondant à la description de notre soeur, à été embrigadée dans le réseau et amenée en Amrésia. Toi, tu as promis d'aider ce pauvre gosse et l'un de nous doit aller l'aider. Je me demande comment cette furie a pu se faire embarquer sans qu'elle égorge ces hommes..."

"Me le demande aussi... Mais je viens à peine de te retrouver que déjà tu repars... Comprend que ça m'attriste. Je sais même pas si je vais te revoir."

"Tu es vraiment un crétin de gamin sans cervelle, tu sais? Tu le sais bien: même la mort ne peut nous séparer. Je reviendrais. D'ici là apprend à être un peu plus fort et peut-être qu'enfin tu arriveras à me faire mal quand on se bat..."

Le regardant avec un regard énervé, Yveresse lui dit tendrement:

"Sale garce que tu es... Je t'aime, tu le sais au moins?"

"Mais moi aussi ma vieille catin rabougrie... Ah oui, un dernier détail avant mon départ: n'utilise pas trop souvent ce fauve de Keiros, il est peut-être très utile mais le rituel que j'ai effectué te pompe ton énergie, trop l'utiliser pourrait te tuer si tu le fais inconsciemment. C'est une sécurité pour ne pas laisser Keiros trop longtemps ici... Il vient un moment où ton corps n'a plus l'énergie de le contenir et en fonction des blessures subies, tu pourrais avoir un aller direct pour rencontrer Nethfer."

"Dis?"

"Hm?"

"T'en a beaucoup des rituels inutiles dans ce genre qui fonctionne une fois sur deux?"

***

*Bon sur ce coup, Keiros va pas m'être très utile*

Yveresse chercha alors un moyen de sortir de cette foutue cellule.


[Oôô MDJ:Comment je fais pour sortir de cette maudite cellule que se passe t-il?HRP total(idée à la con: un photographe arrive prend Yveresse en photo tout nu,s'enfuit avec, la montre au roi qui le trouve sexy, qui le fait libérer, supprime le réseau anoblit mon saltimbanque et lui offre son château)]
[LL : Oh ben ça, tu te démerdes Razz. La seule fenêtre de la pièce est en fait une petite lucarne qui donne sur la rue. Tu ne passes pas dedans. Parmi les instruments de torture, tu trouves une espèce de gros marteau relié par une chaine à une table de torture. On imagine facilement à quoi sert le dit marteau ...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Dim 2 Nov - 18:41

Post n°21:
Yveresse.


[Attention: Peut heurter la sensibilité de certains lecteurs.]

Fouillant du regard la pièce à la recherche d'un moyen de s'échapper, Yveresse remarqua une fenêtre et malgré la petitesse de celle-ci tentant de passer par cette sortie. Il fut misérablement bloqué au niveau des épaules.

*Mouarf! Pour une fois que ton physique viril te dessert, mon pauvre vieux. Allez laisse-moi sortir!*

La voix dans sa tête était reconnaissable entre milles.

*Tu pointe enfin ton nez, mon bon Keiros?*

*Que veux-tu Paolo a fait en sorte que je te protège, je fais mon travail.*

*Tu veux surtout te faire un ragoût de garde.*

*Tu te trompes mon cher, la personne que je veux est cette garce d'Arkana. Elle nous a trompé et je refuse qu'une femelle me trompe...*

La voix était menaçante et l'énervement de l'entité était à la limite du palpable.

*Que veux-tu mon cher... Elle nous a eu, mais j'ai mon mot à dire là dessus... Tu l'as dis: elle nous a trompé. Elle payera pour ça.*

*Hum, j'aime ton état d'esprit, laisse moi sortir je te promet que tu ne seras pas déçu du spectacle...*

*Tu n'es pas le seul à t'y connaître en vilenie mon cher ami...*


Sur ces entre-faits, un groupe de cinq gorilles arriva dans le cachot. Ils étaient beaucoup plus grands qu'Yveresse et surtout semblaient beaucoup plus fort. Ils étaient armés de chaînes et de fouets.

*Je crois que je vais te laisser... Même moi je ne me frotterais pas à ces molosses...*

Keiros disparut laissant Yveresse seul.

*Tu parles d'un protecteur!*

L'un des hommes de mains prit la parole.

"Tu vas nous servir à divertir le seigneur Garland, espèce de chien!"

Un sifflement, une douleur atroce, une brûlure. L'un des hommes venait de le lacérer d'un coup de fouet. Yveresse s'écroula au sol sous l'intense douleur. Il sentit qu'on l'entravait avec des chaînes et qu'on l'emmena brusquement le trainant sur le sol. Il se cogna la tête contre quelque chose de dur, un bruit de casse se fit entendre et une douleur percutante lui laboura les côtes. Une des enflures venait de lui donner un coup de botte dans le ventre. Sa vision était floue à cause de la douleur. Il fut trainé aini durant une dizaine de minute au travers d'un dédale éclairé par des torches. Arrivé à destination il fut jeté au sol comme un sac à patate. Essayant de rassembler la conscience qu'il lui restait il essayait de voir où on l'avait mené.

La salle était grande, de arches de pierres formaient une magnifique voute. La roche noire éclairée par des lanternes avait un aspect rougeâtre. Une longue table était disposé en son centre entourée d'une dizaine de chaise de velours rouge sang. Sur les murs étaient disposés à certains endroits des instruments de tortures dont Yveresse ne voulait même pas savoir à quoi ils pouvaient bien servir. Ces murs étaient agrémentés de fresques dépeignant des scènes d'orgies titanesques où les femmes ligotées et en pleurs semblait recevoir les assauts frénétiques d'hommes dont on pouvait se demander comment les attributs ne leur pompait pas tout le sang. Dans le fond de la salle, au plafond, étaient accrochée deux cages bardées de pics qui renfermaient un femme chacune: il ne restait plus grand chose de peau chez elle et Yveresse ne sut dire si elles étaient morte ou vive; il espérait pour elles qu'elle fussent mortes. Neuf hommes vêtus de noir étaient assis autour de la table.

Les hommes de mains l'attachèrent à un dispositif de chaîne qu'il pouvaient actionner grâce à des manivelles. Le saltimbanque était entravé à tout ses membres. L'homme en noir assit à la place d'honneur se leva et prit la parole avec une voix douce et mielleuse. Il fit un signe et on lui amena Arkana qui était nue et entravée elle aussi. On la fit s'agenouiller devant l'homme levé.

"Bien! Mes très chers frères de l'Aile Ebène, nous sommes ici rassemblés pour une petite réunion afin de célébrer dignement l'arrestation de l'assassin de Lucio l'ambitieux, notre regretté confrère. Bien que personne ne croit en ce que je viens de dire, cette réunion se déroule afin de descendre d'un cran dans notre perversité. Je vous présente Yveresse, un homme qui a cru pouvoir détruire l'Aile Ebène seul et impunément. Afin de nous divertir nous allons lui montrer qui nous sommes afin de le remercier de s'être dérangé pour notre divertissement."

Et chacun se découvrit: l'orateur était un homme à la beauté glaciale blond aux yeux bleus glace puis de gauche à droite: un vieil homme au sourire mauvais, un éphèbe au regard malsain au possible, un homme d'âge mur qui portait un masque de démon sur son côté droit, le fils de Garland, un homme d'un âge certain qui commençait à prendre du gras, un autre qui était carrément bouffi, une femme à la beauté irréelle et enfin un homme percé de toutes part sur son visage.
Dans le même ordre en commençant par le second, il les présenta:


"Voici Garland l'ancien, celui chez qui tu t'es introduit, Salianir le jouvenceau, Méphiston le démon, Agraël l'orgueilleux, Maggot le somnolent, Herg le gras, Mâlika la perverse, Shlink le brillant et enfin moi Rico le pourfendeur... Maintenant que les présentations sont faites, amusons-nous."

Il se rassit et prit Arkana et la posa de force entre ses jambres, elle pleurait.

"Et maintenant regarde celui que tu as trahis souffrir..."lui dit-il en lui léchant le visage.

Les hommes de mains levèrent au dessus du sol par les bras grâce aux chaînes. Nu, balloté par la chaîne et impuissant le saltimbanque subit le supplice du fouet: le nombre exact de coup qu'il subit lui échappa, la seule chose dont il se souvint ce fut la douleur... Au bout d'un temps qui lui parut interminable ils le redescendirent et lui aposèrent sur toutes les parties du corps des pièces métalliques bardées de dents qui à la moindre contraction ou mouvement se plantait dans la chair du saltimbanque. Il fut horrifié lorsqu'il vit venir cinq hommes musclés et nus dont l'anatomie était le reflet exagéré des mâles des fresques murales.


"Je te présente tes compagnons de jeux: les Pourfendeurs de pucelles, mes gardes du corps personnels... Des hommes sélectionnés pour leur capacités physiques inhumaines... Ils n'étaient pas fait à la base pour les hommes mais dans ton cas, ça ne changera pas grand chose..."dit Rico en éclatant de rire qui fut repris en coeur par ces ignobles convives.

Les cinq hommes approchèrent et les cris de douleurs d'Yveresse furent étouffés par un baillon. Malheureusement pour lui, il ne sombra dans l'inconscient que lorsque les violeurs eurent finit leur séance...

***

Il se réveilla dans une salle de cachot humide et sale, différente de la première qu'il avait connue... En regardant par la lucarne qui illuminait peu la pièce il se rendit compte qu'il était revenu chez Garland. Son corps était meurtrit de toutes part, malgré la douleur résultant de la torture, elles commençaient déjà à cicatriser... La souffrance que lui avaient fait subir ses geôlier commençait à se transformer en haine, ce n'était plus une affaire de sauvetage des prostituées mais une affaire personnelle. Il avait les noms, la haine et le moyen de les massacrer. Comme lorsqu'il avait découvert le massacre des bohémiens, son esprit commençait à bouillir de rage, son feu intérieur allait se libérer embrasant ces pourritures d'Aile Ebène. Une tempête se préparait, un déluge de souffrance, la terre elle-même allait les engloutir. Il n'était pas entravé, aucuns barreaux et des outils de tortures un peu partout, ils venaient de le sous-estimer...

Ils venaient de signer leur arrêt de mort directement avec Nethfer.

Rassemblant sa rage il essaya de se lever...


[Mdj: Yveresse arrive t-il à se lever?]
[LL : Il y parvient mais il est profondément affaibli. Se battre dans cet état ne serait pas résonnable (tu es l'égal d'un niveau 0, et encore).]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Mar 4 Nov - 5:13

Post n°22:
Yveresse.

La rage du saltimbanque était suffisante pour lui permettre de se lever, mais une fois debout il senti clairement que sa force était insuffisante pour quelques actions héroïques que ce fut.

*Ils ne perdent rien pour attendre, le tout maintenant c'est de sauver sa peau*

Yveresse analysa la pièce et essaya de trouver un support pour se déplacer; et cas échéant se battre, mais dans son état il espérait que ce ne fut pas le cas. Il trouva un long bâton qu'il récupéra et transforma en béquille de fortune.

*Bon maintenant on va essayer de fuir cet endroit et revenir au Refuge, en espérant qu'Arkana ne leur ai pas dit sa localisation.*

Il essaya de se mouvoir tant bien que mal vers la sortie du cachot. La porte était ouverte et il se faufila dans un escalier de pierre qui montait à l'étage. Etrangement la sortie menant à l'étage était grande ouverte. Tentant sa chance tant bien que mal, il sortit dans le couloir. Il se retrouva dans l'un des couloirs par lesquels il était passé lors de sa première visite chez Garland. Espérant que personne ne le surprenne dans sa tentative de fuite, il tenta de trouver la sortie. C'est alors qu'il avançait à travers les couloirs sans rencontrer personne qu'il entendit des éclat de voix provenant d'une des salles de la maison. Des éclats de voix vives et des bruits de luttes se faisaient entendre. Misant sur sa curiosité il suivi les bruits de voix. Au bout de quelques minutes, il arriva devant une grande porte qu'il reconnu: la porte du Salon où le perfide Agraël l'avait accueillit à son arrivée. La conversation semblait dégénérer et il reconnu la voix du fils de Garland, la seconde voix devait être celle du maître des lieux:

"Espèce de vieux fou! Tu te laisses dominer par Rico depuis le début: tu es faible! Comment puis-je être le fils d'un tel couard!"dit Agraël.

"Mais tu te rends compte de ce que tu me demandes? S'opposer à Rico et toute sa bande? Mais c'est de la folie!"

"Tu as le soutiens de Méphiston et de sa partie du réseau! Es-tu aveugle au point de laisser la main-mise sur le réseau de Port-Pergas?!"

"C'est toi qui est inconscient, tu ne sais pas à quel point le Baron est dangereux! Tu n'as aucune idée de ce qu'il a fait aux maquereaux qui ne voulaient pas le suivre! Les disparitions étaient fréquentes à ce moment, nombre de mes collègues ont périt sous la torture du Bourreau. Rico est dangereux de part les hommes qu'il a sous ses ordres. Il faut se contenter de ce que l'on a et continuer ainsi, c'est la décision la plus sage! Sur ce, je me retire..."

Des pas se firent entendre vers la porte. Yveresse chercha un moyen de se cacher. Il dû son salut à la reprise de parole d'Agraël:

"Meurs, espèce de vieux sénile! Jester!"

Le bruit d'une corde se fit entendre puis le sifflement d'un carreau. Celui-ci fut traversa la porte, des trainées de sangs dégoulinèrent du trou... Un bruit de gargouillit se fit entendre. Garland n'était plus.

"Transférez les filles dans les cachots, évitons de les perdre inutilement... De plus faites quémender un messager qu'il aille porter ce message d'entretien avec Méphiston, nous allons devoir nous trouver des alliés pour abattre ce chien de Rico..."

Des bruits de pas. La porte qui s'ouvre. Le messager était parti.

"Et pour le gitan et la fille, monseigneur?"

"Mon père voulait garder le gitan pour son amusement personnel, mais je pense qu'il vaut mieux s'en débarasser... Je ne sais pourquoi mais j'ai le pressentiment qu'il va nous apporter beaucoup d'ennui si on le laisse vivre. Pour la fille... Je m'occupe d'elle depuis notre retour, elle est a côté... Je l'ai mise au fer et soumise à la question... Elle semble décidée à rester coi... Je n'en suis qu'aux préliminaires c'est bien normal... Elle est à côté... Je continuerais après m'être reposé, je suis las. Retournez à vos appartements. Que personne n'aille voir le garçon et la fille, je m'en occuperais moi-même!"

Les pas précipités firent battre le coeur du saltimbanque précipitamment, rapidement il se réfugia dans une des salles. La première était verrouillée, la seconde s'ouvrit sans problème. Il pénétra dans la salle et attendit que les pas des gardes se furent éloignés. Seuls deux gardes restèrent devant la porte du salon.


"Le fils est pire que le père, si ça continu je songe à prendre congés, moi!" dit le premier.

"Bah, ça paye bien et nous avons des avantages en nature." répondit le second accompagnant sa réplique d'un rire gras,"D'ailleurs je m'en vais entreprendre cette chienne de catin."

"Tu as entendu le patron: interdiction d'aller dans la salle de détention."

"Rectification: de les tuer pas d'aller dans la salle. Eh puis avec ce qu'elle a subie, ce que je vais faire ne sera que du plaisir en comparaison... Enfin tout dépendra de sa bonne volonté... Mouahahahah!"

"Soit. Mais personnellement je désapprouve: pauvre fille..."

"Quoi tu préfères les gars?!"Bruit de tissu froissé et d'empoignade,"Te préviens, la chochotte, je déteste les gars comme toi, avec leur morale de mes-deux! C'est son boulot, si tu veux la remplacer, vas-y mais ton traitement sera pas le même crois-moi. Tu sais comment on traite les gars comme toi ici?"

"Non, et je veux pas le savoir."
dit-il et le garde parti.

"Espèce de tante..."
dit l'homme en guise de paraphe. Une clef tourna dans la serrure de la salle d'à côté et l'homme entra.

La salle devait être bien protégée car aucuns sons ne se firent entendre lors de la besogne de l'ignoble garde. Attendant le départ de cette enflure, Yveresse s'attela à examiner la pièce: un petit bureau rempli d'objets de toutes sortes... Certains semblaient rares et anciens... Un coffre sur lequel étaient posé de rouleaux de parchemin se trouvait au fond. Yveresse l'ouvrit et y trouva bijoux, gemmes et pièces d'or. Le saltimbanque était nu mais il trouva sur le côté un tissu qu'il trafiqua pour en faire un baluchon. Il prit quelques poignées dans le coffre et rajouta les parchemins. Le baluchon devait peser deux ou trois kilos... Plus auraient été handicapants dans l'état du saltimbanque. La porte de la pièce voisine s'ouvrit et le garde, ayant finit son affaire, en sorti en sifflotant et s'éloigna. Le jeune artiste sorti en vitesse et tourna la poignée de la porte: heureusement l'homme avait hommis de refermer à clef. Il entra. Sur le côté il trouva une robe de bourreau à capuche noire qu'il enfila... La nudité ne passerait pas hors de ces murs...

Yveresse s'approcha de la lumière: la salle était peu éclairée hormis une lucarne qui éclairait le lit central. Arkana était allongée là grelotante et nue. A l'arrivé du jeune homme, elle se tourna vers lui et ouvrit des yeux grands comme des billes:


"Yveresse? Oh merci! Tu es sauf! Je te jure que je ne savais pas qu'ils allaient te faire subir... ça! Je n'ai rien dis du Refuge je te le jure! JE LE JURE!"hurla t-elle. La jeune femme était dans un état proche de l'hystérie. Il remercia la salle d'être insonore et s'approcha.

"Je sais ne t'inquiète pas... Tu ne risques plus rien... Je te le promet..." Il la prit dans ses bras et la réconforta. Elle se calma et s'écroula de fatigue.

"Tu ne souffriras plus..."il lui prit délicatement le crâne et concentrant ses forces sur son acte lui tourna la boîte crânienne d'un coup sec.

Il se leva et sorti de la pièce, il trouva sans trop de peine la sortie en passant par le salon. Agraël était endormi sur un des canapés. Devant lui une bouteille d'un alcool précieux était ouverte à côté d'un repas entamé et d'un chandelier allumé. En face de lui, l'infâme avait installé le cadavre de son propre père, assis, la boîte crânienne éclatée par le carreaux, devant une assiette pleine. Ce monstre s'était moqué de son père même après la mort en s'amusant avec son cadavre... La haine d'Yveresse remonta: il prit la bouteille délicatement et la posa sur le côté, elle commençait à se vider sur le tapis. Yveresse attrapa le chandelier et se dirigea vers la sortie. Les gardes étaient tous partis dans leurs quartiers. Il ouvrit la porte d'entrée prêt à partir mais avant il jeta le chandelier au sol du salon. Et sortit aussi vite qu'il put.

Hors de la maison, il vit la lueur de l'incendie éclairer le matin. Cela faisait un moment qu'il était séquestré. Un cri se fit entendre. Une voix dans sa tête se réveilla:

*Impressionné. Tu tiens toujours tes promesses, hein?*


"Oui."

[Mdj: Yveresse a réussi à sortir de chez Garland sans se battre. Garland est mort tué par son fils. Yveresse a achevé Arkana et au passage récupéré pièces,bijoux et gemmes(environ 2 kg), quelques parchemins et une robe à capuche de bourreau. Agraël le fils de Garland est très certainement blessé. Alors quelques infos: Yveresse revient-il indemne au Refuge? La garde est-elle prévenue à temps? Si bien rentré au Refuge, récupère t-il de ses blessures? Combien de temps? Et enfin qu'a t-il récupéré dans les coffres de Garland? Merci d'avance.]
[LL : Yveresse revient indemne au refuge, personne ne s'occupant de lui, plus préoccupé par le feu qui ravage la maison. Arrivé au refuge, il lui faudra une bonne semaine de convalescance pour récupérer entièrement. Et dans les coffres, il a récupéré 30 écus, 2 petites gemmes taillées, 1 grande gemme taillée et 1 grande gemme de glace.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Mar 4 Nov - 17:45

Post n°23:
Yveresse.


Une semaine plus tard.


Les yeux à demi-clos le saltimbanque se leva de sa couchette du Refuge. Les filles lui avaient mis en place un lit rien que pour lui pour le remercier de son aide. Elles l'avaient soignée et nourrit.

Il était arrivé au Refuge dans un état épouvantable et depuis son retour et sa convalescence Port-Pergas avait changé: on avait célébré une grande messe en l'honneur du juge Garland qui, selon les affiches, avait passé près de trente années de services loyaux en envoyant de nombreux malfrats croupir en prison. Son fils, que tout le monde plaignait, avait annoncé que son père était décédé lors de l'incendie de leur demeure familiale, incendie perpétrée selon lui par une redoutable terroriste du nom d'Arkana. Employée sans aucun doute par un de ses anciens ennemis, elle s'était fait passée pour une pauvresse en quête d'emploi. Elle avait réussit à corrompre l'un des serviteurs, un jouvenceau un peu niais du nom d'Yveresse; et aux tendances amoureuses que la morale réprouve fortement ajouta t-il; ensemble ils avaient réussi par un ignoble stratagème à enfermer son père dans le salon et à l'incendier. Lui n'écoutant que son amour filial avait occis le jeune homme qui comme possédé par des forces maléfiques était devenu redoutablement fort. En mourant, l'inconscient avait proféré une dernière malédiction à l'encontre de Neis en glorifiant les pouvoirs du grand Agramand. La malédiction eu pour effet d'embraser Agraël qui dédiant son âme au puissant dieu réussit à surmonter le maléfice... Les forces déchainées avait toutefois eu raison d'une partie de son corps et le côté droit de son corps avait été brûlé. La sorcière d'Arkana voyant son allié mort avait recourue au suicide. Suite à cette tragédie un ancien ami de son père, le puissant Méphiston avait recueillit le jeune homme et sa suite dans son palais forteresse pour le protéger de toute récidive. Le grand marchand Herg avait décidé de porter son assistance financière au jeune homme et le célèbre politicien Maggot avait sous-entendu que le coup pouvait être attribué à une ancienne plaignante Mâlika qui avait perdu une affaire contre le juge Garland des années plus tôt. Une enquête menée par le grand prêtre Mephiston était en cours...

Lorsque Silène vint rapporter ces informations au saltimbanque le cinquième jour, il ajouta ironiquement:

"Alors mon bon Yveresse? Ca fait quoi d'être un pervers niais au service d'Agramand mort foudroyé par la pureté de Neis?"

"Mal aux fesses en tout cas..."répondit le saltimbanque.

Il avait subit de nombreuses blessures après la séance de torture, interne et externe: ses côtes avait prit cher, son crâne aussi, il avait de nombreux bleus qui s'était maintenant effacés, sa gorge venait tout juste de se remettre des sévices des Pourfendeurs mais comme il aimait le dire ses fesses faisaient encore bravo. De plus son corps était couvert de cicatrices, dont les plus horribles étaient sur son dos et dues aux coups de fouets, qui maintenant avait bien cicatrisées. Sa cicatrice en forme de pentacle était maintenant barrée par des boursoufflures formant bizarrement une sorte de tête.

Au bout du septième jour, il se leva et essaya de s'entrainer dans le Refuge, une semaine de convalescence devait avoir rouillé ses articulations. Il essaya quelques exercices simples d'étirement qu'il réussit non sans difficultés. Quand il tenta des exercices plus complexes qui le firent tomber au sol de douleur...

Ce n'est qu'au bout du douzième jour qu'il réussit les exercices complexes sans trop de difficultés. Les soins apportés par Shikâ le prêtre hermaphrodite, Arianne l'enchanteresse et Mado la gitane y furent pour beaucoup. Il commençait à se faire apprécier par la communauté: notamment les deux jeunes, Dimitri et Manie, à qui il apprit quelques tours de jonglerie. Même les deux plus réfractaires: Ebert et Tantine, de son vrai nom Roger, commençaient à discuter avec lui et même lui servir quelques blagues de bons goûts.

Au bout du quinzième jour, il avait récupéré en grande partie sa souplesse et sa force. Il participa avec les autres à des travaux d'aménagement du Refuge. Silène, Tantine et Ebert sortait souvent pour se tenir au courant des nouvelles et ensemble essayait de mettre en place un plan d'action. Déjà deux sur les dix étaient morts et le conflit qui commençait à se préparer entre Rico et Agraël allait très certainement en supprimer d'autres. Déjà Maggot avait manqué de se faire assassiner par un homme connu sous le nom de "Matraque d'Or" qui s'était fait emprisonné, soumis à la torture puis décapité en public. D'après le surnom, Yveresse en déduit qu'il était un des cinq Pourfendeurs de Pucelles, ce qui lui fut affirmé par Tantine qui avait assisté à l'exécution.

"Mon vieux, même moi j'aurais pas pu..."

La piste que Méphiston suivait avait déjà commencé à toucher Rico qui maintenant faisait parti des suspects sur la liste du prêtre. Dans une déclaration il expliqua que malgré les accusations porté contre eux: Dame Mâlika la veuve bourgeoise, le banquier Shlink et le diplomate de Sipahan Rico étaient protégés par un membre de la Cours Royale: le jeune Salianir. Salianir dont la notoriété en tant qu'hédoniste reconnu n'était plus à faire, possédait un sérail où il avait placé Mâlika et Shlink pour leur protection. Rico, en revanche, était introuvable.

Yveresse décida d'agir et d'aller dans le sérail, le principal ennemi à abattre était Rico, mais avant, il leur fallait supprimer ses alliés, ensuite Agraël aurait plus de chance de l'emporter. Il fallait plutôt décapiter un homme que de lui supprimer ses membres qui dans le cas présent étaient remplaçables. La mort de Rico serait un coup dur pour le Baron qui enverrait un nouvel émissaire ou même se déplacerait lui-même pour venir mater la rébellion de son réseau: ce serait un moyen de le coincer. C'est ainsi qu'ils décidèrent d'un plan d'action pour pénétrer dans le sérail de Salianir. L'attirance qu'il avait pour Silène n'était plus un mythe donc Yveresse décida de faire équipe avec le jeune homme pour pouvoir pénétrer dans le sérail. La réputation d'assassin de Silène n'étant plus à faire son rôle serait uniquement de charmer Salianir. Seul Yveresse, travesti en femme pour le coup serait armé. Les couteaux de Lucio lui seraient donc utile. Les prostituées le travestirent et trouvèrent leur travail fort joli: il portait une robe de soie rouge, ses poils et sa barbe épilés pour l'occasion avaient disparut, une gorge factice lui avait été placée et il portait une perruque réalisée à partir de ses propres cheveux. Ainsi habillé il aurait été dur pour un être connaissant Yveresse de le reconnaitre. Seuls ses yeux bicolores étaient un moyen de le reconnaitre.

Cinq jours étaient passés, durant lesquels en plus de cours de théâtre pour simuler une femme, il s'entraina au combat avec des couteaux en compagnie de Tantine et d'Ebert. Les deux hommes étaient des combattants redoutables. Après tant d'années sans combattre ils ne semblaient pas avoir perdus leur ardeur guerrière. Tantine était un gladiateur exceptionnel usant d'une chaîne et d'une lance et ayant revêtu pour le coup de son armure de cuir. Ebert lui était un escrimeur redoutable, combattant avec épée courte et bouclier il était difficile de passer sa garde. Yveresse soupçonna les deux de volontairement lui faciliter les combats car il était sûr que leur niveau était beaucoup plus élevé. Il était aussi persuadé que les deux étaient amants depuis longtemps, en effet leur synchronisation au combat dépassait largement celle de deux frères d'armes... Leur synergie était parfaite. Toutefois, son entrainement porta ses fruits:il était maintenant plus agile et plus efficace au combat rapproché. Les lames des couteaux volaient entre ses doigts et atteignaient plus fréquemment leur cible. Il apprit même quelques tours de jonglerie. Tantine lui proposa de vendre certaines affaires pour lui: il lui remit la matraque de Marcus et les gemmes trouvées dans les coffres. Quelques heures plus tard, Tantine revint avec des écus qu'il confia au saltimbanque. Celui-ci le remercia.

A la fin du cinquième jour d'entrainement et à la veille de leur coup, Mado la gitane lui proposa de lui tirer les cartes. Yveresse accepta. Elle tira cinq cartes et les retourna. Elle lui lut son avenir.


"Hum... Intéressant... Ta destinée est particulièrement riche, mon ami. Là vois-tu?" elle montra une carte avec un oiseau enflammé"C'est le Phénix, quoi que tu fasses, quel que soit le danger sur ta route tu renaîtras de tes cendres... Hum, la carte du Fou: tu seras libre toute ta vie mais hors de la société, toujours. Mais tu devais déjà le savoir et ça ne semble pas te gêner le moins du monde... Là, la carte du Vagabond: tu voyageras, mon frère, beaucoup, tu ne t'attacheras à aucuns port, tu rencontreras des gens, beaucoup de gens et tu les aideras car vois-tu, ici?" elle montra une carte avec deux êtres enlacés,"Voici les Amants, tu es et sera lié à de nombreuses personnes mon bon Yveresse, tu vas aimer et être aimé. Les âmes qui se ressemblent se retrouvent toujours: vois-tu c'est ce que dit la carte du Miroir qui est là, tu es le reflet des gens qui t'entoure et tu influes sur leur vie en retour, grandement... Enfin la carte du Petit Prince: tu vas rencontrer un beau jeune homme bientôt, contrairement à ce que tu penses, il n'est pas celui que tu crois... Ecoute-le il te guidera."

Les paroles de Mado marquèrent son esprit, il eu du mal à dormir cette nuit là.

Le lendemain lui et Silène se levèrent tôt et s'habillèrent. Silène portait un ensemble en soie rouge qui le rendait sublime... Il était désirable au possible et homme comme femme n'auraient pu lui résister.


"Mais comment fais-tu mon cher pour être aussi beau en toute circonstances?"demanda sur le chemin du Sérail, le saltimbanque.

"Il se peut qu'un jour je te l'enseigne mon beau et tendre ami."il se retourna et embrassa Yveresse,"Pour que la chance t'accompagne, mon ami."

Troublé par le baiser et surtout par le jeune prostitué, il ne se rendit pas compte qu'ils étaient arrivé devant le Sérail. Un homme à la peau ébène en gardait l'entrée. Quand il prit la parole sa voix était fluette et aigue... Un eunuque.

"Ouais, c'est pour quoi?"

"On veut faire parti du sérail de ton maître, il a dû parler de moi, je suis Silène et je viens accepter les avances de ton maître pour assurer ma protection et celle de mon amie ici présente."

A l'entente du prénom, le regard du garde changea, sa bouche s'ouvrit et il allait donner sa réponse.

[Mdj:Que dit le garde, il nous laisse passer? Combien Tantine à récupéré de la vente de 1 bâton médiocre, 2 petites gemmes taillées, 1 grande gemme taillée et 1 grande gemme de glace? Merci de me rajouter les trois couteaux de lancer médiocre récupérés sur Lucio. Merci d'avance.]
[LL : Tu récup 200 écus de la vente (une faible vente vu qu'il n'y a pas de marchandage). Je te les retire et je te rajoute ton blé et les couteaux ^^. Sinon, le garde vous laisse entrer. Il ensuite appelle un autre garde qui vous escorte jusque Salianir.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Ven 7 Nov - 1:08

Post n°24:
Yveresse.


Le garde les avait laissés entrer sans broncher, puis les deux jeunes hommes furent conduit par un autre eunuque à Salianir. L'intérieur du sérail était élégamment décoré. De nombreuses tentures ornaient les murs éclairés par des lampes à huile dorées. Ils empruntèrent plusieurs couloirs se dirigeant vers le centre du Sérail. Ils s'arrêtèrent devant une porte dont les dorures étaient finement taillée dans une feuille d'or qui semblait de qualité. Les portes s'ouvrirent et la salle d'audience fut révélée aux yeux des deux compagnons: cette salle était un temple dédié à l'opulence et à la satisfaction immédiate des plaisirs les plus extravagants. Une vingtaine d'esclaves étaient assemblés portant chacun un met de qualité ou un alcool rare. Chacun d'entre eux semblait ne porter son attention que sur l'homme assis au centre de la pièce, leur attention uniquement portée vers le moindre de ses mouvements qui indiquerait le moindre de ses désirs. Salianir était là, au centre, assis sur un trône dont le prix devait être exorbitant. Son corps était couvert de parures en or d'un goût exquis. Hormis ses bijoux il était nu et deux esclaves étaient à ses pieds lui caressant avec délicatesse le corps. La beauté de Salianir était presque l'égale de Silène mais en vérité sa beauté n'était pas naturelle. Il était iréellemment beau et seul un enchantement devait préserver son charme magnétique. Ses longs cheveux blonds, son corps sculptural et son regard enjôleur étaient le fait d'un puissant sortilège, Yveresse l'aurait parié. Lorsqu'il prit la parole ce fut avec la voix de la perversité même:

"Enfin tu viens à moi mon bel ami. Cela fait longtemps que je t'attend. Pourquoi as-tu attendu si longtemps avant de venir me retrouver mon amour?"

Il s'approcha du jeune prostitué.

"Pourquoi as-tu osé me torturer ainsi? Chaque jour sans toi fut un calvaire, mon trésor."

Il prit le garçon dans ses bras et plongea ses yeux dans ceux de Silène.

"Te rends-tu compte que je t'ai cherché tout ce temps, désespérément, ma quête?"

Le regard de Silène devint vide.

"Ton âme m'a manquée car tu es aussi mon âme."

Salianir ouvrit délicatement la bouche, ses canines d'un blanc perle étaient deux clous.

"Ta jeunesse donne ta jeunesse..."La voix et l'aura de beauté avait disparue. Son parlé était devenu rocailleux et une aura de ténèbres entourait Salianir. Il ouvrit la bouche en s'approchant du cou de Silène. Yveresse, paralysé par l'aura sombre du vampire commençait à voir la fin de son jeune ami...

La porte s'ouvrit avec fracas. L'aura retomba aussitôt et Yveresse fut de nouveau libre de ses mouvements. Un colosse venait d'exploser la porte du Sérail. Il portait une robe de prêtre et un marteau de guerre. Salianir recula et lâcha Silène. Le prostitué tomba au sol comme une poupée. Le colosse avança vers le vampire en enjambant le corps du jeune homme. Yveresse courut vers lui et l'emporta pour le protéger. Il se réfugia derrière un rideau et visualisa la scène. Le colosse et le vampire se dévisageaient et se tournaient autours l'un et l'autre attendant le moindre signe d'hostilité. Lorsque le colosse fut sous la lumière, le saltimbanque remarqua son masque... celui d'un démon... Méphiston.

"Eh bien mon cher Méphiston, quel malheurs de te voir ici."dit Salianir.

"Eh moi bien aise de pouvoir enfin écraser ta face de vampire... Je n'ai jamais pu te voir, sale monstre!"

"Je te retourne le compliment, mon cher. Je me demande... Vais-je dévorer d'abord tes yeux ou alors ta langue? Cruel dilemme...."


Sans crier gare, le vampire s'élança sur le prêtre qui avec une rapidité exemplaire lui imprima son marteau sur le visage. Les esclaves, qui, comme s'ils avaient été sous un quelconque charme fuirent de la salle. Seul les deux adversaires et le saltimbanque, pour le coup spectateur, restèrent dans la salle. Le vampire fut éjecté contre le mur et retomba au sol. Le prêtre sorti de sa robe un pommeau d'épée qui lorsque Méphiston eut récité une prière s'illumina. Une lame magique venait de surgir du néant et il se rua sur Salianir. Le vampire fut empalé sur la lame et cloué au mur.

"Crois-tu réellement que Agraël est ton allié? Dis moi Méphiston, tu étais au courant que, pendant que tu te démenais à me chasser moi et mes alliés, ton cher petit protégé avais envoyé Herg en mer dans un de ses bateaux et Maggot vers une destination inconnue "protégé" par ses hommes de main?"

"Et alors?"

"Il te manipule Méphiston... Comme il a manipulé son père... Crois-tu réellement que c'est le saltimbanque qui l'a tué? Te souviens-tu de l'état dans lequel il était après sa "séance"? Aurait-il été assez fort pour se débarrasser du vieux? Es-tu idiot Méphiston?"

"Tais-toi! Serpent!"

"Et surtout... Crois-tu que ton épée à la noix peut me blesser?"


Le fourreau tomba au sol et en un éclair le corps de Méphiston reçut le baiser mortel du vampire. Salianir lâcha sa proie au sol qui tomba comme un sac à patate. Lorsqu'il se releva Salianir semblait beaucoup plus jeune.

Clap, clap, clap.

Entrèrent dans la pièce les deux alliés de Salianir: Mâlika et Shlink. Ce dernier semblait dans un très mauvais état. Ce fut Mâlika qui prit la parole:


"Eh bien Salianir qu'elle force! Ta supercherie est excellente... Utile mon médaillon hein?"

"Oui j'admet, un petit bidule bien utile ton pendentif anti-magie... Il m'a juste fallut jouer le vampire blessé par la Sainte lame de Gilnis. Hum, quelles nouvelles?"

"Les hommes de main de Méphiston sont mort. Nos esclaves se sont échappés par contre mais leur panique nous a permit de s'occuper d'eux. Shlink a eu du mal à s'occuper de quelques petits gardes..."

Elle montra son équipier qui était vraiment très amoché.

"Tu es ridicule Shlink... Perdre face à ces mortels? Tu es pitoyable, pour la peine tu vas rester ici et t'occuper des filles, tu t'occuperas du transfert vers les souterrains par la cave du Sérail. Nous partons devant avec Mâlika et Silène."

Salianir se retourna et fixa Yveresse et le corps du prostitué à ses côtés. Il se déplaça si vite que Yveresse ne put rien faire. Le saltimbanque fut catapulté sur un des murs portant une des lampes à huile qui sous le choc tomba au sol, brûlant au passage les rideaux. En un rien de temps la salle était devenue une arène en feu. Salianir se releva avec le corps du jeune garçon, fit signe à Mâlika de le suivre et se dirigea vers la porte.

"Abat une fois pour toute ce gêneur et tiens prends les clés"
dit-il en donnant un trousseau de clé en fer au vampire percé. Puis ils disparurent par la porte.

Yveresse se releva tant bien que mal, son adversaire même blessé était un vampire. Shlink le regarda avec un regard haineux, ses anneaux d'or reflétant la lumière du feu qui ravageait la pièce. Il avança vers Yveresse. Sans hésiter, le saltimbanque désespéré attrapa la lampe à huile et la lança contre l'abomination morte-vivante.

[Mdj: Yveresse et Silène ont rencontré Salianir qui s'est avéré être un vampire. Essayant de mordre Silène, Salianir est interrompu par Méphiston(allié d'Agraël). Les deux se battent: Salianir se joue de Mépiston en lui faisant croire que sa lame l'a transpercé. Utilisant les pouvoir d'un médaillon la lame magique est inutile. Suite à la fourberie Salianir tue Méphiston. Mâlika et Shlink(membres d'aile ébène)qui est blessé, arrivent ,eux aussi vampires. Salianir et Mâlika partent et laissent Shlink derrière qui blessé fait face à Yveresse. Celui-ci lui lance une lampe à huile dessus. Touche t-elle? Le mort-vivant meurt-il?]
[S : Shlink dévie la lampe en la frappant avec la main. Le choc violent la fracasse et de l'huile enflammée se répand sur sa main et une partie du bras. Les restes de la lampe s'écrasent à quelques mètres sur le sol et une flaque de feu se répand autour. Donc, le mort-vivant n'est pas encore mort.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Mer 12 Nov - 17:43

Post n°25:
Yveresse.


La tactique de la lampe avait quelque peu échouée... Le vampire venait de se faire enflammer le bras et commençait à hurler sous la douleur. Sur le côté du vampire la lampe tombée avait commencé à embrasser le sol. Si Yveresse ne se dépêchait pas de sortir de là et de sauver les prostituées emprisonnées, il ne donnait pas cher de sa vie. Ni une, ni deux, il chercha un moyen de se sortir de ce guêpier...

Pendant ce temps le vampire continuait d' hurler et sa rage envers son agresseur était à la limite du palpable. Il se leva de toute sa stature et le mort-vivant regarda Yveresse d'un regard empreint de haine. Ses mains se mirent en forme de griffe et ses ongles s'allongèrent. La rage de Shlink se dévoila et sa nature vampirique s'étala devant tous. Ses crocs poussèrent et ses son corps devint de plus en plus celui d'un amalgame entre un humain et une chauve-souris. Il s'avança vers le jeune homme.

Yveresse de son côté essayait de toute ses forces de trouver un moyen de détruire son ennemi. Il se rappela soudain les couteaux de Lucio qui se trouvait dans les plis de sa robe, les sortis tous les trois et les lança un à un dans la direction du vampire. Un rata et se planta dans le brasier, un autre entailla la chair du mort-vivant et le troisième se ficha dans son torse.

Le coup sembla ne pas avoir affecté le vampire qui n'eut pour toute réponse qu'un léger recul en direction de la flaque enflammé. Le danseur sautant sur l'occasion fonça sur son adversaire mais tomba juste devant lui. Le vampire émit un rire mauvais et dit:

"Imbécile, tu vas mourir!"

"Erreur, mon chou..."répondit le saltimbanque.

Il exécuta sa technique de Clown tragique que lui avait appris Gonzo le clown. Il exécuta un balayage au sol qui fit perdre l'équilibre à l'abomination mort-vivante qui tomba directement dans le brasier enflammé. Le feu venait maintetant de commencer à lécher tout son corps...


[Mdj:Yveresse à lancé ses couteaux de lancer qui sont maintenant perdu. Un seul a touché fesant reculer le vampire vers la flaque de feu. Yveresse a exécuté La technique du Clown tragique fesant tomber son adversaire dans le feu. Celui-ci a le corps totalement pris dans le feu. Enlever les trois couteaux de lancer et est-ce que ce maudit vampire va creuver à la fin?]
Erg : Il se relève en feu et te bondit dessus, il n'en a plus pour longtemps. Couteaux enlevés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Lun 24 Nov - 22:03

Post n°26:
Yveresse


Le vampire était increvable et il se releva de la flaque enflammée qui commençait à envahir la pièce. Il bondit sur le saltimbanque qui, au sol, était à la merci de Shlink. Le mort-vivant ressemblait à un démon du feu sorti tout droit de l'enfer prêt à damner l'âme d'Yveresse et l'offrir en pâture aux esprit du Mal... ou au Phénix de la carte de Mado... Il devait survivre... Il le devait pour Silène, Paolo, Roxanne et tout les autres qui attendait son aide. C'est alors qu'il vit le marteau de guerre de Mephiston au sol ainsi que la poignée d'épée qu'il avait utilisé pour le sortilège. Usant ses ressources pas mal amoindries il se précipita vers les deux armes. Il effectua une rapide roulade de côté qui lui permit d'esquiver en parti le vampire qui profita tout de même de ce mouvement pour entailler de ses griffes le dos du saltimbanque... Une blessure peu profonde mais douloureuse qui arracha à Yveresse un cri. La robe se déchira et dévoila le corps du saltimbanque nu. Le sang lui coulait dans le dos mais il réussit à attraper les objets et à se relever. Le vampire avait foncé dans le mur mais avec une célérité incroyable il exécuta une pirouette en marhcant sur le mur et se retrouva face au danseur.

La bouche du mort-vivant émis une grimace qui devait être un semblant de sourire. Sa bouche se tordit et il émit une plainte à peine audible:


"Crève!"

Et il se rua sur le jeune homme griffe sortie et dent en avant.

"Tu veux boire mon sang? Boit d'abord ça, face de creuvard à la noix!"

Et Yveresse exécuta un coup horizontal en direction du visage du vampire. Le coup l'atteignit et il fut projeté sur le côté les crocs brisés. La force nécessaire au maniement du marteau fit souffrir le jeune homme. Un des crocs atterrit près du saltimbanque qui le ramassa et le fourra dans sa poche. Pensant son adversaire mort, il commença à fouiller le cadavre de Méphiston et y récupéra une bourse. Pendant ce temps le mort-vivant se releva et chargea son adversaire. Yveresse n'eut pas le temps d'esquiver et la créature enflammée le fit tomber au sol. Quelques secondes plus tard la célérité du monstre fit que Yveresse se retrouva nez à nez avec le visage du monstre.

"Meurs!"fit-il avec un sossautement ridicule et il leva ses griffes pour frapper le jeune homme. C'est alors qu'Yveresse cru voir la fin mais un hurlement dans sa tête cria:

"NON!"


Le hurlement ne fut pas que mental et Shlink fut ralenti de surprise par le cri. Le corps du jeune homme fut si rapide qu'il ne put voir le coup porté. Shlink fut projeté en arrière comme une poupée de chiffon perdant au passage les clés des geôles. Celles-ci furent rattrapées au vol par son adversaire. Le mort-vivant réussi à se stabiliser pour repartir à l'assaut contre le le mortel... Sauf que son adversaire était tout autant un simple mortel que lui à présent. Le regard du saltimbanque était devenu bestial et sans pitié. Ses dents s'étaient allongées ainsi que ses griffes, ses muscles s'étaient renforcés et il le regardait non plus comme une proie apeurée mais plutôt comme un chasseur prêt à tuer. Il faisait tourner les clés entre ses doigts à une vitesse hallucinante.

"Qui es-tu?"cria le vampire.

"Ta mort. La vraie celle-la."répondit son ennemi le sourire aux lèvres encore plus dément.

En une fraction de seconde, le vampire vit son adversaire le charger paume dressée. Ne pouvant esquiver le coup, il reçut un coup de paume dont la force le fit voler contre le mur et il sombra.

Le jeune homme se retourna et cligna des yeux comme gêné par quelque chose.

*Vite sauver les filles et les faire sortir d'ici*

Yveresse maintenant sous le contrôle de Keiros se précipita en courant à travers le dédale de couloir, s'orientant grâce à son odorat sur-dévellopé. Il entra dans un couloir dérobé derrière des tentures.

*Des femmes par là*

Il dévala les escaliers rapidement et se retrouva devant des grilles en métal forgé qu'il aurait eu du mal à briser. Une trentaine de prostituées homme et femme se trouvait ainsi enfermées.

"Je viens vous sauver, n'ayez pas peur!"


Ne tenant aucuns intérêts pour les regards apeurés des captifs. Il essaya d'ouvrir la porte en utilisant les clés et dû attendre d'avoir usé toutes les clés pour trouver la bonne. Lorsque le clic d'ouverture se fit entendre, un grondement sonore s'éleva au dessus d'eux... Le sérail commençait à s'effondrer à cause du feu. Et un hurlement sinistre retentit: Shlink avait certainement périt. Keiros ouvrit la porte et les prostituées sortirent et montèrent l'escalier en direction de la sortie... Apparemment certaines avaient noté le chemin vers la sortie pour une possible évasion sans doute. Keiros suivait de près les fuyardes lorsque arrivé à la porte en bois de l'entrée, une boule de feu fit irruption dans le couloir... Shlink n'était pas mort...

La porte s'ouvrit à la volée et les filles fuirent de l'endroit mais poussèrent un hurlement lorsqu'elle furent nez à nez avec une dizaine d'arbalétriers certainement déplacés en renfort par Méphiston... Deux d'entre eux étaient blessés et une dizaine de cadavres étaient étalés au sol... L'oeuvre de Salianir et de son acolyte sans doute.

Entre deux maux, choisissant le moindre Keiros chargea au dehors vers les arbalétriers et les filles le suivirent. Hurlant de rage le vampire se précipita au dehors suivant son agresseur. La nuit était tombée et le soleil ne pourrait l'effleurer. Les arbalétriers furent plus embêtés à essayer de tuer le vampire que de poursuivre les filles et le jeune saltimbanque.

Quelques jours plus tard, on titrait dans le journal de Port-Pergas: "La Mort dans son plus simple appareil."

Les catins échappées ne furent pas capturées.

Yveresse non plus...


[Mdj: Yveresse a réussit à asséner un coup de marteau de Méphiston à Shlink qui a volé sous l'impact. Yveresse à pillé le cadavre de Méphiston récupérant une bourse d'on ne sait quoi, un pommeau d'épée et un croc de Shlink. Le vampire a contre-attaqué et c'est Keiros qui a pris le relais. Shlink s'est fait éjecté dans le décor. Keiros à réussi à sauver les prostituées qui se sont enfuies. Des arbalétriers gardaient la porte mais ont dû faire face à Shlink. Yveresse à survécut par un moyen que je décrirais au prochain post. Me rajouter: un pommeau d'épée(objet rp), croc de vampire(objet rp), marteau de guerre(niveau choisit par vous), le contenu de la bourse. Me dire si Shlink est mort et si le sérail à été détruit par le feu ou non. Merci!]

[brise : objets rp rajoutés ; masse médiocre rajoutée ; 15 Or, bougie x2, "fiole de sang de vampire" (se vend 10 Or à un alchimiste uniquement) et 1 petite gemme taillée rajoutés.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Sam 29 Nov - 13:32

Post n°27:
Yveresse.


Ploc, ploc, ploc, ploc, ...

Un bruit de goutte dérangea Yveresse dans son sommeil, l'air était humide et l'odeur autour de lui était nauséabonde. Il n'arrivait que difficilement à ouvrir les yeux et à côté de lui s'écoulait de l'eau... Des parois de pierre, une odeur ignoble, peu de luminosité... Les égouts, voilà donc comment Keiros avait réussit à se cacher... Pas bête au final... Il regarda lentement autour de lui et remarqua une lueur de feu derrière lui. Il se leva et alla vers ce qui semblait être un campement improvisé avec un foyer au centre, il se posa à côté se réchauffa les mains et remarqua deux morceaux de viande en train de cuire.

L'odeur vit gargouiller le ventre du saltimbanque qui en prit un et le dévora.


"Eh bien mon cher ami, vous manquez à toutes les étiquettes de ce bas monde... On attend son hôte pour se servir en général."dit une voix dans le dos d'Yveresse.

Le jeune homme se retourna et vit son interlocuteur: un homme grand, beau, jeune, au teint légèrement hâlée. Il portait un ensemble en cuir brun décoré d'un goût exquis: une longue veste à frange, un pantalon assorti et des bottes d'une excellente facture mais inconnue d'Yveresse. Sous sa veste il portait une chemise à jabot d'un tissu très fin et blanc surmontée d'un veston bleu-gris. Sa tête était affublée d'un bandana rouge et son visage fin mais avec une mâchoire qui semblait puissante était ornée d'un fin bouc. Il était brun aux yeux bleus... deux magnifiques lapiz-lazulis. Autour du cou il portait sur une chaîne en or une sorte de montre étrange... L'aura qui en émanait respirait la magie. Il était armé mais sans aucune attitude agressive: une fine lame ornait hanche droite et dans son dos une arbalète de bonne facture était accrochée. Yveresse ne fut pas surpris pris le second morceau de viande et lui offrit en lui souriant:

"Excusez-moi j'étais affamé."

L'homme prit le morceau et se posa près d'Yveresse. Il commença à entamer le morceau de viande avec une finesse et une délicatesse digne d'un aristocrate. Lorsqu'il eut finit, il posa sur Yveresse un regard bienveillant et lui dit:

"Je me nomme Diego, Diego le Vagabond. Je suis aventurier."

Voyant que Yveresse allait se présenter et poser des questions, il leva la main et dit:

"Laisse. Tu es Yveresse, artiste itinérant membre d'un cirque qui à été détruit, tu aides les prostituées de Port-Pergas à se sauver du réseau et par tes actions le réseau est en train de se dissoudre petit à petit. J'en sais plus que tu ne l'imagine mon jeune ami. Ne t'inquiète pas les prostituées que ton alter-ego sauvage a sauvé son retournée au Refuge saine et sauve. Shlink a été abattu et Salianir est dans une très mauvaise passe. Son possible partenariat avec des vampires à été mis à jour et son soutien de la part du roi est de moins en moins tangible."

A l'entente du nom de Salianir, Yveresse fit un bond et ouvrit la bouche, Silène!

"Ne t'inquiète pas ton jeune ami est toujours en vie, Salianir le garde pour se nourrir de son sang et obtenir sa beauté. Mais tu es en mesure de le sauver, il est retenu dans l'aile de Salianir dans le château. Maggot et Herg ont disparus, l'un en mer l'autre dans les montagnes de l'Est. Dans quelques jours le roi va organiser un entretien au château pour apaiser les tensions entre Salianir et Agraël... Tu te doutes que ça va être un moyen pour l'un et pour l'autre de se tuer mutuellement. Pour être exact cette entrevue va se dérouler dans l'aile Est du château dans une semaine. Agraël emporte une escorte... Je te conseille de rentrer via cette ouverture..."

Diego se leva et passa derrière Yveresse.

"Ah oui je t'ai procuré des affaires neuves: tes objets sont à côté, là. Tu es magnifique comme garçon mais je doute que les gens du Port soient aussi ouvert que moi mon ami. Je te dis à très bientôt."

Yveresse se retourna. Diego avait disparut. Pas le moins outré du monde le jeune saltimbanque se leva et s'habilla des frusques offertes par son sauveur. Un ensemble simple en tissus, très passe partout. Il prit ses affaires et remonta à la surface en direction du Refuge.

[Mdj: Yveresse à rencontré Diego un aventurier qui s'est occupé de lui pendant son coma suite à la technique du Dompteur. Il lui a fait un petit résumé de la situation et de ses possibilités. L'homme à disparut et Yveresse décide de retourner au Refuge pour préparer son nouveau plan. Est-il repéré par les gardes dans le Port?]
[LL : Non c'est bon. Tu arrives au refuges sans problème.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Ven 5 Déc - 13:00

Post n°28:
Yveresse.


Yveresse arriva devant le Refuge et à son habitude, frappa deux fois, puis une, puis trois; puis la voix de Tantine retentit derrière la porte.

"Qui est là?"

"La danseuse en tutu rose."

"Avec le fils de Sikeh?"

"Non. Retenu par dents pointues."

"..."

"Je t'ouvre."


La porte s'ouvrit et Tantine habillé dans sa tenue de combat fit face au saltimbanque. Il fit deux pas à l'intérieur et le travesti le prit dans ses bras et le serra fort.

"Purée! C'est bon de te revoir... On te croyait mort. Entre, mon ami tu vas nous raconter ce qui s'est passé en détail."

Il descendirent l'escalier de pierre et arrivèrent dans la grande salle. Contrairement à sa première visite l'endroit était bondé de monde, seules les tables et les chaises étaient éparpillées ça et là. Les filles que Keiros avait sauvées étaient assises en compagnie des plus anciennes. Yveresse remarqua que les vivres avaient aussi disparut.

"Où sont les couches et la nourriture?"
demanda le saltimbanque

"Dans une autre salle. On a découvert que l'endroit était constitué de plusieurs salles dans le même genre que celle-ci; toutes séparées par des passages secrets plus ou moins compliqués et piégés, Ebert et moi on essayes de percer leurs secrets... Dans le temps, nous n'étions pas si mauvais pour découvrir des trésors tu peux me croire."

Et il appuya sa remarque avec un petit clin d'oeil. Certaines nouvelles en le voyant eurent un mouvement de recul, d'autres lui sourirent et enfin certaines le regardèrent avec un regard intrigué.

*Keiros qu'est-ce que tu as encore fait ?*

*Tu sais que je prend rarement parti pour le molosse, donc ma parole vaut tous les témoignages du monde: il les a juste sauvé.*

C'était la voix d'Yvan.

*Je n'ai aucune affection pour ce gros béta, crois-moi mais je ne peux me résoudre à te laisser l'accuser d'inaction. Il t'a, et leur a sauvé la vie. Je n'aurais jamais cru cela possible.*

*Dis-moi, lui qui est si bavard d'habitude, pourquoi ne vient-il pas plaider sa cause lui-même?Hein?*

*Il est en torpeur. Crois-tu sincèrement que te posséder comme il le fait n'est un désagrément que pour ta personne? C'est une entité psychique: se matérialiser dans le monde physique et prendre le contrôle de ton corps surtout pour le combat est quelque chose de très dangereux pour lui aussi.*

*D'accord. Dès qu'il sera réveillé préviens-moi, je le remercierais.*

*Ce sera fait*

*Yvan? Juste une chose.*

*Mui?*

*Tu te rends compte que tu viens de lui éviter de nombreuses engueulades?*

*Oui. J'ai hésité au début à te dire ça uniquement pour ça. Mais bon je suis ton innocence après tout...*

Tantine venait de présenter leur sauveur aux nouvelles durant son dialogue interne. Dimitri et Manie, les deux jeunots venaient de se ruer sur lui, l'enserrant de leurs bras. Dimitri manqua de lui couper le souffle: il a de la force ce garçon! Lorsque les retrouvailles furent terminées, Yveresse commença son discours en n'omettant aucuns détails, expliqua aux nouvelles qui était leur vrai sauveur et enfin expliqua son plan(enfin le plan de Diego). Lorsqu'il eu terminé, ce fut Tantine qui prit la parole:


"Soit, il nous reste donc une semaine avant tout ça. Ebert et moi, on va t'entrainer et on ira ensemble voir comment se comporte la garde d'Agraël. J'ai entendu dire qu'elle répétait ses manoeuvres devant le château de Méphiston, qui par un heureux hasard appartient maintenant à Agraël. Il a refait une annonce publique disant qu'il vengerait le sort de ses anciens alliés. Apparemment tu as sauvé la moitié des filles retenues. Les autres sont dans le château, ce sera corsé d'y pénétrer. Quoi que si tu te fais passer pour un des leurs ce sera beaucoup plus simple selon moi."


"Alors, mon loulou en attendant la fin de la semaine tu vas nous aider à nettoyer ces souterrains à la mord moi l'noeud."[/color]Ebert venait de rentrer dans la pièce, il avait le bras blessé. Tantine courut à ses côtés accompagné de Arianne l'enchanteresse et Mado. Ils commencèrent à lui bander le bras et à désinfecter la plaie.

"Bah c'est bon la blessure n'est pas profonde." dit Tantine.

"Ouais mais empoisonnée, rien de grave juste des étourdissements mais fatals si j'avais continué."

"C'était où?"

"La fin de la salle aux colonnes..."

"Encore?! Ca fait trois jours qu'on est dessus!"


"HEIN?! Trois jours? Mais ça fait combien de temps que je me suis absenté?"
cria Yveresse.

"Crie pas si fort! Votre départ date d'une bonne semaine, pourquoi tu crois qu'on s'est autant inquiété? Bon sur ce, ma pouliche met tes atours et suis-moi dans les tunnels."


***


Quelques minutes plus tard dans les tunnels:

Il venait de traverser quatre salles: la salle qui maintenant servait de dortoir, identique à la salle aux tables; la salle du garde-manger, assez spacieuse; l'escalier dit sans fin tellement il était long; l' "antichambre": une petite salle qui était apparemment bourrée de pièges. Il pénétrèrent enfin dans la salle des colonnes qui était réellement immense: elle devait faire la taille d'une cathédrale et le plafond était soutenu par treize colonnes de pierres taillées. L'édifice était magnifique et il se demandait qui l'avait mis en place mais surtout comment?

"On y est, mon petit loup. C'est joli hein? Mais méfies-toi c'est bourré de mauvaise surprise."dit Tantine

Ils avancèrent le long de la salle torche à la main, lorsqu'ils pénétrèrent dans le cercle des piliers, le saltimbanque remarqua une immense pentagramme tracé au sol. Aucune magie n'en émanait. Ils continuèrent jusqu'à l'autre bout de la salle et arrivèrent près d'un début de tunnel: une porte fermée en bloquait l'accès.

"Bon c'est là que Ebert s'est fait blesser. Fais gaffe!"

Ils avancèrent puis un "clic" se fit entendre. Un léger sifflement sorti du mur. De concert, les deux reculèrent.

[Mdj:Le Refuge n'était pas constitué que d'une salle mais d'un ensemble de salle. Après des retrouvailles avec les filles Tantine et Yveresse sont partis désactiver un piège dans une des salles. Ils ont déclenchés le piège qui est des projectiles sortis du mur et enduit de toxines qui donnent des étourdissements. Les deux ont reculés d'un bon au même moment. Esquivent-ils? Note:Tantine est un ex-chasseur de prime bien entrainé et Yveresse par le cirque est très souple.]
[LL : J'aurai aimé avoir plus de détails sur l'esquive et sur le piège. Dans les MDJitages, on note la qualité du RP. Là, je ne peux pas juger réellement. Yveresse se fait écorcher au niveau de l'épaule et Tantine esquive.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveresse
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 28
Age RP : Environ 20 ans
Fiche perso : Là!
Date d'inscription : 25/08/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   Ven 26 Déc - 16:46

Post n°29:
Yveresse.


Yveresse ne fut pas assez leste pour esquiver l'une des lames sorties du mur et s'entailla au niveau de l'épaule. L'effet du poison fut fulgurant, l'étourdissement lui fit perdre l'équilibre et il tomba au sol. Tantine qui avait parfaitement évité les lames s'approcha de lui et le releva:

"Flûte de flûte, il a fallut que tu te fasses toucher... Bon c'est pas trop grave... Fait moi voir ça."dit Tantine.

L'ancien chasseur de prime regarda la blessure, elle était peu profonde mais le poison faisait effet. Il sorti de la besace d'Yveresse sa lotion et du bandage et entreprit de bander l'épaule du saltimbanque... En ajoutant à l'ensemble quelques gouttes du produit qu'il avait déjà appliqué sur les blessures de son compagnon.

"Ca devrait passer dans un petit moment maintenant... Par contre l'ennui c'est de traverser ce piège... Tes couteaux de lancer, tu les as toujours sur toi?"

Le saltimbanque sorti les couteaux de sa besace.

"Tu penses être capable de les lancer?"


"Vais essayer"

"Donc pour faire simple: ce sont les dalles qui actionnent le mécanisme de lancé apparemment... On va essayer de lancer les couteaux sur les dalles pour voir lesquelles sont piégées"

Yveresse tenta les lancés, par miracle les dalles étaient larges et au nombre de six sur la longueur du couloir. Les murs étaient bordés par des réhaussements en pierre qui pouvaient permettre le passage d'êtres humains.

*Génial, je sens qu'on va devoir passer par ce petit passage là... *


"Tantine, je te parie que toutes les dalles sont piégées."

"Qu'est ce qui te fait dire ça?"

"L'intuition..."

Et il lança les couteaux, le premier atteignit la première dalle de droite, le second celle qui était plus éloignée et le troisième la dernière dalle devant la porte. Des dagues empoisonnées surgirent sur toute la longueur du couloir ne laissant aucun passage pour un être humain normal.

"Pari gagné."

"Je te parie aussi qu'il va falloir passer par ce réhaussement là pour pouvoir aller de l'autre côté."

"J'arrête les paris avec toi... De toutes manières on a pas trop le choix passons par le ce passage."

Et ensemble l'un après l'autre, ils passèrent sur la petite corniche de pierre. Essayant tant bien que mal de ne pas tomber sur les dalles.

[Mdj: La plaie d'Yveresse à été désinfectée et bandée, Tantine a appliqué un baume pour essayer de limiter l'effet du poison. Utilisant les couteaux de lancés, Yveresse s'est apperçu que l'ensemble des dalles au sol étaient piégées, il décident donc de passer sur une corniche de pierre ou leur équilibre est relativement instable. Que se passe t-il? M'enlever la lotion purifiante et le bandage merci.]

[Brise : Pas sûr d'avoir tout compris mais : La pièce étant piégée, vous ne pouvez passer. Il reste des pièges en place (3 dagues ne peuvent déclencher tous les pièges) tu ne peux donc les récupérer et perds donc tes couteaux. Malgré l'étourdissement du poison, tu vas avoir du mal mais réussir à passer par la corniche sans encombre. Tu es de niveau 1 pour toutes tes actions (-1 nv) à cause du poison, temporairement pendant 12 heures. En revanche, comme tu n'as pas d'anti-poison, l'effet du poison est simplement retardé grâce à la lotion purifiante : d'ici 12 heures le poison fera vraiment effet et tu tomberas alors malade au point de ne rien pouvoir faire pendant 24 heures (fièvre, vomissements, délires, faudra t'aliter). Ton temps d'action est donc compté : 12 heures.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Yveresse]L'ange descend en enfer accompagné.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diana Dawson, l'ange de l'enfer [Validée]
» [Rp libre] Fiore, Terminus tout le monde descend...en enfer.
» Ange Gardien - Mâle [Clan de la rivière]
» T3: Je suis l'enfer; E9: Hécatombe (Gabriel); T3: Ange et Gardien; E6: Salvation (Telagan)
» Ange gardien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gloire et Honneur - Archive :: La version 1 :: Le vaste Monde de Gloire et Honneur :: Norgod :: Port-Pergas :: Les Habitations-
Sauter vers: