Gloire et Honneur - Archive


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Malphas] Hé oh, on va au boulot !

Aller en bas 
AuteurMessage
Malphas Harasus
Boulet sans avenir


Nombre de messages : 1403
Age : 23
Age RP : 32 ans
Fiche perso : Cliquez ici à vos risques et périls.
Date d'inscription : 22/01/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: [Malphas] Hé oh, on va au boulot !   Lun 25 Aoû - 10:50

Post n°27
<[Malphas Harasus]>


[HRP : Action précédente à Port-Pergas, cf C'est pas sorcier.]


Le paladin se dirigea donc au "quartier général" du régisseur des travaux. Ce dernier lui indiqua qu'il devait reconstruire une partie des remparts nord et qu'ils avaient besoin de détruire quelques morceaux qui ne pouvaient être réparé. Il fut donc demander au clerc de faire sauter les parties gênantes.

Après une marche d'environ une heure avec des ouvriers ; des charpentiers, des tailleurs de pierre, mais aussi d'autres ingénieurs et une poignée de soldats pergasiens faisaient partie de cette escouade de réparation. En effet, ces derniers devaient joués le rôle de terrassiers et de maçons.
L'ingénieur en chef, chargé de la reconstruction de la muraille de la ville, expliqua aux trois autres ingénieurs -Malphas, mais aussi un homme chargé de la logistique et un autre ayant la tâche de diriger les hommes-, que la section de mur à refaire faisait environ quatre cents cinquante mètres. Il fallait donc détruire à coup de charges de sapes environ cinq mètres mètres de la fortification.

Malphas demanda donc à voir la partie à détruire ; il fut conduit par l'un des tailleurs, qui lui montra la partie à saper. Le clerc estima qu'il fallait environ une dizaine de charges de sape. L'ingénieur chargé de la logistique informa Malphas qu'il ne possédait pas assez de charges, mais qu'ils avaient toutefois les ingrédients nécessaires.

Il manquait ainsi deux charges de sape, et l'ingénieur en chef fournit un atelier -improvisé, certes- au paladin afin qu'il puisse fabriquer les deux charges.
Tout d'abord, il prépara le composant explosif. Il prit tout d'abord les sachets de souffre et de salpêtre, les versa dans un bol et les malaxa jusqu'à ce que le mélange soit très fin. Il ajouta ensuite du charbon et les fleurs de feu, les mélangeant délicatement. Ensuite, dans un autre bol, il mit l'huile de feu et l'alcool fort, et mêla les deux jusqu’il obtienne un liquide homogène. Pour terminer, Malphas versa le liquide dans la poudre, et touilla jusqu’à obtenir une pâte molle.
Mettant de côté la fabrication de l’explosif, il commença à fabriquer deux récipients. Il dût toutefois s’y reprendre une deuxième fois pour l’autre réceptacle ; en effet, la laine étant mal placé, la charge n’était pas étanche et était très dangereuse.

Finalement, il remplit enfin les récipients de la pâte explosive, et sortit manger. Réuni à proximité du bâtiment pour l’ingénieur en chef, l’ensemble des personnes déjeuna. Certes, le repas était frugal –une baguette, une saucisse, une pomme et deux chopes de bière était le repas-, mais permettait de tenir la journée.

Après avoir manger et discuter avec une poignée d’ouvriers, Malphas se remit au travail, cette fois-ci, avec un tombereau, une pioche , une pelle, une très grosse bobine de fil et l’ensemble des charges de sape. Il se mit donc en route, et arriva à proximité du bout de rempart à détruire. Il commença donc à piocher pour éliminer les bouts de fondation gênants et à pelleter pour enlever gravats et terre. Dans les trous ainsi pratiqué, il plaçait des charges et attachait leur mèche. En effet, le paladin préférait une explosion suivi rapidement que de faire exploser les charges une par une. Finalement, au bout de deux heures de travail, il avait fini de poser les charges. Prenant son il alluma les deux séries de charges faites.

Une fois que l’ingénieur en chef fut informé que la mur était détruit, il fut confier au clerc une vingtaine d’ouvriers avec des ânes et des tombereaux afin d’évacuer les pierres. Jusqu’à la fin de la journée, Malphas dirigea le déblayage des pierres et de la terre restante.
Malphas, en partant, informa l’ingénieur en chef du fait qu’il resterait trois jours supplémentaires sur le chantier. L’ingénieur fournit donc au paladin la charge de reconstruire la partie de la muraille qu’il avait détruit.

***


De retour au grand temple, Malphas décida d’aller parler avec l’Archiviste. Après sa discussion, il soupa avec Galathiel et Sekgan. Enfin, le paladin et son apprenti allèrent à la chapelle des prêtres, afin de prier et de faire des offrandes à la déesse. Le paladin alla ensuite se coucher, afin d’entrer dans un sommeil réparant une longue et dure journée…

_________________
Malphas Harasus [La Congrégation de Neis ] ~Paladin de Neis~

"Je sais où je vais, et ainsi, je frappe."

>~Jonque Tirlau = Malphas Harasus = (PNJ) Rhorem Jyrk ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malphas Harasus
Boulet sans avenir


Nombre de messages : 1403
Age : 23
Age RP : 32 ans
Fiche perso : Cliquez ici à vos risques et périls.
Date d'inscription : 22/01/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Malphas] Hé oh, on va au boulot !   Lun 25 Aoû - 23:23

Post n°28
<[Malphas Harasus]>



Ce matin, le paladin s'était levé tard par rapport à d'habitude. Il s'était donc dépêcher de venir, en saluant Sekgan, Galathiel et l'Archiviste -qui, comme à leur habitude, allaient "garder" Galathiel tous les deux-, puis en prenant un frugal petit-déjeuner. Après avoir marcher une bonne demi-heure à travers la ville cosmopolite, marchande et riche de Port-Pergas, il arriva au chantier, qui venait juste d'ouvrir; en effet, des hommes déchargeaient du matériel pour reconstruire la muraille. Des sacs de chaux, des pierres, du bois, des métaux ; tous ces matériaux allaient être utilisés pour la construction du mur. On trouvait d'autres choses aussi ; de la nourriture, des outils -pioches, pelles, marteaux, truelles, outil de mesure d'ingénieur... - et même de quoi soigner les blessures des ouvriers.

L'ingénieur en chef adjoint à Malphas un ingénieur qui avait préparé les plans de la muraille. De plus, on leur donna une vingtaine de terrassiers, une dizaine de tailleurs de pierre, une demi-dizaine de charpentiers et une douzaine de maçons. Très rapidement, Malphas fit des équipes afin de faciliter le travail. Tandis que certaines équipes continuaient le déblayage, d’autres aidaient les maçons à faire les fondations. Les tailleurs commençaient à faire des blocs taillés selon les demandes de l’ingénieur, alors que d’autres empiler les blocs avec l’aide de chaux et de boiserie. Le chantier avançait vite grâce à l’organisation de Malphas, et celui-ci vint sonner la pause. Il fit distribuer de la nourriture aux hommes, mangeant avec l’autre ingénieur, afin de discuter de l’action à suivre.

Rapidement, le travail reprit et l’une des équipes de travail commença à monter le chemin de ronde. Malphas commença donc à donner de nouveaux ordres sur l’approvisionnement, afin de fournir les matériaux pour construire des tours. Vers quinze heures, le paladin visita l’ensemble du chantier, regarda l’avancée du travail et prit note de ce qu’il devait faire. C’est lors de la dernière partie de la visite qu’un problème fut visible ; l’océan, éloigné d’environ deux mètres, infiltrer le sol. Le problème était de taille car cette eau déviait cinquante mètres de remparts… qui ne pouvaient être écarté. Le paladin mit donc avec l’aide de l’autre ingénieur un système complexe de fondations avec comme support des pilots en pin. L’opération allait ralentir l’édification du rempart, mais cela était toujours mieux d’avoir un rempart bancal…

Finalement, la journée se finit bien, puisque la portion de quatre cents mètres était à certains endroits définitivement préparés, et qu’une partie des remparts était faite. L’édification de deux tronçons de mur et deux tours était encore à fait, mais les fondations étaient prêtes.

Alors que les ouvriers commençaient à boucler le chantier, l’ingénieur en chef mena ses collègues dans l’entrepôt afin de leur montrer les plans des réalisations futures ; une partie des quais, des quartiers d’habitations, des remparts ainsi que quelques temples faisaient partits de cette liste-. Alors que l’ensemble des ingénieurs quitta l’endroit, Malphas entendit un bruit suspect. Il dit à ses collègues de partir, prétextant qu’il avait oublié quelque chose dans l’entrepôt…
Cherchant la provenance du bruit, il avançait doucement à travers le lieu. Finalement, il vit une ombre et commença à se poser un tas de questions. Il dégaina son épée et prit son arbalète qu’il chargea délicatement. Enfin, il aperçut un bout du tueur –ou peut-être voleur, qui sait-. Ce n’était qu’un gosse allant de cinq à dix ans… Le voleur pillait en effet la nourriture, prenant principalement de la viande salée et du pain.

L’enfant avait des cheveux platines en bataille et des jaunes fendus en amande. D'une peau pâle, il ne mesurait qu’environ qu’un mètre trente, pour une vingtaine de kilogrammes. Il portait une tunique blanche et un pantalon court turquoise. Un sabre était tenu par un ruban orange traversant en diagonal la tunique ; un bilboquet pendait aussi à son cou.
Arrivant dans le dos du jeune voleur, il se trouvait à cinq mètres de l’enfant. Il tira un carreau à côté de lui, et fit en s’approchant du
voleur :

"Tu es fais comme un rat, rends-toi ou tu vas mourir !"
Complètement acculé, l'expression du garçon -qui se trouvait maintenant de face- exprimait une peur extrême. Bientôt, l'épée du paladin ne se trouvait qu'a une vingtaine de centimètres du torse du gamin.
"Je te propose de rester calme, sinon je n'hésiterais pas à sortir toute ma panoplie de paladin."
Le paladin attendit qu'un mot sorte de la bouche de l'enfant, qui semblait paniquer complètement...


[HRP : Zasalamel, tu peux poster ^^]

_________________
Malphas Harasus [La Congrégation de Neis ] ~Paladin de Neis~

"Je sais où je vais, et ainsi, je frappe."

>~Jonque Tirlau = Malphas Harasus = (PNJ) Rhorem Jyrk ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zasalamel

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 03/01/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Malphas] Hé oh, on va au boulot !   Mar 26 Aoû - 0:17

Post 1
[Zasalamel]
Mission dangereuse... C'est la première chose à laquelle pense Zasalamel, tranquillement assis sur un poteau à quelques mètres du chantier qu'il regarde attentivement, afin d'en graver les moindre détails dans son esprit, malgré le soleil qui tappe assez fort et surtout, la faim qui provoque une solide crampe à l'estomac. Cela n'est d'ailleurs pas arrangé par la vision des ouvriers qui dégustent tranquillement leur ration du jour. Intèrieurement, Zasalamel ne la sent vraiment pas bien cette mission : il repense au moment où, tôt ce matin, son patron est venu le réveiller sur sa paillasse en lui expliquant qu'un chantier allait commencer et que, il devrait y avoir de la nourriture. Hors, l'auberge où travaille Zasalamel est devenue bancale et peu fréquentée sauf par les pauvres et donc, son patron lui a demandé d'essayer de voir si il peut "emprunter" de la nourriture dans l'entrepôt principal. C'est donc pour cela que à présent, Zasalamel se retrouve assis sur ce poteau à quelques mètres du sol, en train de littèralement crever de faim et en train d'observer attentivement le chantier.

****Hn... Je me demande si... Si j'ai bien fait d'accepter... Voler quelque chose ici va être encore plus difficle que de voler quelque chose dans l'autre taverne... mais d'un autre côté, patron me fait confiance et... Je ne peut pas le décevoir...****

Tout en pensant à son cher patron, Zasalamel serre son bilboquet dans sa main droite pour se donner un peu de courage avant de lever les yeux vers le ciel : d'après la position du soleil, il doit être à peu près quinze heures... Encore trois heures à attendre avant que les ouvriers ne commencent à partir, trois heures à essayer d'oublier la douleur qu'il ressent au ventre tout a pour aller voler de la nourriture à laquelle il ne touchera même pas, du moins, pas tout de suite. Il se remet alors à observer le chantier de loin afin de noter l'emplacement de l'entrepôt : ce dernier est au beau milieu du chantier, à distance égale des espèces de tranchées que les ouvriers creusent. Ce n'est vraiment une bonne position... Quoi que... D'après ce qu'il peut voir, les ouvriers laissent parfois trainer pas mal de grosses choses par terre : des pilliers en bois par éxemple ou encore des tas de rondins et des tas de pierres : en gros, tout ce qu'il faut pour se cacher.

****Bon, donc, il faut que... Que j'attende que tout le monde parte et que... Que j'aille dans l'entrepôt... Là, il devrait y avoir de quoi manger... Je n'en prendrai pas trop : les ouvriers en auront peut être besoin, mais... mais il faut aussi que j'en prenne assez pour... Pour ce soir...****

Finalement, Zasalamel reste tranquillement sur son poteau, jusqu'à ce que le soleil commence à déscendre et qu'il puisse voir les ouvriers commencer à partir. Là, il attrappe le bois du poteau et se laisse glisser jusqu'en bas avant de courir rapidement sur le quai pour arriver au chantier. Sa première réaction est alors de se jetter derrière en gros tas de pierres pour éviter un groupe de trois ouvriers qui passent près de lui en bavardant et il reste là, en sentant son coeur battre de plus en plus fort avant de finalement se lever et de marcher lentement, prêt à sauter derrière un tas de bois le plus rapidement possible, mais finalement, personne ne vient et il parvient enfin à l'entrepôt ce qui lui fait pousser un soupir de soulagement.

****Bon alors... Faut... Faut pas que... Que je reste là trop longtemps... Même si ils sont partis... Bon, où est la nourriture ?****

Zasalamel se met alors à Chercher rapidement, en progressant vers le fond de l'entrepôt. Mais d'un coup, il entend des pas approcher et le murmure d'une conversation se rapprocher ce qui lui fait faire un énorme bond. Il saute alors derrière un tas de tonneau tandis que le murmure se rapproche avant de finalement s'arrêter à une dizaine de mètres de lui. Il entend alors les hommes parler de refaire les quais, des quartiers d'habitation et des temples, bref, peu de choses intèrressantes pour Zasalamel dont le coeur tellement vite qu'il est à deux doigts de s'évanouir : en fait, il se demande presque coment ça se fait que avec le bruit que fait son coeur, personne ne puisse l'entendre. Mais finalement, les trois hommes commencent à bouger et légèrement rassuré, Zasalamel se lève avant de rester pétrifié sur place : il vient de bousculer un des tonneaux ce qui a déclenché un son presque infime, maissuffisant pour donner l'alerte.

****Mince !****

Le coeur battant de plus en plus, Zasalamel sort très légèrement la tête de sa cachette pour voir, mais visiblement, les trois hommes n'ont rien entendu et ils sont tous les trois dos à lui. Rassuré, il se remet à chercher la nourriture et finit enfin par tomber dessus au bout d'un instant ce qui le fait soupirer de nouveau. mais au moment où il tend la main pour s'emparer d'un bout de viande salée, un sifflement résonner et un souffle passe à quelques millimètres de sa tête, suivit de près par une flèche qui se plante à deux centimètre de sa main. Une voix froide retentit alors derrière lui ce qui le fait rapidement trembler :

"Tu es fais comme un rat, rends-toi ou tu vas mourir !"

Mourir ? Zasalamel tremble de plus belle en entendant ce mot et il se retourne d'un bloc juste à temps pour croiser un regard gris particulièrement froid, regard appartenant à un des trois hommes qu'il a vu plus tôt. L'homme a des cheveux bruns, comme LUI, mais pas coiffés éxactement pareil. Il a l'air assez agé : la quarantaine certainement. mais Zasalamel n'est pas interressé par ça : il est beaucoup plus "interressé" par l'épée de l'homme qui se rapproche lentement de sa poitrine, à l'endroit prècis ou L'AUTRE l'avait blessé autrefois, croyant toucher le coeur. Complètement pétrifié, Zasalamel ne parvient même pas à ne serais'ce que songer à se défendre : son corps lui désobéit totalement. Mais finalement, l'arme de l'homme finit par s'arrêter à quelques centimètres de lui tandis que la voix froide de l'homme prononce :

"Je te propose de rester calme, sinon je n'hésiterais pas à sortir toute ma panoplie de paladin."

Un paladin ? L'un de ces fameux chevaliers plus puissants que la moyenne dont LUI faisait d'ailleurs partit et dont Zasalamel rêve depuis deux ans maintenant de faire également partie plus tard. Si il n'était pas aussi effrayé, il serait presque heureux de revoir l'un de ces puissants chevaliers. Sans même y faire attention, il se contente de murmurer d'une voix presque aiguëe tout en se plaquant contre le mur derrière lui :

"Non... Je... Arrêtez ! Je me rend mais... N'approchez pas !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malphas Harasus
Boulet sans avenir


Nombre de messages : 1403
Age : 23
Age RP : 32 ans
Fiche perso : Cliquez ici à vos risques et périls.
Date d'inscription : 22/01/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Malphas] Hé oh, on va au boulot !   Ven 29 Aoû - 9:48

Post n°29
<[Malphas Harasus]>



"Non... Je... Arrêtez ! Je me rends mais... N'approchez pas !" dit le garçon d'une voix approchant l'aiguë.
Le paladin observa rapidement le garçon. Visiblement, ce n'était pas lui qui était derrière ça -plutôt un adulte ou un adolescent- ou alors il était très malin et jouait très bien la comédie. Non, Malphas prit rapidement conscience du fait que ce gosse ne pouvait être qu'un enfant manipulé par plus fort que lui. Le paladin s’arrêta et jaugea le garçon. Il valait mieux le sauver et le prendre sous son aile que de le dénoncer et de le voir se balançai au bout d’une corde. Le paladin prit donc la décision intérieure de sauver l’enfant de lui éviter des problèmes. Il rengaina son épée et rangea son arbalète, sous le regard étonné et soulagé du voleur.
Malphas regarda droit dans les yeux l'enfant et lui dit :

"Écoute-moi, je vais être clair, net et concis ; je n'ai nullement envie de te voir pendu pour vol."
Le paladin continua :
"Prends un peu de nourriture, cela ne leur fera pas grand mal. Moi, je sors par la porte de devant. Il y a une fenêtre là-bas, tu peux t'en aller rapidement ; mais dépêche-toi, dans environ cinq minutes, des gardes vont venir prendre la relève des ouvriers..."
Le paladin tourna les talons et commença à s'en aller, puis soudainement il s'arrêta, regarda à nouveau le gosse et lui dit :
"Si tu veux me retrouver, va au grand temple de Neis et demande Malphas Harasus."
En disant ceci, Malphas continua son chemin et partit, laissant le voleur seul.

***

Malphas entra dans le grand temple de Neis, et fut accueilli, encore et toujours, par Sekgan et Galathiel. Le paladin décida, cette fois-ci, de rester un peu avec la fillette, pour discuter et conter des histoires merveilleuses, comme Galathiel aimait. Ensuite, le paladin eut une courte avec son apprenti, puis retourna manger avec Galathiel et son apprenti. Enfin, tous deux firent se coucher Galathiel, tandis qu'ils allèrent prier dans la chapelle en compagnie de tous les autres clercs présents.
Malphas et l'Archiviste eurent ensuite une discussion a propos de la magie sacrée, Fergon entraînant Malphas un nouveau sort. la nuit se finit tard pour le paladin, qui se coucha à minuit...



[HRP : Aux MDJs, merci d'indiquer à m'sieur Zasalamel ce qu'il a pris comme nourriture ^^]
[S : Bon bah il a pris 3 saucisses, 1 pain rond et 2 fruits. Je lui rajouterais ce qu'il n'aura pas mangé.]
[HRP : Je te laisse poster dans le sujet où Gala se trouve ; il faut que tu ailles le voir vers 7 heures du matin. Je te laisse le faire parler Wink.]

_________________
Malphas Harasus [La Congrégation de Neis ] ~Paladin de Neis~

"Je sais où je vais, et ainsi, je frappe."

>~Jonque Tirlau = Malphas Harasus = (PNJ) Rhorem Jyrk ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zasalamel

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 03/01/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Malphas] Hé oh, on va au boulot !   Sam 30 Aoû - 0:27

Post n°2
[Zasalamel]

Pendant quelques instants, Zasalamel reste pétrifé, appuyé contre le mur et essayant de calmer les tremblements qui paralysent son corps tandis que le paladin semble le jauger du regard, son épée toujours pointée vers la poitrine de Zasalamel qui lui, n'arrive qu'à regarder la pointe de l'arme qui est toujours à 20 centimètres de lui. Mais au bout d'une minute de regard pendant lequel, Zasalamel a l'impression que l'homme tente de lire ses pensées, il voit alors l'épée se baisser et rentrer dans son fourreau tandis que l'arbalète est rangée dans le dos du paladin qui se met à lui parler froidement, mais d'une manière qui ne laisse pas place au moindre doute :

"Écoute-moi, je vais être clair, net et concis ; je n'ai nullement envie de te voir pendu pour vol."

Pendant un instant, Zasalamel reste pétrifé par les paroles de l'homme, mais finalement, il finit par se détendre et s'écarte en partie du mur sans oser couper la parole au paladin qui continue imperturbablement sa phrase

"Prends un peu de nourriture, cela ne leur fera pas grand mal. Moi, je sors par la porte de devant. Il y a une fenêtre là-bas, tu peux t'en aller rapidement ; mais dépêche-toi, dans environ cinq minutes, des gardes vont venir prendre la relève des ouvriers..."

Le paladin fait alors demi tour et se prépare à partir, mais avant, il se retourne une dernière fois en regardant Zasalamel et lui dit que si il veut le retrouver, il faut qu'il aille dans le temple de Neis et qu'il demande Malphas Harasus. Finalement, Le petit voleur se retrouve tout seul dans le hangar et sans même s'en rendre compte, encore sous le choc de cette rencontre, il murmure dans le vide :

"Merci..."

Puis, comme Malphas le lui a dit, il s'approche du tas de nourriture et prend trois saucisses, une miche de pain ronde et deux pommes qu'il glisse rapidement dans un petit sac que son patron lui a donné avant d'escalader le mur pour passer par la fenêtre, profitant de la nuit qui tombe pour passer sans alerter les gardes. Finalement, ilsort du chantier, mais il se retourne une dernière fois vers le hangar, tout en tentant de reprendre son soufle et surtout, son calme : en fait, il sent la cicatrice sur sa poitrine picotter désagréablement : sûrement à cause de la pensée qu'il a eu quand il a vu l'épée se rapprocher de cet endroit. Il se souvient de la douleur qu'il a ressentit quand l'une des lances de CET homme est rentrée dans sa poitrine, heureusement à côté de son coeur et il frisonne de plus belle à cette pensée

****Je... Même si une fois de plus... Mon coeur n'aurait... N'aurait pas été touché... Je... Je crois que cette fois... Je n'aurai pas supporté cette... Cette douleur...****

Finalement, Zasalamel secoue rapidement la tête pour chasser ses pensées parasites et se remet à courir pour rejoindre l'auberge située à quelques mètres de là. Mais il se rend alors compte qu'elle est fermée et sent une rage colossale monter en lui : son patron est partit... La seule et unique personne en laquelle il avait encore confiance s'est enfuie sans lui. Il sent un picottement arriver dans ses yeux, mais repousse cette sensation et fait demi-tour afin d'aller se cacher dans la cave toujours ouverte où il s'assied derrière un énorme tonneau avant de manger une saucisse et un morceau de la miche qu'il a volée. Une fois son repas terminé, il se couche sur sa paillasse et tente de trouver le sommeil, mais finalement, il s'endort sans même s'en rendre compte.

***

Zasalamel marche lentement sur le chemin menant au temple de Neis, malgré la fatigue extrème qu'il ressent et qu'il arrive tout juste à tenir debout. Il se rappelle qu'il s'est réveillé dans la cave de l'auberge deux heures plus tôt et que, malgré une nuit plutôt agitée, il a décidé d'aller voir ce fameux paladin en espèrant qu'il veuille de lui. A présent, il marche donc vers le temple dont il peut voir le toit à quelques mètres. Le soleil, levé depuis deux heures commence à lui réchauffer un peu le visage, mais son coeur reste glacé par cette deuxième trahison. C'est dans cet état d'esprit qu'il arrive enfin à la porte du grand temple, mais il reste planté devant l'entré sans oser bouger : après tout, il est encore tôt et peut être que le paladin dort.

****Il a de la chance... Pour moi... Dormir est presque impossible... Je n'arrive pas à y croire... Il... Mon patron m'a envoyé là bas sûrement pour que je me fasse prendre et que lui, il... Il puisse partir sans être inquièté...****

De nouveau, il ressent ce picottement dans les yeux et finalement, il décide d'aller s'asseoir sous un pommier qu'il vient de voir à quelques mètres. Puis, une fois assis, il empoigne son bilboquet et commence à y jouer doucement, en faisant rebondir la boule sur les cratères du jouet en attendant que le paladin ou un moine ne sorte

Hors rpg : j'ai mangé une saucisse et la moitié de la miche de pain lol
[LL : Je te rajoute donc : 2 saucisses, 1/2 pain rond et 2 fruits ^^. Mets en gras les demandes aux MDJ s'il te plait Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malphas Harasus
Boulet sans avenir


Nombre de messages : 1403
Age : 23
Age RP : 32 ans
Fiche perso : Cliquez ici à vos risques et périls.
Date d'inscription : 22/01/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Malphas] Hé oh, on va au boulot !   Mar 2 Sep - 8:01

Post n°30
<[Malphas Harasus]>



Le paladin allait s'en aller, comme à son habitude, au travail. Et là, ce le parvis du temple, alors que l'endroit commençait à peine à s'agiter, il vit ce gosse, qui s'était assis et qui attendait visiblement Malphas. Le paladin lui lança un :
"Lève-toi et suis-moi."
Immédiatement, l'enfant hocha de la tête, se leva et suivit le Paladin a travers les rues. Heureusement que Malphas était sortit bien plus tôt, car il aurait eu du retard à son travail.
Sur la route, Malphas fit ses présentations au jeune voleur, qui, à son tour, se présenta aussi. Le paladin expliqua ensuite la Congrégation de Neis, ses buts, son action future ainsi que les rôles de chacun. Après avoir fait ceci, le paladin décrivit les membres du groupe ; il parla tout d'abord de Sekgan comme un futur paladin vaillant et rigoureux, bien que novice dans le domaine de la chasse de la nécromancie. Vint ensuite Golgoth le forgeron colérique, Anjali la prêtresse d'un bord froid, Leelou la tzigane fière, Mundéric le garde vengeur et enfin Galathiel, la petite fille qu'avait adopté Malphas.
Finalement, Malphas annonça officiellement à Zasalamel qu'il le garderait jusqu'à ce que ce dernier décide de partir. Le paladin confia au jeune voleur la tâche de retourner au grand temple, de trouver Sekgan et de lui dire de prévoir de quoi acheter de la nourriture pour le voyage.

***


Enfin, Malphas arriva sur son lieu de travail. L'ingénieur en chef demanda au clerc s'il avait vu quelque chose de suspect en partant la nuit. Malphas mentit et répondit que non, et que les gardes en faction cette nuit avait sûrement dû voler, ou alors, qu'ils s'étaient absentés un court instant. L'ingénieur en chef était en colère, malgré la non-importance du vol, par la sécurité de l'entrepôt n'était pas parfaite, et il allait falloir renforcer la garde.
En cette fraîche matinée, Malphas continua à diriger l’édification de son bout de muraille. Les quarante hommes mettaient pierre sur pierre, tout en ajoutant de la chaux vive pour souder cela.

Bientôt, le chantier s’arrêta pour la pause de midi. Les ouvriers mangèrent, puis reprirent le travail. En effet, si les murs étaient presque tous terminés, il fallait ériger les murs porteurs des tours. Malphas fit faire des plans de tours rondes, afin d’éviter le problème du coup d’état ; en effet, certains angles étant morts, certains pans de murailles n’avaient pas bien pu défendus contre les assaillants. Le régisseur du comte ne voulait plus d’une telle faiblesse, qui pourrait être décisive en ces temps troubles, où Roc-Rétif et Agramand s’agitaient dangereusement. Les tours, d’un diamètre de quinze mètres, furent remises au goût du jour ; Malphas y ajouta un toit en bois couvert de peaux de bêtes avec des meurtrières, de plus grands mâchicoulis et des portes renforcées de fer.

La journée passa plus vite que d’habitude, et Malphas demande à l’ingénieur en chef de lui donnait un autre poste. Il répondit au clerc qu’il verrait ce qu’il avait pour lui demain.

***


Le paladin était en sortie avec Zasalamel et Sekgan, marchant à travers les rues des quartiers marchands de la ville de Port-Pergas. Ils arrivèrent enfin dans une rue, où Malphas dirigea ses amis vers une échoppe d’épicier. Le marchand accueillit ses trois nouveaux clients avec un grand sourire hypocrite dont il ne se lassait pas pour accumuler pièce sur pièces. L’hautesylvien fit :

"Bonjour, je voudrais acheter deux douzaines de saucisses, de pommes et de baguettes de pain."
Le marchand sourit et fit :
"Mais bien sire, cela vous en coûtera 100 or. Les taxes ont augmentés, vous savez."
Le paladin écarquilla les yeux, voyant que des taxes étaient venues s'ajouter. Cela lui semblait étrange, et il commença à réfléchir, avant de dire :
"Non, je sais que les taxes commerciales sont à dix pour-cent. Hors, vous me donnez un prix à trente pour-cent, ce qui est totalement contraire aux lois..."
Alors que Malphas allait se lancer dans un débat de manipulateur dont il était si fier et dans lequel il excellait, son apprenti le poussa et planta ses yeux dans ceux du marchand, et commença à parler d'un ton sec et dur :
"Ecoutez-moi, je n'ai pas envie d'écouter des palabres stériles. Soit vous mettez le prix à cent-dix pour-cent, soit nous allons nous plaindre à la guilde des épiciers. Et encore, vous avez de la chance, car si je n'étais pas clerc, je vous aurai éclaté le crâne et répandu le peu de votre cervelle cupide et vicieuse qui s'y trouve."
Le marchand pliait sous le regard et les paroles de Sekgan, qui venait de s'affirmer devant les yeux ébahis de son paladin. Sekgan, si discret et timide d'habitude, venait de parler comme un garde autoritaire à un voleur. Le marchand plia la tête, baissant des yeux en même temps, et fit :
"D'accord, donnez-moi quatre-vingt pièces."
"A la bonne heure." murmura le paladin, qui tendait les pièces au marchand.

Alors qu'ils se retournèrent, Malphas entendit un aboiement et vit un chien qui bondit sur lui. Bien qu'étant un terrier, il sauta avec temps de force qu'il faillit projeter l'hautesylvien par terre.

"A qui est ce chien ?" demanda Malphas.
"L'est à moi. Z'en voulez ?" fit le marchand cupide, la mine à nouveau réjouit par la perspective d'un nouvel achat.
"Bien sûr, il est très beau et je pense qu'un chien sera utile pour notre voyage." répondit Malphas.
"Eh bien, vu qu'il n'a aucune utilité, vous pouvez l'prendre... Mais pour soixante dix pièces d'or."
"Quarante écus." rétorqua le paladin.
"Soixante-cinq." fit le marchand, souriant.
"Quarante-cinq." dit toujours Malphas.
"Soixante, et c'est mon dernier mot."
"Cinquante, et c'est mon dernier mot avant que j'aille vous dénoncer à votre guilde."
L'épicier grimaça à nouveau, subissant en cette journée le double-assaut d'un paladin très intelligent.
"Bon, prenez-le, donnez-moi vos pièces et foutez-moi l'camp. J'veux plus jamais vous voir."

Le paladin fit un grand sourire hypocrite, prit le chien dans ses bras et Sekgan donna le reste des écus d'or ramassé par Zasalamel. Le paladin fit un clin d’œil de remerciement au voleur, qui, immédiatement, rougit comme une pivoine.
Le groupe s'en alla, laissant le marchant la mine déconfite. Et maintenant, le groupe allait à nouveau au grand temple de Neis. En marchant, Zasalamel fit remarquer :

"Il n'a pas d'nom..."
"Appelons-le Abricot, vu qu'il est roux. Zasalamel, il s'agit aussi de ton futur chien. Dès qu'il sera parfaitement dressé, je te le donnerais."
Le jeune garçon, fut encore une nouvelle fois impressionné et rougit à nouveau. Décidément, il souffrait d'une grande timidité.

Et enfin, ils entrèrent dans le grand temple, afin de savourer un bon repas et se coucher dans un bon lit.



[HRP (Aux MDJs) : Merci de m’ajouter Pomme x24, Saucisses x24, Baguette x24 et d’enlever tout l'or à Zasalamel. Merci d'ajouter dans mes troupes Abricot (Chien terrier nv 1).]
[S : 'spèce de profiteur ^^
Bon, or enlevé à Zaza.
Chien et nourriture ajoutée à toi.]

_________________
Malphas Harasus [La Congrégation de Neis ] ~Paladin de Neis~

"Je sais où je vais, et ainsi, je frappe."

>~Jonque Tirlau = Malphas Harasus = (PNJ) Rhorem Jyrk ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malphas Harasus
Boulet sans avenir


Nombre de messages : 1403
Age : 23
Age RP : 32 ans
Fiche perso : Cliquez ici à vos risques et périls.
Date d'inscription : 22/01/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Malphas] Hé oh, on va au boulot !   Mar 2 Sep - 9:50

Post n°31
<[Malphas Harasus]>



Malphas, ce matin, se leva tard, à sept heures. Il réveilla Sekgan, Galathiel et Zasalamel, et leur annonça que le Grand Prêtre avait fait son travail d'aide aux membres du culte et à leurs protégés. Il annonça donc que ce petit-déjeuner était le dernier en ces murs, et que son apprenti allait conduire les enfants jusqu'à l'auberge du Chien Agile, où ils rencontreraient Andreas Stauch et Anjali. Il ajouta qu'il prenait avec lui Abricot, afin de le menait sur le chantier. Le petit monde fit ses adieux au Grand Prêtre, mais aussi à Fergon qui avait occupé Galathiel. Malphas remercia l'Archiviste de son aide au niveau de l'apprentissage magique.
Le groupe se sépara ensuite, Malphas allant avec le chien au travail, tandis que les autres iraient se reposer encore à l'auberge d'Andreas.

***


Le paladin arriva près du régisseur, et ce dernier lui confia deux charpentiers, trois terrassiers et un maçon afin de déboucher un puits comblé par les forces de Zordas. Se mettant en route, accompagné de son équipe, du chien et d'une charrette, ils arrivèrent au bout d'une demi-heure à l'endroit où le puits était comblé. Malphas analysa les travaux. En effet, les rebelles avaient fait un boulot formidable afin d'affamer et d'assoiffer la population afin qu'elle suive le baron félon. On avait d'ailleurs rapporté au clerc de Neis des dizaines de cas de pillages, de destructions de puits et d'incendies déclenchés par les troupes zordasiennes. Malphas se posait la question de la raison de la folie de cet homme, et le comment de sa mégalomanie.
Il chassa vite ceci de sa tête, car il avait du travail à accomplir.

Le puits était bouché par un ensemble de pierres et de terre, mais aussi par des bouts de bois et un grand bric-à-brac issu des maisons pillés. Malphas expliqua donc le plan d’action à ses hommes ; pendant que les terrassiers allaient déblayer le puits, il allait faire descendre une série de planches afin de tenir un puits sûrement fragilisé. Enfin, dès que l’œuvre serait fini, ils repéreraient les endroits sensibles et les répareraient en mettant de nouvelles pierres. Le puits étant profond d’environ sept mètres, cela irait vite.

Deux terrassiers descendirent, tandis qu’un de leur collègue et le maçon remontait grâce à une poulie les débris issus des profondeurs. Les charpentiers allaient fabriquer de quoi tenir les maçonneries, tandis que Malphas surveillaient le chantier. Toutefois, il ne fit pas que ça ; à chaque fois qu’il voyait un objet intéressant dans les sceaux remontés, il le prenait et estimé sa valeur afin de voir s’il pouvait en tirer quelque chose d’intéressant pour son groupe.

A treize heures et demi, après la pause, le puits était presque déblayé et de l’eau commençait à se faire voir. Malphas ordonna au maçon de rechercher les bouts de parois dangereux. Ce dernier repéra trois endroits où la maçonnerie était défectueuse et il mit quatre heures à réparer ceci. Après cela, le maçon remonta, on enleva les boisages et les terrassiers redescendirent afin de donner les derniers coups de pelles et de pioches. Et, enfin, les terrassiers annoncèrent que tous les débris étaient enlevés. Le groupe, satisfait de son travail, s’en alla et arriva auprès du régisseur. Malphas demanda donc son argent avant de repartir pour l’auberge du Chien Agile…


[HRP : Action suivante sur les routes de Norgod, cf Siffler en marchant...]

[HRP (Aux MDJs) : Merci de me dire ce qu’a trouvé Malphas (des objets genre des dagues, des bagues… et sûrement des pièces) et de rajouter dans mon inventaire ce qui tiens la route ^^ Merci aussi d’me rajouter 100 or (25 or par jour, 4 jours x 25 = 100 or Wink]
[S : Or ajouté]

_________________
Malphas Harasus [La Congrégation de Neis ] ~Paladin de Neis~

"Je sais où je vais, et ainsi, je frappe."

>~Jonque Tirlau = Malphas Harasus = (PNJ) Rhorem Jyrk ~


Dernière édition par Malphas Harasus le Mer 17 Sep - 6:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zasalamel

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 03/01/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Malphas] Hé oh, on va au boulot !   Dim 7 Sep - 16:11

Post n°3
Zasalamel


Zasalamel est toujours assis sous le pommier, en train de jouer avec son bilboquet qui continuer à provoquer un "toc" sourd à chaque fois que la boule percutte l'en des deux trous dumanche, mais d'un coup, il sursaute ensentant son coeur bondir dans sa poitrine tandis qu'une voix froide et relativement calme retentit devant lui :

"Lève-toi et suis-moi."

En entendant cet ordre Zasalamel lève les yeux vers le paladin de la veille tout en inspirant profondément pour calmer les battements un peu trop rapides de son coeur et il aquiesce de la tête sans rien dire tout en se lèvant et en effectuant rapidement un geste de la main afin de rattacher son bilboquet à son cou avant de finalement suivre l'homme qui se présente au bout de quelques minutes de marche, toujours de sa voix froide qui arrache à chaque fois un léger frisson à Zasalamel. L'homme s'appelle donc Malphas Harasus, Paladin d'un truc appelé "Congrègation de Neiss" dont le but est, apparemment d'exterminer tous les nécromanciens et de battre un certain Agramand. une fois cet exposé terminé, Zasalamel hésite un moment mais décide que la moindre des choses, à présent qu'il connait le nom de son nouveau maître est de se présenter à son tour :

"Je euh... Je m'appelle Zasalamel... J'ai... J'ai pas de nom de famille quant à... Euh..."

Sur le moment, Zasalamel hésite un peu : son vrai but n'appartient qu'à lui, à personne d'autre, mais d'un autre côté, a-t'il réellement envie d'en arriver là ? A tuer cet homme qui, autrefois était presque un père pour lui ? Sur le moment, il n'arrive pas à se concentrer et pose lentement sa main droite à l'endroit prècis où la lance de CET homme s'est plantée dans sa chair. Cette idée amène une vague de détermination et il relève les yeux pour croiser le regard gris toujours aussi glacé du paladin face à lui avant de poursuivre sa phrase d'une voix légèrement plus assurée qu'avant :

"Mon but est de... De devenir chevalier... Mais pour ça je... Je dois d'abord... Retourner en arrière pour... Aller de l'avant..."

C'est sur ses paroles étranges que Zasalamel termine sa présentation tandis que le Paladin, après l'avoir regardé étrangement pendant quelques secondes commence à lui parler de tous ceux qui font partie de la congrègation : Il y a un certain Sekgan, apparemment futur paladin et apprentit de Malphas. D'après ce dernier, Sekgan est quelqu'un de solide et vigoureux, mais manquant visiblement d'expèrience dans la chasse au nécromancien. Puis, vient un certain Golgoth qui serait apparemment un forgeron s'énervant assez vite, puis une prêtresse visiblement assez froide appelée Anjali, une certaine Leelou qui serait une Tzigane assez fière et un homme appelé Munderic qui serait un garde voulant se vengerde quelqu'un, chose qui arrache un léger sourire à Zasalamel qui se fait d'ailleurs presque mal aux lèvres avec ce sourire sans joie : au moins, il ne sera pas le seul à chercher sa vengeance dans ce groupe... Mais d'un coup, Malphas lui apprend qu'il a adopté une fillette appelée Galathiel, chose qui surprend tellement Zasalamel que pendant un moment, il en reste bouche bée : un homme d'une telle froideur qui adopte une petite fille ? Immèdiatement, la surprise disparait pour laisser place à un autre sentiment : la confiance. si cet homme a adopté une fillette alors qu'il est si froid, c'est que peut être que lui au moins, il ne le trahira peut être pas... Finalement il sourit légèrement à Malphas quand ce dernier lui dit qu'il le gardera avec lui jusqu'à ce qu'il désire de partir de lui-même et il suit alors l'ordre du paladin qui lui demande d'aller chercher Sekgan au grand temple, ce à quoi Zasalamel répond en fermant le poing gauche avant de poser ce dernier contre sa poitrine et de retourner vers le temple en courrant (en gros, mon perso fait une sorte de salut militaire XD)

***

Zasalamel rentre dans le grand temple, légèrement intimidé par la taille de l'édifice et s'approche d'un prêtre qui le regarde étrangement. Malgré la sensation d'avoir une boule dans la gorge et un poing enfoncé dans le ventre. Il s'incline légèrement devant l'homme avant de s'éclaircir la gorge et de demander timidement :

"Euh... Excusez-moi mais... Euh... Je cherche un certain... Un certain Sekgan... C'est Maî... Maître Malphas qui m'envoie..."

Le prêtre le regarde un instant d'une manière qui ne lui plait pas trop: on dirait qu'il tente de le jauger, mais finalement, il lui fait signe de le suivre, chose que fait Zasalamel en hésitant un peu. Finalement, le prêtre l'emmène vers une petite chambre où un jeune homme
à la peau assez bronzée,aux cheveux noirs, aux yeux bleus portant une toge bleue ainsi qu'un médaille avec un N, surement le symbole de la congrègation, gravé dessus. le jeune homme semble être comme son maître lui a dit : rapide et vigoureux et là, il regarde le prêtre d'un air surpris tandis que ce dernier commence à lui parler :

"Sekgan, ce jeune garçon voudrait vous parler : il prétend que c'est votre maître qui l'envoit"

Zasalamel voit alors le regard bleu du garçon tomber sur lui et il se rend compte que ce dernier est beaucoup plus grand que lui quand il se lève et qu'il s'approche de lui lentement. pendant un moment, il sent son coeur battre assez vite : Malphas est froid et assez effrayant, alors il se demande comment va être son apprentit, mais ce dernier se contente de le regarder avant de lui dire doucement :

"Tu peux Parler sans crainte... Je ne vais pas te manger..."

"Euh... Maître Malphas m'a dit de vous dire que... Euh... Il allait falloir prévoir... De... De quoi acheter de la nourriture pour le... Le voyage..."

"Tu es dans notre groupe ? Tu t'appelles comment ?"

Zasalamel sourit un peu en entendant la question, toujours posée à voix basse et il se rend compte que Sekgan semble être à peu près comme lui, mais en moins timide, chose qui le rassure un peu et libère la sensation de poids qu'il ressent sur l'estomac. Du coup, il répond à son tour :

"Je m'appelle... Je m'appelle Zasalamel... Euh... Heureux de... De vous connaître..."

"Moi de même Zasalamel... Bienvenue dans la congrègation..."

Zasalamel sourit alors à Sekgan avant de s'asseoir près de ce dernier qui a déjà préparé quelques écus et quelques sacs. Tous deux passent alors la journée à discutter tandis que Zasalamel, pour une fois ne voit pas le temps passer jusqu'à ce que finalement, Malphas arrive au temple en leur demandant de le suivre en ville.

***

Zasalamel suit calmement son nouveau maître et Sekgan dans les rues de port-Pergas tandis qu'ils se rendent dans une petite échoppe pour aller acheter de la nourriture. Zasalamel regarde de tous les côtés, l'air méfiant cart il connait malheureusement très bien le marchand chez qui ils se rendent : l'homme est un arnaqueur de première catègorie et même si il est mal placé pour lui faire la leçon, Zasalamel déteste cet homme qui profite honteusement des voyageurs. Mais il n'a pas le temps d'avertir Malphas que ce dernier est déjà rentré dans cette boutique qui pue d'ailleurs toujours autant le choux moisi et autres odeurs étranges. Comme touours, le marchand semble attendre une victime à plummer avec son sourire hypocrite qui d'entré fait naître une petite pointe de colère dans le ventre de Zasalamel qui est obligé de se contenir pour ne pas crier à Malphas qu'il y a d'autres échoppes. mais ce dernier a déjà demandé au marchand :

"Bonjour, je voudrais acheter deux douzaines de saucisses, de pommes et de baguettes de pain."

"Mais bien sire, cela vous en coûtera 100 or. Les taxes ont augmentés, vous savez."

Cette phrase à elle seule fait naître une telle indignation à Zasalamel que sur le moment, il envisage très sérieusement d'aller avertir les gardes de la ville qu'un arnaqueur agit, mais il se souvient qu'étant un voleur, il ne sera pas très bien acceuilli et il inspire profondément tandis que Malphas commence à négocier avec le marchand, du moins jusqu'à l'intervention particulièrement argneuse de Sekgan qui cloue le bec du marchand, chose qui pétrifie Zasalamel sur place : il ne pensait pas que l'apprentit de Malphas, pourtant si gentil avec lui quelques heures plus tôt pouvait en un instant se montrer aussi féroce. Finalement, le prix des achats retombe au niveau où il devrait être et le groupe s'apprête à quitter la boutique quand un flash orange passe en aboyant et percutte Malphas à toute volée ce qui déséquilibre légèrement ce dernier qui, une fois remis demande à qui appartient ce chien ce à quoi répond le marchand en souriant cupidement. Un marchandage un peu sordide commence et le marchand agacé vend le chien pour cinquante écus d'or, chose qui fait sourire Zasalamel qui tend l'argent qu'il a ramassé dans les rues à Malphas.

****Après tout... Je... Je suis à ses ordres et... Et il m'a aidé la dernière fois... Je lui doit bien ça...****

Le paladin prend alors l'argent que lui tend Zasalamel, mais fait un petit clin d'oeil qui provoque une sensation de forte chaleur dans les joues du voleur qui se dépêche detourner la tête tandis que le groupe sort de l'échoppe pour retourner au temple tandis que Zasalamel carresse la tête aux poils doux du chien qui gambade autours du groupe. Puis il se rend compte d'un petit détail et murmure doucement à malphas qui marche devant lui :

"Il n'a pas d'nom..."

"Appelons-le Abricot, vu qu'il est roux. Zasalamel, il s'agit aussi de ton futur chien. Dès qu'il sera parfaitement dressé, je te le donnerais."

En entendant ces mots, Zasalamel ouvre grand la bouche tandis qu'une chaleur assez forte envahit de nouveau ses joues chose qui fait sourire très légèrement Sekgan à côté de lui, mais il n'y fait pas attention et remue la tête tout en suivant de nouveau le groupe, plongé dans ses pensées : Un chien... Pourquoi pas mais... Avec LUI dans les parages, il ne pourra pas s'en occuper. Sans compter que en plus, CE chevalier est certainement capable d'attaquer ce que Zasalamel aime le plus rien que pour lui faire encore plus de mal. Sans même s'en rendre compte, Zasalamel serre alors les poings tandis qu'il ressent une vague de haine monter rapidement dans son coeur et il se retient de peu de dire à Malphas qu'il ne pourra pas s'occuper de ce chien.

****Je... j'ai qu'à... j'ai qu'à en finir avec LUI pour... Pour pouvoir de nouveau être libre... IL me le paiera... Et après je... Plus rien ne m'empêchera d'être... D'être heureux...****

Finalement, Zasalamel inspire profondément et suit le groupe jusqu'au temple de Neis ou il peut enfin faire connaissance avec Galathiel, une petite fille visiblement plus jeune que lui et tellement pleine de vie que sur le moment, cela le pétrifie sur place : cette fillette... Elle est comme lui avant, elle représente tout ce qu'il a perdu. Mais il ne dit rien et mange avec le groupe avant d'aller se coucher, du moins, de faire semblant de se coucher car en véritée, une fois tout le monde couché, il sort du temple pour aller faire un tour dehors en levant les yeux vers la pleine lune

****Je te retrouverai... Et... Je me vengerai... Sale traitre... J'avais confiance en toi... Et tu...****

Finalement, Zasalamel s'assied de nouveau sous le pommier et regarde la lune pendant quelques heures avant de retourner dans le temple à cause du froid et surtout, parce qu'il ne veut pas que son nouveau maître ou un autre membre du groupe se rende compte qu'il ne dort presque pas. Il se recouche alors à sa place et tente de trouver le sommeil, mais dès qu'il ferme les yeux, cette peur revient d'un coup et l'idée que cet homme revienne pendant son sommeil l'empêche de s'endormir. Il reste alors éveillé un bon moment, tremblant de peur avant que finalement, ses yeux se ferment tout seuls et qu'il s'endorme sans s'en rendre compte



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Malphas] Hé oh, on va au boulot !   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Malphas] Hé oh, on va au boulot !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bon anniv' Malphas
» boulot boulot boulot x.X
» Hey Ho ! Hey Ho! Nous allons au boulot!
» Recherche de petit boulot à Pré-Au-Lard.
» Un CV contre du Boulot. C'pas honnête ça?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gloire et Honneur - Archive :: La version 1 :: Le vaste Monde de Gloire et Honneur :: Norgod :: Port-Pergas :: Les Quartiers Marchands-
Sauter vers: