Gloire et Honneur - Archive


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Barcelone

Aller en bas 
AuteurMessage
Salta
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 27
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 17/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Barcelone   Dim 17 Aoû - 21:06

Oui, j'y ai fait un bond rapide. Cinq petits jours, pas rayonnants, pas transcendants, juste beaux, aimables. Ils coulaient lentement, écrasés par le soleil et les touristes, les cohues, bousculades, vols et visites. Oui, tout en même temps... Alors on a des souvenirs qui montent par bulles, sans qu'on le leur demande. Mais quel intérêt du voyage et des souvenirs si c'est pour les garder clos, murés derrière notre front buté ? Moi je retrouve leur saveur, la chaleur et le vent, la puanteur des ruelles, l'étouffante foule de gros rougeauds à grosses lunettes noires. Je les ressers, les tourne, ma vision et mon vécu, le filtre c'est moi, on ne peut plus subjectif, et je le fais ici. Libre à qui veut de lire, ou non. Je n'force pas la main rabbit

La ruelle : Carrer del Mar. En catalan. Marcello sera en retard, l'ombre est suintante, la puanteur des énormes poubelles qui obstruent l'étroite entrée de la rue dégringole en grumeaux dans la gorge. On pince le nez, on relève le t-shirt pour libérer le ventre. On se colle à un mur et on discute, on rit et on glousse. Des yeux nous suivent depuis un balcon, des draps pendent aux fenêtres et claquent dans les bourrasques douces qui filent par intermittence entre les hauts murs troués de fenêtres. Des couleurs, de la chaleur lourde, un vent écoeurant et une attente excitée. Marcello arrive, petit, le pull aux manches roulées sur les coudes collé à son ventre rebondis par une tache de transpiration sombre. Petit visage hâlé, buriné, anguleux. Contraste étrange. Sois la familia X ? Si. Soy Marcello, venga.

L'entrée est sombre, presque en ruine, les boites aux lettres défoncées, emplies de toiles d'araignées épaisses, ils y fait à peine plus frais que dehors. On s'y entasse, on se retourne sur Marcello qui referme la porte, se glisse entre nous, pose le pied sur l'escalier. Pas d'ascenceur. Un petit quartier populaire, alors pas d'ascenceur. On ne moufte pas, pas de problème, l'impatience de la découverte nous fait frémir les coins des lèvres. Les marches sont lisses, glissantes, pas horizontales. Une rampe de fer forgé et de bois usé et luisant. Marcello monte régulièrement. Moi je suis en dernière, j'aime bien être dernière, retenir les rènes jusqu'au bout, sentir son estomac sauter quand les premières exclamations éclatent, depuis l'avant. Je les suis, deux ou trois marches en retard. Quarto. Quatrième. La montée est étrangement épuisante : quatre séries de marches et deux paliersentre chaque étage, et on tourne dans cinq mètres carrés. En haut à gauche, deux portes se fusillent le l'oeil. Celle de droite, bleu marine. Il y a déjà quelqu'un : cinq femmes de ménages s'agitent furieusement. J'entre, bouche ouverte, gobant tous les détails. Cinq mamas, avec des culs énormes, des voix rouillées et des lèvres charnues. On signe le check-in.

" Tienes que dejar el apartamento a las 11 el viernes. Si, vale. Gracias. " On ressort. Il faut attendre une dizaine de minutes que le ménage se termine. D'accord. On redescend, Marcello s'en va. " Adeu ! " On décharge la voiture dans les exhalation putrides des poubelles, on se charge. Le gros noir sur mon dos, courbée comme un mulet. Je souffle. Encore la dernière, mais là, pour pas gêner. El quarto. C'est long. Quand j'arrive, ils sont déjà dedans, les femmes de ménages me laissent le passage avec des sourires amusés : quatre frangines surexcitées qui gloussent et suent à monter les bagages de touristes. Attendrissant. Les parents sourient moins. Ils observent, je ne les regarde pas. " Hola, gracias ! " Lâché en même temps que l'énorme sac, avec un sourire fatigué, excité, composé pour les mamas qui nous regardent depuis le nano-couloir. Petits rires qui secouent le gras. Je détourne les yeux. L'apartamiento est beaucoup plus grand que ce que j'aurais cru. Trois chambres, une salle de bain, deux chiottes, une cuisine, et un salon-salle à manger avec un lit convertis en canapé. Mon lit. On se répartit les chambres. Moi, le salon. Peut-être que j'aime vraiment tout faire pas pareil que mes frangines. En arrière et pas au devant des nouveautés, le gros sac qui fatigue et pas la multitude de petits sacs insignifiants, le lit du salon, en face de la télé qui ne capte rien. Je me laisse tomber dessus, nez en girouette. On s'installe.

Episode un.
Pas envie d'en mettre un pavé. Le prochain plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Barcelone
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lionel Messi [Barcelone]
» Cristian Tello [FC Barcelone]
» Fc Barcelone (Show Time !)
» FC Barcelone
» Fc Barcelone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gloire et Honneur - Archive :: Corbeille :: Textes-
Sauter vers: