Gloire et Honneur - Archive


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Garett] A la recherche de travail

Aller en bas 
AuteurMessage
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: [Garett] A la recherche de travail   Mer 30 Juil - 22:18

Post n°1
Garett


Un vent frais souffle sur la ville d'Adjir. Le soleil se lève sur la ville et ces habitants commencent à faire de même.

Pourtant, certaines personnes sont déjà réveillées depuis quelques heures. C'est le cas de Garett.

Ce dernier a raffermi sa prise sur sa cape trouée pour limiter la virulence de la morsure froide du vent sur son corps. Pourtant le vent insidieux a réussi à se faufiler à travers les nombreuses ouvertures de son pantalon ; il grelotte de froid.

Ses ardeurs se sont elles aussi refroidies. L'absence de client potentiel l'a démoralisé. Et la fraîcheur ne l'aide en rien.

Pourtant, autour de son cou à la vue de tout le monde, pend un petit écriteau en ardoise. Sur celui-ci, écrit à l'aide d'une craie d'une main malhabile, on peut y voir inscrit le métier de Garett. Livre-Heure.

Il a beau prendre son métier à cœur, pour le moment il a besoin d'une pause.

C'est pour cela qu'il marche d'un pas résolu vers la taverne la plus proche. Il ne fait absolument pas attention aux personnes qu'il croisent, ni à la petite voix fluette qui s'élève à côté de lui.

« M'sieur... Eh, m'sieur... M'sieur... »

Il en faut plus pour décourager l'importun. Cette fois, pour être sûr que l'on remarque sa présence, il hausse le volume.

« M'sieur !!! EH !!! M'sieur, vous m'entendez. »

Enfin, Garett réagit. Il se retourne pour trouver la source de cette nuisance sonore.

« En d'sous m'sieur. »

Il baisse la tête. Ses yeux s'arrêtent sur le visage constellé de tâches de rousseur d'un gamin d'à peine huit ans. Celui-ci sourit de presque toutes ces dents ; les deux occupant le milieu de la mâchoire supérieure sont absentes. Il rayonne de joie, même si son visage couvert de crasse montre que ce ne doit pas être le cas tous les jours.

« Eh, m'sieur, ça va ? Pourquoi vous répondez pas ? Z'êtes sourd ? »

Garett relève la tête et cherche activement quelque chose dans une poche cachée par sa cape miteuse. Avec un sourire triomphant, il sort un petit objet cylindrique blanc sous le regard médusé du garçon. Avec le revers de sa manche, il efface l'inscription sur l'ardoise. Plongé dans un effort de concentration intense, il trace une nouvelle inscription sur l'écriteau. Puis, il la montre au gamin.

Non

« Dis, c'est quoi qu'y a d'écrit m'sieur ? Paske, j'sais pas 'core lire, m'sieur. »

Un sentiment de désespoir l'envahit soudainement. Et voilà, c'est encore pareil. On ne le comprend pas. Pourtant, il essaye de faire des efforts.

« Dis, m'sieur, tu sais pas parler ? »

Là, par réflexe, il secoue sa tête de haut en bas.

Le môme sourit aux anges.

« Dis, m'sieur, tu veux être mon ami ? »

Pour le gamin, c'est une aubaine ; les adultes qui ne lui hurlent pas dessus au bout de trente secondes se font rares. Pour Garett, l'enfant ressemble un peu à ceux qui l'avaient accueilli.

Alors, il fait oui de la tête.

Il n'en faut pas plus pour lancer le garçon dans un monologue.

« Eh, m'sieur, t'as vu mon n'veau pantalon ? C'est not' p'pa qui m'la donné. Enfin, c'est pas not' vrai p'pa mais c'est l'not' qu'même. »

Pour le petit, le pantalon est neuf, mais uniquement pour lui. Pour Garett, l'habit de l'enfant est en plus piteux état que le sien. Pourtant, seul le grand grelotte de froid. Le gamin ne ressent plus la fraîcheur tellement il y est habitué.

L'adulte marche toujours vers la taverne, cette fois d'un pas plus lent pour ne pas distancer le gamin. Ce dernier ravi d'avoir une audience silencieuse continue. Seulement, il change de sujet sans raison.

« J'ai mangé une pomme 'ier. Elle était bonne. Y'avait qu'un seul vers d'dans. »

L'enfant regarde autour de lui et voit un oiseau occulter la lumière du soleil un instant.

« Moi, j'h'bite dans une grande maison. On est plein. Même que j'suis presque l'plus grand. »

A nouveau, son regard est attiré par un lézard se réfugiant dans une fissure d'un mur quelconque.

« N'a plein de rats dans not' m'son nous. Y'a même des 'tites bêtes noires. Et pis, y'a aussi l'chien d'not m'man. Not' grand frère, il a eu le droit d'avoir un rat, rin qu'pour lui pour son anniversaire. Il a dizans. Mon frère, pas l'rat, 'videmment. Et pis, mon aut' grand frère, il a dit que si j'étais sage, j'pourrais p'têt en avoir un moi aussi pour mes nevans. Un rat, pas un aut' frère, 'videmment. »

Un miracle arrive, la pipelette se tait. Mais, il ne fait que reprendre son souffle. De toute façon, Garett ne l'écoute que d'une oreille (il change d'oreille auditrice à peu près toutes les dix secondes afin de pouvoir jouir encore de l'audition et de sa santé mentale plus ou moins intactes). Il se concentre pour aller vers la taverne.

« Dis m'sieur, t'es riche ? Moi, oui. J'ai presque six pièces. Mais faut pas l'dire s'non j'vais faire gronder par mon grand frère. C'est 'core un aut' frère çui-là. Mais, l'ai plus grand qu'les aut'. Mais, il est aussi moins grand qu'not' p'pa. Mais, moi, j'l'aime bien quand même, même si y fait peur. Mon grand frère, pas not' p'pa, 'videmment. »

Le moulin à paroles semble réfléchir un instant. Et cet court moment suffit à le faire changer de sujet.

« Eh, m'sieur, pourquoi tu parles pas ? T'a coupé la langue, paske t'étais pas sage ? Ta m'man t'a dit que si tu f'sais trop d'bêtises, l'grand m'geur de langues d'enfants pas sage y viendra t'la manger ? »

Une nouvelle fois, il s'arrête de parler sans raison. De plus, il ne semble pas attendre de réponse.

Garett s'arrête aussi, mais de marcher. Devant lui, un adolescent d'une bonne quinzaine d'années entouré par trois enfants ayant à peu près le même âge que celui qui suit le borgne bloque le passage. Il regarde Garett fixement.

[MDJs, pouvez-vous jouer l'ado et les trois gamins ?
Au passage, petite dédicace à Gala' : comme quoi, il n'y a pas que les petites filles qui peuvent saouler les gens Smile il y a aussi les petits garçons ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDJ (Leelou Lovara)
Maitre du Jeu
avatar

Nombre de messages : 2275
Age : 29
Age RP : Immortel
Fiche perso : Est-ce que Chuck Norris en a une ?
Date d'inscription : 16/11/2007

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Ven 1 Aoû - 6:37

"Lui, c'est mon grand grand frère. C'lui dont j't'ai parlé m'sieu. Le plus grand."

Sur ces mots, le petit garçon rejoignit le groupe et tapa dans les mains des trois enfants de son âge.

"Eux, c'est mes zamis." Continua-t-il. "Lui c'est mon nouveau zami" Dit-il en pointant Garett du doigt. "Il parle pô. L'mangeur de langue lui a mangé quand il était p'ti."

Le grand éclata de rire alors que les trois autres enfants frissonnèrent de peur en regardant le livreur de travers. L'ado tendit alors sa main à Garett.

"Je m'appelle Garett m'sieu. Mon p'tit frère ne vous a pas trop emmerdé ?"

_________________
MDJ (Leelou Lovara), [MDJ's punisher], ~MDJ Sadique~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Sam 2 Aoû - 17:53

Garett
Post n°2


Garett secoua légèrement la tête de gauche à droite pour signifier que le gamin ne l'avait nullement ennuyé. Dans le même temps, il venait de saisir la main du grand frère pour la serrer.

« Keske vous faisez ici, en plus avec notre p'tit frère ? » demanda Garett, le grand frère.

Le borgne grava les paroles de son homonyme dans son esprit avant d'écrire sa réponse. Avec la craie toujours dans sa main, il traça maladroitement sa réponse sur son morceau d'ardoise.

Jeu cherche du travaye

Il essuya ensuite son écriteau avant d'écrire la suite.

Y ressanble bocou a un nami

L'adolescent déchiffra l'écriture avec difficulté mais parvint à comprendre les écrits difformes de Garett.

« J'crois qu'tu f'rais mieux d'venir avec nous. On te veux rien de mal », rajouta-t-il rapidement. « Notre m'man pourra p'têt t'aider. Et puis, t'es l'ami d'Fell. »

Les trois mioches de l'âge de Fell partirent devant en éclaireur. Il ne leur fallut qu'une dizaine de secondes pour être hors de vue des Garett et du petit frère.

Le mal-écrivant rangea son bâtonnet de craie dans ces fripes et raffermit sa prise sur sa cape. Le soleil était un peu plus haut, mais la fraîcheur matinale était toujours de la partie.

Le grand frère lança le signal du départ.

Progressivement, tandis que le soleil montait dans le ciel et montrait à tous sa splendeur, l'adulte suivant les deux jeunes se rapprochaient des quartiers pauvres. Le paysage se dégradait lentement. On passa de bâtiments non pas forcément magnifiques mais tout de même en bon état, beaux surtout pour les riverains, à des bâtisses minables, délabrées.

Garett fit signe au trois personnes de s'arrêter. Il restait tendu, dans l'attente, vigilant.

Un hululement s'échappa d'un toit proche. Mais l'auteur demeurait invisible. Un autre répondit d'un toit voisin. Tout aussi invisible.

Le grand frère se détendit et continua. Il s'arrêta presque immédiatement devant ce qui pouvait être un vieil entrepôt, mais était pourtant une habitation ; piteuse, ancienne, insalubre.

Ce fut donc à la mi-matinée que Garett, le livreur, entra pour la première fois dans la maison où vivait Fell et tous les membres de sa grande famille.

Aussitôt ses oreilles furent submergées par le brouhaha. Dès le premier coup d'oeil, il vit pas moins d'une vingtaine de personnes ; la plupart un peu plus jeune que Fell.

Ensuite, il fut assailli par une chaleur moite, la chaleur humaine de ce lieu. Il ne se débarrassa pas de sa cape, mais s'en désenveloppa.

Une femme sensiblement du même âge que le borgne s'extirpa de la masse et s'approcha des nouveaux venus. Elle semblait frêle mais pourtant on ressentait sa force de caractère et de volonté émaner de son corps fragile en apparence.

« Bienvenue étranger. Si tu es ici, c'est qu'mes enfants t'jugent digne d'confiance. »

Garett s'inclina en signe de respect, mais ne pipa mot. C'est Fell qui parla à sa place.

« Y peux pas causer. L'monstre l'a pris sa langue. »
« Il cherche du travail, et j'm'suis dit qu't'avais p'têt kek chose à lui confier. », rajouta le grand frère.

Garett qui avait entendu les paroles s'empara de son bout de craie et traça quelques symboles mystérieux.

Jeu suy livre-heure

[MDJs, pouvez-vous me dire si la matriarche a un boulot pour moi. Et si oui, quel est-il ?
Ah, au fait Leelou, c'est vraiment salaud d'avoir donné le nom de mon perso au grand frère ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDJ (Leelou Lovara)
Maitre du Jeu
avatar

Nombre de messages : 2275
Age : 29
Age RP : Immortel
Fiche perso : Est-ce que Chuck Norris en a une ?
Date d'inscription : 16/11/2007

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Lun 4 Aoû - 1:08

La bonne femme jaugea Garett de haut en bas. Il avait l'air d'avoir pas mal vécu.

"Ben vas donc m'livrer c'paquet à cette adresse. 'Tention, faut pas l'ouvrir !"

[Quand c'est toi, je ne peux pas m'en empêcher xD]

_________________
MDJ (Leelou Lovara), [MDJ's punisher], ~MDJ Sadique~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Mer 6 Aoû - 3:13

Post n°3
Garett


Le regard du livreur pétilla lorsque la femme lui confia le paquet. De plus, le fait d'avoir interdiction de l'ouvrir ne le gênait nullement.

Il regarda tout de même attentivement le colis. De forme parallélépipédique enveloppé dans du vieux tissu épais et surtout opaque, le tout maintenu par de la ficelle usée. Il avait beau chercher, il n'y voyait aucunement mention de la destination.

Sous le regard étonné des enfants et de la mère, il posa le paquet au sol près de ces pieds. Puis, il chercha pour la n-ième fois sa craie. Il nota mentalement de trouver un endroit où la mettre plus adéquat. La suite, les deux spectateurs, Garett et la m'man l'attendaient. Les trois petits avaient rejoint le reste de la fratrie.

Cé koa la draice ?

La femme cligna des yeux. Ils pleuraient tellement le déchiffrage était compliqué et ardu.

« Pourtant, ça m'paraissait évident. Faut qu'tu rendes un peu plus loin dans l'quartier. Là, tu d'mandes le vieux Rictus. A n'importe qui, tout l'monde le connait là-bas. »

Maintenant, sa mission était plus claire. Mais, il se demandait pourquoi Rictus, pourquoi ce nom. Seulement, il avait appris à ne pas trop poser de questions. Cette bonne habitude était encore présente.

Mèrsi

Il quitta donc l'entrepôt et sa chaleur étouffante. Mais aussi sa joie de vivre.

A l'extérieur, le soleil avait fait son boulot. A présent, la température était agréable. Mais, elle allait pourtant encore grimper un peu au fil de la journée.

Dans cette partie de la ville, la foule était peu présente, voire carrément absente. En comptant Garett, les personnes se promenant dans ce coin se comptaient sur les doigts de la main. D'une main ne comportant pas forcément cinq doigts.

Seulement, cette solitude allait poser des problèmes de livraisons. Le livreur ne connaissait pas la ville. Le seul moyen de déterminer avec précision la localisation de sa cible était de le demander. Et pour faire cela, il fallait pouvoir le faire.

Heureusement, il se souvenait encore du chemin qu'il avait suivi plus tôt. Il ne lui restait plus qu'à le rebrousser.

Il n'était pas pressé par le temps, son commanditaire ne lui ayant pas fourni d'ultimatum.

Ses pas se mouvaient de leur propre volonté, il connaissaient eux aussi le chemin. Garett avait donc toute latitude pour observer le paysage.

Il passa par des ruelles exigües et surtout sombres. Il ne l'avait pas remarqué à l'aller, mais la lumière peinait à passer. Les bâtiments étaient pourtant assez bas, mais leur toit dépassait. Ils s'étalaient aussi en longueur. Leur état général rivalisait avec la demeure de la grande famille question insalubrité, mais l'était tout de même moins.

A mesure que ces pieds le portaient, le paysage changea. Les habitations aussi. Ce qu'elles perdaient en longueur, elles le gagnaient plus ou moins en hauteur.

Enfin la lumière l'éclaira. Enfin, il trouva du monde.

Garett avait fait une pause pour écrire son message. Il avait posé le paquet à ces pieds pour cela. Son morceau de craie réduisait rapidement. Sous peu, il serait dans l'incapacité de communiquer. Après sa livraison, il lui faudrait trouver un endroit où se réapprovisionner.

Jeu chairche la méson de Riquetusse

Voici ce qu'il arborait fièrement sur son petit tableau pendant à l'aide d'une ficelle à son cou.

Il se baissa pour récupérer le colis, lorsque à sa grande surprise, il ne vit que ces pieds. Il avait perdu ce qu'il devait livrer. Il en aurait été capable, il aurait hurler jusqu'à perdre sa voix.

[Leelou, c'est moi ou t'avais absolument aucune idée ou imagination ? ^^
Petite précision, pas besoin de MDJitage ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Mer 6 Aoû - 15:55

Post n°4
Garett


Le borgne jeta un coup d'oeil aux alentours. Il ne vit nulle part le paquet. Ni même une personne qui aurait pu le lui prendre.

« Chuis plus bas, m'sieur. »

Une voix familière résonna aux oreilles de Garett.

Il baissa une nouvelle fois les yeux, cette fois vers la voix. Devant lui se tenait, tout sourire, Fell. Dans ces petites mains se trouvaient ce que cherchait l'adulte.

L'enfant remarqua le regard insistant du livreur.

« Bah, j'lai vu par terre, 'lors j'lai pris avant quelqu'un d'autre l'fasse. »

Une question se forma dans l'esprit du borgne, que faisait Fell ici ?

« Ma m'man m'a d'mandé d'venir 'vec toi. », répondit l'enfant comme s'il avait deviné l'interrogation. « Elle pense qu't'auras p'têt besoin d'aide pour r'trouver machin, euh... là, le vieux. J'sais plus comment qu'y s'appelle. J'crois c'est un truc comme grimace ou kêk chose dans l'genre. »

Garett avait écouté les propos du gamin, mais que d'une oreille. Il se remettait de la presque disparition de l'objet à livrer.

Il le reprit même des mains de Fell. Mais un peu trop brusquement.

« Eh, m'sieur, j'vais pas l'voler. Faut pas avoir peur comme ça. J'suis pas un voleur. J'suis pas comme ma grande soeur Selena. Plus, elle vole bien. Mieux qu'mon grand frère. Pas l'plus grand, mais presque. 'fin un autre grand frère, quoi. Dis, t'as des frères m'sieur ? Ou des soeurs, 'videmment ? »

La famille. Cela faisait longtemps qu'il n'y avait pas pensé. Évidemment qu'il en avait une. Seulement ça faisait plusieurs années qu'il n'avait aucune nouvelle. Ce n'est pas qu'il ne voulait pas en avoir, c'est juste qu'il n'avait pas le temps ou alors qu'il n'y pensait pas. Voilà une chose de plus à rajouter à la liste des choses à faire. Après acheter des craies et trouver un moyen de les avoir à disposition sans passer son temps à les chercher d'une poche quelconque.

I III

Le garçon regarda Garett tracer des sortes de runes pour lui sur le machin-bidule-truc bizarre qu'était bleu.

« Dis m'sieur, ça veut dire quoi bâton puis trait-trait-trait ? »

Le m'sieur soupira. Il avait oublié que Fell ne savait pas lire. Donc, pour mieux se faire comprendre, il employa un langage plus simple. Celui des mains. Tout d'abord, il ferma le poing, ne laissant qu'un seul doigt dressé. Puis, après un temps raisonnable, il en dressa deux de plus.

« M'sieur, ça veut dire qu't'as trois frères et une soeur ? »

Garett fit non de la tête. Il essaya une nouvelle tentative. Il ferma les deux poings et laissa seulement l'index dressé. La main droite allait vers la gauche et celle de gauche dans l'autre direction. Elles se croisaient. Il essayait de dire que c'était tout simplement l'inverse.

« Quoi ? T'veux dire qu'y sont rentrés dedans ? Y se sont fait mal ? »

L'adulte secoua frénétiquement la tête de gauche à droite puis dans l'autre sens.

Enfin, le mioche sembla comprendre.

« Ah, j'crois qu'j'ai compris. T'as un frère et trois soeurs. C'est ça ? Dis, m'sieur, j'ai bon ? Dis, m'sieur, j'gagne quoi ? »

Ca y était, le livreur put acquiescer.

« Bon, m'sieur, faut p'têt qu'on avance. Machin, là, l'autre, sourire ou chais pas qui, y doit nous attendre. »

Donc, sous la direction du bavard, le muet marcha en direction de chez Rictus. Enfin, il l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Jeu 7 Aoû - 2:25

Post n°5
Garett


C'était la mi-journée et l'astre solaire dardait ces rayons sur la ville. Enfin, Garett se trouvait devant la demeure du surnommé Rictus (et non pas sourire ou grimace ni risette comme le pensait Fell). Il leur avait fallu presque deux heures pour faire un trajet ne devant prendre qu'une vingtaine de minutes.

Voici ce qui se passa pendant les deux heures précédent leur arrivée. Le tout tel que Fell le racontera plus tard à sa m'man.

« Ben, j'ai dit au m'sieur à qui l'monstre qui mange les langues lui a mangé sa langue qu'y fallait passer par la Grand-rue. C'est comme tu m'l'avais dit. 'Lors, on a marché pendant très très très longtemps. Pendant au moins trente-vingt pas. Enfin les miens, car le m'sieur y fait des pas plus grand qu'moi. Lui, il a dû en faire qu'vingt-douze.
'Lors, quand on était sur la Grand-rue, celle qu'tu m'avais dit d'prendre, on a marché presque juste au bout. Pas vers celui où on était, mais l'autre, l'plus loin d'nous.
Pis, après, y'avait un machin, là, le truc où y les rues qui s'croisent, oui, un croiseur. Bah, on a pris à droite comme qu't'avais dit. On a tout fait comme tu m'l'avais dit. Sauf que, bah la rue y avait un mur au bout. On avait tourné trop tôt. L'problème, c'est que quand on a voulu revenir au croiseur, bah, c'est qu'on pouvait plus. Y avait un autre m'sieur qui souriait beaucoup et qu'avait un gros couteau. Plus, il était moche et y f'sait peur. 'Lors, j'me suis caché derrière le m'sieur. Le gentil, pas celui qu'avait le couteau, 'videmment. Pis, le m'sieur méchant, il a dit : « Donne ton or ou j'te crève ! ». En plus, y parle mal, l'm'sieur, enfin l'méchant.
Et pis, l'gentil m'sieur, il a pris son machin blanc, ça r'ssemble à un p'tit bâton. Après, il a gribouillé sur son truc bleu. J'sais pas c'qu'il a dessiné, mais l'aut' m'sieur, l'pas gentil, il avait pas l'air content. Il a dit : « J'vais t'égorger 'spèce de crevure alors ! ».
Dis m'man, ça veut dire quoi crevure ? C'est quelqu'un qu'est crevé, qu'est fatigué ?
Pis, alors l'm'sieur avec son gros couteau, il a avancé. 'Lors, l'gentil m'sieur m'a poussé, pis il a montré une grosse caisse que j'savais pas c'qu'elle faisait là. 'Lors, j'suis allé m'cacher derrière. J'ai d'mandé au gentil m'sieur de v'nir s'cacher avec moi, mais il a pas voulu. J'crois qu'y voulait p'têt dire kêkchose au méchant m'sieur. Mais, j'sais pas c'ment il allait faire, paske il peut pas parler.
Pis, pendant j'sais pas combien d'temps, j'ai entendu des bruits bizarres. Mais j'avais trop peur pour r'garder alors, j'sais pas c'que c'était.
Pis, à un moment, y avait plus d'bruit. J'allais r'garder quand le m'sieur est apparu d'vant moi. J'ai presque crié, mais j'ai réussi à pas l'faire. Mais, 'reusement, c'était l'gentil. Sinon, j's'rai pas là, 'videmment. Le m'sieur, il avait mal paske il avait du sang sur le bras et la jambe.
Alors, l'gentil m'sieur, il m'a pris par le bras pour partir. J'sais pas c'qui s'est passé, mais l'méchant m'sieur, bah il était par terre. Il avait toujours son gros couteau, mais il était dans son ventre. Plus, le sol, il était tout rouge.
Pis, on est r'venu sur la Grand-rue. Et après, on est allé à l'autre croiseur, pis on a tourné à droite. C'était l'bon chemin cette fois.
Mais, l'm'sieur il était fatigué, alors on a dû s'arrêter. Pis, il s'est mis contre un mur. Pis, après il a pris sa cape, 'fin l'truc qu'y r'semble. Pis, il l'a déchirée. Il a mis les bouts autour d'où c'était tout rouge. Après, on a pu continuer, mais il avait pu d'cape, elle était toute cassée.
Pis, on a continué pendant très très longtemps. On a tourné plein plein de fois. Tout comme t'avais dit. Mais comme le m'sieur, il était pas bien, j'dis pas qu'il était pas bien paske il était pas gentil, mais paske il était blessé, alors le m'sieur y marchait trop pas vite. Y marchait 'core moins vite que Tomas. Et, Tomas, il a que deux ans. Mais, ça tu l'sais. Que Tomas, il a deux ans, pas que le m'sieur y marchait pas vite. Enfin, maintenant tu sais.
Pis, on est quand même arrivé à la maison du vieux m'sieur risette, j'crois qu'y s'appelle comme ça. Mais, il était très tard. Et pis, j'avais très faim. Mon ventre y faisait plein de bruit paske il avait faim lui aussi.
Mais, y'a quelqu'un qui a ouvert la porte. C'était pas un m'sieur, mais une madame. »


Une femme à l'air pincé se tenait en haut des marches devant la porte. Un détail ayant son importance, la demeure s'élevait sur trois étages et contrastait violemment avec la dégaine de Fell et Garett.

« Que voulez-vous clochards ? », demanda la femme d'une voix autoritaire et sèche.
« On est pas des clochards d'abord. Même si j'sais pas c'que ça veut dire. Pis, on veut voir le vieux m'sieur qu'habite ici. Le m'sieur qu'est avec moi à un truc à lui donner. »

[MDJs, pouvez-vous faire la réaction de la femme, merci d'avance.
Est-ce qu'elle nous laisse passer ou pas ? Nous pose-t-elle d'autres questions ? Nous pose-t-elle des problèmes ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDJ (Erganum)
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 843
Age : 28
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 02/06/2007

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Jeu 7 Aoû - 19:42

La femme regarda le muet d'un air vicieux. Elle ouvrit la porte et d'un ton vexé commença à parler :
- J'vous laisse passer cette fois-ci, jeune impoli. Celui que vous chercher est sur la chaise au fond. Si il lui arrive ne sais-je qu'un seul problème à cause de vous, j'avertis les gardes et je viendrai vous cracher dessus dans les barreaux de votre prison !
Les deux garçons s'avancèrent mais la femme les suivaient discretement, elle n'attendait qu'un faux pas pour allerter la garde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Sam 9 Aoû - 4:51

Post n°6
Garett


Garett entra rapidement dans la demeure luxueuse sans se soucier des paroles de l'intendante. Les menaces n'avaient aucun effet sur lui.

La plupart des personnes lançant des menaces ne passaient jamais aux actes. Lui, il avait côtoyé les gens qui s'en passaient. Ils se contentaient d'agir. Ce n'était pas pour rien qu'il était borgne et muet.

Fell suivit l'adulte, mais plus lentement. Il était à chaque fois émerveillé par la splendeur écœurante de cette maison. Comment pouvait-il y avoir tant de richesses si près d'autant de misère ? Le garçon ne se posa pas la question, mais il aurait pu.

« Dites, m'dame, vous zirez cracher sur les barreaux d'la prison pourquoi ? Pour les faire fondre, pour nous libérer ? Dites, z'êtes trop gentille, m'dame. Eh, m'dame, vous voulez être mon amie ? »

La femme le foudroya du regard. C'était la seule chose qu'elle était disposée à faire. Pour être plus précis, autorisée.

Après avoir refermé la porte derrière elle, elle prit la tête du convoi. Elle mena les deux malotrus à travers diverses pièces.

Garett n'y faisait pas attention, il s'en fichait. Fell jetait des coups d'oeil dans tous les sens. Chacun des mouvements de sa tête était ponctué par des « Waouh ! », des « C'est trop joli ! », des « Dites, c'est cher ça, m'dame ? » aussitôt suivi par la réponse « Touche pas à ça, petit ! », ainsi que des « Dites, c'est quoi ? » suivi par... un silence, de même que des « Pourquoi y'a des têtes de grosses bêtes sur les murs ? » ou bien des « Pourquoi on voit personne ? Y sont morts ? » ou encore des « Dites, on arrive quand ? » ou sinon un « Y fait quoi le vieux m'sieur suspendu au plafond ? ».

Suite à cette dernière remarque, la femme leva les yeux. Du plafond pendait un immense lustre. Au centre de ce lustre pendait un homme pendu au bout d'une corde. La corde passant autour du cou. Elle hurla. Puis, elle tomba en pâmoison.

Garett regarda l'intendante tomber au sol, puis le corps suspendu dans les airs. On put voir des ces yeux une lueur d'intérêt.

« Eh, m'dame, ça va ? M'dame, vous êtes fatigué ? Dites, m'dame, vous v'lez pas dormir dans un lit ? »

Un rire retentit dans toute la salle. Il se réverbérait contre les murs et s'amplifiait. Il s'agissait d'un rire jovial, celui d'une personne ayant fait une bonne blague. Il venait du pendu.

« Eh, en bas, pouvez-vous aller chercher l'échelle qui se trouve dans l'autre pièce s'il vous plaît ? J'aimerais bien descendre à présent. »

Le pendu avait parlé. Garett qui ne voyait aucune raison de refuser s'en chargea. Auparavant, il confia le paquet à Fell qui s'occupait de l'inconsciente.

Dans la salle adjacente, il trouva l'objet désiré. Il la déplia pour qu'elle puisse tenir. Le sommet se trouvait sous les pieds de l'homme pendant au lustre.

« Tenez-la bien ! Je ne tiens pas à me rompre le cou tout de suite. »

Comme s'il venait de faire un trait d'esprit, il repartit à rire. Il réussit à se calmer rapidement.

Finalement, le vieil homme atteignit le plancher des vaches sans dégâts.

Au même moment, la gouvernante se réveilla de son court sommeil.

« Alors, dame Sophia, allez-vous mieux ? »

Sophia pâlit en voyant l'homme. Puis, elle perdit à nouveau connaissance non sans avoir crié avant : « Aaaaaaaah ! Un faaaaaantôme ! ».

Fell regarda autour de lui afin de trouver le fantôme. En vain.

« Bah, l'est où, l'fantôme ? Dis, m'dame, l'est où ? Ah, zut, elle dort encore. »
« On ferait mieux de la lancer se reposer un petit moment. Il va lui falloir du temps pour s'en remettre cette fois. » L'homme rigola à nouveau. « Bon, sinon, que venez-vous faire ici ? », demanda-t-il en ayant repris son sérieux.
« Bah, on est là pour donner kêkchose à un vieux m'sieur qui vit là. Chais pu comment qu'y s'appelle. Ma m'man, j'crois qu'elle a dit qu'y s'appelle un truc comme rire. Enfin, chais plus, mais on doit lui donner kêkchose. C'est très zimportant. Dites, vous savez où il est m'sieur ? »
« Excuse-moi petit, mais ne serait-ce pas plutôt un nom dans le genre de Rictus par hasard ? »
« Ah, ouais, c'est ça, c'est 'xatement ça ! C'ment vous savez ça, m'sieur ? »
« Je le sais tout simplement car c'est moi. Et aussi car je suis le seul vieux monsieur vivant dans cette demeure. »

Garett était resté muet durant toute la conversation. Mais, il en avait profité pour reprendre le paquet à Fell.

Rictus se tourna vers le borgne.

« Je me dois de vous remercier pour m'avoir apporter cette échelle. Sans vous, je ne sais combien de temps, j'aurais dû rester suspendu en l'air. Mais, je suppose que vous êtes la personne qui doit me livrer cette fameuse chose. Puis-je l'avoir s'il vous plait ? Puis-je aussi connaître votre nom ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Lun 11 Aoû - 5:11

Post n°7
Garett


La personne interrogée allait se saisir de sa craie, mais le mouvement réveilla sa blessure récente. Il grimaça. Le sang recommençait à s'échapper. Le tissu médiocre se teinta davantage en rouge.

Rictus se rendit compte du malaise qui s'emparait du livreur.

« Oh, je suis navré. Je n'avais aucunement remarqué dans quel état vous étiez. Venez donc avec moi. Toi aussi petit. »
« Et la m'dame, on la laisse dormir là ? »

Le vieil homme parut réfléchir un instant.

« Oui, il ne peut rien lui arriver de pire pour le moment. De plus, ça lui fera du bien de se reposer un peu. Elle n'est pas en grande forme en ce moment. Bon, allez, on avance. Direction : l'infirmerie ! »

Les trois hommes (dont un vieux dont le qualificatif ancêtre irait mieux, et un plus que jeune,pour lequel mioche serait plus juste) traversèrent une grande salle de réception, un long couloir, passèrent une grande porte, montèrent un grand escalier, passèrent devant des chambres immenses, s'engouffrèrent dans un cabinet de taille importante puis empruntèrent à nouveau un couloir interminable pour finir dans une pièce minuscule dépourvue d'éclairage naturel.

« Zut, laissez moi un instant le temps de retrouver une bougie. »

Le vieux repartit laissant Garett et Fell dans une pièce exigüe et sombre. Ils entendirent un fracas au loin. Le gamin voulut y aller, mais l'adulte l'en empêcha. Enfin, Rictus arriva triomphalement avec de la lumière.

Elle éclairait faiblement un petit local. Probablement la seule pièce qui soit de taille raisonnable voire ridicule de tout le manoir. Pour tout mobilier, il y avait uniquement une armoire face à l'entrée. Marron. Complètement abimée. Vieille, ancienne, encore plus que son propriétaire. La porte prenait plus de place dans la pièce que le meuble.

Dans cette armoire, on y voyait des toiles d'araignées. Sans leurs bâtisseurs, morts depuis des années ou bien des décennies. Une fois la masse filandreuse blanchâtre écartée, des fioles couvertes de poussières apparurent. A leur côté, se dissimulaient ce qu'on pourrait appeler des bandages.

Le propriétaire se saisit d'un rouleau de tissu mangé par les mites. Puis, il observa les fioles. Il en épousseta quelques unes. Il en choisit une dont le liquide à l'intérieur l'était encore. Il était comme l'armoire, marron.

Il émergea de la pièce en respirant fortement comme s'il avait fait sa recherche en apnée. Le livreur et le gamin l'avait attendu à l'extérieur, l'exigüité du local ne permettant pas aux trois personnes de s'y trouver au même moment.

Garett remarqua immédiatement un détail qui clochait. Il n'y avait qu'un seul bandage. Lorsqu'il fut sûr que le vieux le regardait, il montra avec son bras valide, celui blessé ainsi que sa jambe.

Avec un soupir, et après un nouveau farfouillement, il y avait à présent de quoi soigner Garett.

« Bon, petit, tu vas enlever le machin informe qui se trouve sur ces blessures. Ensuite, tu vas prendre cette fiole. Puis, en faisant très attention, tu verseras quelques gouttes sur les plaies. Seulement quelques gouttes. Et après, seulement après, tu le banderas avec ceci. »

Fell s'exécuta sur le regard attentif de Rictus et celui inintéressé de Garett. Le garçon termina en serrant fortement, enfin pour un enfant, sans arracher un cri au livreur. Pourtant, n'importe qui aurait crié à sa place. Mais, bon, deux points jouaient en sa faveur. De une, il était muet. Et de deux, il se fichait éperdument de se que pouvait subir son corps.

Voyant que le livreur était rétabli, Rictus revint à sa préoccupation première : le colis.

« Et voilà, tout va mieux maintenant. Puis-je avoir le colis à présent ? Ainsi que votre nom. »

Le paquet gisait au pied du blessé en voie de guérison. Il le saisit puis le donna à son nouveau propriétaire. Mission accomplie.

« M'sieur, y peut pas vous dire son nom, le m'sieur. L'monstre l'a mangé sa langue. »
« Voyez vous ça. Et toi petit, tu en as un ? »
« Ouais, moi, c'est Fell. »

Garett avait eu le temps de prendre sa craie et d'écrire sur son bout d'ardoise.

Jeu suy Garète

Il le montra à Rictus.

« Hum, hum, Garett, hein ? »
« Eh, comme mon grand frère ! Comme l'plus grand. T'en as d'la chance, m'sieur. Moi aussi, j'avais bien aimé avoir l'même nom qu'mon grand frère. »
« Je vois que vous avez des lacunes pour écrire. Et pas qu'un petit peu. Mais, bon, ce n'est point grave. »
« Dites, m'sieur, y'a quoi dans l'truc qu'on a amené ? »

Garett fronça des yeux. Ca ne se faisait pas de demander ça.

« Si tu désires le découvrir, rien de plus simple. Suivez-moi. On redescend. »

Ainsi donc, tout le monde refit le chemin inverse. Ils arrivèrent rapidement en bas, dans la pièce choisie avec soin par Rictus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Mar 12 Aoû - 5:12

Post n°8
Garett


Pendant le trajet qui avait duré peu de temps, Fell eut tout de même suffisamment de temps pour se plaindre.

« J'ai faim, c'est quand qu'on mange, dites ? J'ai super faim. »
« Ne t'impatiente pas petit, tu verras bien bientôt. »
« Mais, j'suis pas p'tit d'abord. J'suis pas l'plus grand, mais j'suis pas p'tit. 'Lors arrêtez d'me dire qu'j'suis p'tit. », s'énerva Fell.
« Calme toi, petit. Si tu te révèles être un enfant sage, tu pourras peut être goûter à un des trésors de la gastronomie Amresianne. »
« J'm'en fiche, j'ai faim. J'veux manger. J'veux de la nourriture, pas d'la chais pas quoi. »

Le reste du cheminement se passa presque en silence. Il fut rompu une nouvelle fois par le garçon lorsqu'il arrivèrent dans la salle au grand lustre.

« Dites, on fait quoi d'la m'dame. La laisse 'core dormir là ? »
« Hum, non tu as raison, nous devrions la déplacer dans un lieu plus adapté. Bien, Garett, pouvez-vous m'aider à l'emmener dans la prochaine pièce ? Là, un canapé l'attend et lui tend les bras. »

Le livreur acquiesça. Il s'agissait en gros d'une livraison sur une courte distance.

Il souleva la frêle et infortunée Sophia et la porta dans ces bras. En quelques pas, la pièce adjacente était atteinte. Il la déposa délicatement sur son lit temporaire.

« Hein, que se passe-t-il ? », demanda-t-elle d'une petite voix en émergeant difficilement.
« Y s'passe rin m'dame. »
« Ah ! », dit-elle avec soulagement. « Je croyais que Monsieur était mort et que son fantôme était revenu me hanter. »
« Mais, ne dites pas de bêtises, dame Sophia. Je ne suis pas mort. »
« J'ai cru entendre sa voix », un léger soupçon dans la sienne. « Ce n'est pas vrai, hein ? Dites moi que je rêve. »
« Non, vous ne rêvez pas ma chère. Mais, vous feriez mieux de dormir encore un peu. »
« Oui, oui, vous avez raison. Ce n'est qu'un mauvais cauchemar. Je suis entrain de faire un cauchemar. Ca ira mieux lorsque je me réveillerais. »

Elle ne tarda pas à sombrer dans les profondeurs insondables du sommeil. Ces muscles se relâchèrent. Elle paraissait sereine.

« Bon, nous sommes presque arrivés à destination. »
« C'est vrai ? Paske, j'ai très faim. On mange bientôt, dites ? »
« Patience mon petit. Il te faut être patient dans la vie. Tout vient à point à qui sait attendre. »
« Ma m'man elle dit qu'ça set à rin d'attendre. Elle dit qu'y faut mieux aller à la recherche de chais pas quoi plutôt qu'de l'attendre. »
« C'est une femme très sage. Mais, cela dépend des circonstances. Dans notre cas, il te faut être patient. »
« Et, j'dois être patient combien d'temps ? »
« Jusqu'à ce que l'on arrive. Et, tu n'as pas besoin d'en savoir plus pour le moment. », rajouta Rictus.

Leur destination finale était la cuisine. Enfin, une petite salle à manger attenante à la cuisine. Et petite, mais selon les critères du manoir.

Il y avait donc un lustre en bois accroché au plafond. En dessus, une table pouvant accueillir une vingtaine de convives. En face de l'entrée, un meuble contenant les assiettes, les verres, les couverts , en fait tout le nécessaire pour manger à part la nourriture elle-même. A gauche, au fond de la salle, un passage menant lui aux cuisines. A droite, le mur laissait la place à une grande surface vitrée. La lumière du soleil illuminait entièrement la pièce.

Rictus se mit au bout de la table le plus exposé à la lumière. Il posa le précieux paquet dessus. Puis, il fit signe à Fell et Garett de s'approcher.

« Venez ! Vous allez avoir l'honneur de pouvoir admirer et surtout goûté l'un des mets les plus succulents de tout le continent voire du monde. »
« Et c'est quoi m'sieur ? Dites, c'est quoi alors ? »
« Ne sois pas si impatient petit. »

Le vieil homme défit précautionneusement le colis. Puis, il extrait du vieux bout de tissu, le fameux met. Il en salivait.

« C'est qu'ça ? », s'exclama Fell.
« Comment cela, c'est qu'ça ? Sais-tu au moins ce que c'est, petit ? »
« Oui », répondit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Jeu 14 Aoû - 2:27

Post n°9
Garett


« Quoi ! », s'exclama Rictus. « Tu oses dire que tu sais ce qu'est cette merveille ? »
« Bah oui, m'sieur. Ma m'man nous force à en manger precse tous les jours. »
« Quoi !? Comment... comment est-ce possible ? »
« Bah, c'est ma m'man qui fait ça. Avec not p'pa 'videmment. Pis, y'a aussi d'aut' gens qu'les aident. »
« Quoi ? C'est ta maman qui fait cet met succulent ? »
« Bah oui, j't'l'ai d'jà dit m'sieur. Dis, t'es sourd toi, m'sieur ? »
« Non, je suis juste surpris. Comme quoi, on en apprend tous les jours. Mais, dis-moi petit, on se trouve-t-elle ? »
« Elle s'trouve kêkpart où tu vas jamais, m'sieur. »
« Qu'en sais-tu petit ? »
« Bah, j'te vois mal venir près des quais. Dans l'coin où y'a tous les pauvres. »
« Mais... comment se fait-il que personne ayant un tel talent vive dans un tel endroit ? »« Bah, c'est paske y'avait pas d'aut' endroit pour qu'tout le monde y puisse vivre. »
« Comment ça, pas d'autre endroit ? Vous êtes si nombreux que cela ? »
« Oui, mais j'sais pas compter jusqu'à combien qu'on est. Alors que j'sais compter jusqu'à trente-deux. »
« Hein ! Elle a eu autant d'enfants ? »
« Non, m'sieur. Elle a pas eu d'enfants, mais on est quand même les siens. »

La conversation continua encore un moment. Le temps que Rictus assimile et ingurgite toutes les nouvelles d'un coup.

« Si je m'étais douté de cela, alors que je reçois un paquet de ce genre tous les mois. Qui aurait cru que je me trouvais si près d'elle. », dit-il avec douceur. « Je me demande ce que dirait sa mère, si elle la voyait à présent. Enfin, pas grand chose maintenant, vu qu'elle est morte. »
« Dites, m'sieur, vous savez qui c'est la m'man d'ma m'man ? »
« Oh, oui ! Je l'ai très bien connue. Mais bon, c'est du passé. »

Puis, parce que Fell ne perdait pas le Nord, même s'il perdait souvent le fil de ces pensées.

« Dites, m'sieur, j'ai faim. On peut manger ? »
« Bon, pourquoi pas. Il est vrai que ce doit être l'heure pour cela. Dame Sophia, veuillez préparer le repas pour... Ah zut ! J'avais complètement oublié qu'elle ne se sentait pas bien. »

Au souvenir de sa plaisanterie, de mauvais goût, il sourit. Sa morosité venue avec la nouvelle de sa proximité avec la mère adoptive de Fell, s'en alla.

« Bon, je crois que je vais devoir m'en charger moi-même alors. Dites moi Garett, pourriez-vous m'aider ? »

Le livreur acquiesça. Si cela pouvait lui permettre de manger, de plus gratuitement, il n'allait pas refuser son aide.

Sous la direction de Rictus, Garett cuisina un plat simple. Avec des pommes de terre pas encore germées trouvées dans un placard, il fit une purée. Ensuite, il fit cuire de la volaille.

Le repas fut servi une demie heure plus tard. Trente minutes pendant lesquelles Fell n'eut de cesse de faire des aller-retours entre la salle à manger et la cuisine. Trente minutes pendant lesquelles, il saoula les deux cuisiniers quant à l'heure où le repas serait prêt.

Finalement, le repas eut lieu. Un miracle se produisit, le gamin se tut. Pendant toute la durée du repas. Enfin presque. Il réclama un dessert.

C'est ce moment que choisit Rictus pour servir le met qu'on lui avait livré.

« Encore ?! »
« Quoi, encore petit ? Tu n'aimes pas ça ? », s'énerva le vieil homme.
« Si, j'adore ça. Mais, c'est quj'en mange tous les jours. Et pis, y'en a pas beaucoup. Alors, p'têt que l'aut' m'sieur, euh... Garett, il en veut, lui. J'me rappelle son nom, paske c'est l'même qu'celui d'mon grand frère. »
« Dans ce cas... », rajouta Rictus avec une voix adoucie.

Les deux hommes eurent donc le privilège de déguster le décile de la m'man de Fell. Il s'agissait de la fameuse confiture à la fleur d'ange. Son goût était divin. Elle était supposée apaiser ceux qui la mangeait. Elle était aussi supposé les détendre. Elle était de plus supposée accélérer leur guérison. Ce n'était que des suppositions, mais elles s'avéraient fondées. Et, ce n'était pas les seules choses qu'elle faisait.

Ils la mangèrent en la tartinant sur des tranches de pain.

Garett se sentit complètement reposé. Il sentit aussi des légers picotements à son bras et sa jambe blessés.

Aussitôt leur tartine finie, Fell recommença à parler.

« Merci, m'sieur. C'était super bon. Bon, on peut y aller maintenant Garett ? »

L'enfant prononçait le nom du borgne avec fierté. Son ami avait le même nom que son grand frère. Et, il admirait son grand frère.

« Je suis désolé, mais je dois vous demander de rester encore un petit moment. Je voudrais Garett que vous livriez un message. Un message à la mère adoptive du petit. Pouvez-vous me rendre ce service ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Ven 15 Aoû - 4:07

Post n°10
Garett


Encore un travail pour lui. Garett commençait à croire qu'un dieu ou une déesse de la chance existait. S'il avait le temps, il pourrait peut être faire une offrande à cette entité. Enfin après d'autres choses, comme encore récupérer de la craie.

Il acquiesça à l'offre du vieil homme.

« Merci beaucoup. Mais, je vais donc devoir vous demander de patienter un moment. Le temps que je rédige mon courrier. Ah, pourriez-vous aller voir comment va dame Sophia. »
« Bah, l'a laisse pas dormir ? »
« Si, si, évidemment. Mais, je m'en voudrais que ma plaisanterie ait eu des conséquences néfastes. »
« Pas ma faute à moi, si tu fais des bêtises. Et pis, ça veut dire quoi, néfatse ? »
« C'est néfaste, et ça veut dire que ça va mal. »
« Ah, j'ai compris. Bon, bah on y va 'lors. Garett, tu viens ? »

Les trois personnes retournèrent dans le salon. Là, Rictus continua son chemin jusqu'à son bureau.

Sophia ouvrit les yeux une fois le vieux parti. La première chose qu'elle vit fut Fell et Garett derrière lui.

« Qui êtes-vous ? » Puis, elle se rappela les deux malotrus à la porte. « Que se passe-t-il ? » Elle jeta un coup d'oeil rapide. « Que fais-je ici, allongée ? »
« Bah, t'es tombée par terre quand t'as vu l'vieux m'sieur qu'étais en l'air. »
« Monsieur ? En l'air ? »

Elle se repassa les derniers évènements dans sa tête. Elle réalisa enfin tout ce qui s'était passé. Elle comprit que Rictus s'était une nouvelle fois joué d'elle.

« Où est-il ? », demanda-t-elle violemment.
« Eh, crie pas, m'dame. Pis, le m'sieur, il est parti 'crire une lettre pour ma m'man. »
« Une lettre ? Aucune importance. Donc, il est dans son bureau, il va le regretter. », rajouta-t-elle pour elle-même.

Sophia se mit sur pied d'un coup. Son repos forcé lui avait fait du bien. Elle ne laissa pas le temps à Garett et Fell de réagir qu'elle avait déjà quitté la pièce.

« Bah, elle va mieux la m'dame. Il r'vient quand l'aut' m'sieur ? »

L'homme haussa les épaules. Il ne savait pas le temps qu'il fallait pour écrire une lettre. Mais, il devait en falloir beaucoup. Surtout vu le temps qu'il mettait pour écrire une simple phrase.

Fell qui n'avait aucune patience s'accapara l'ancienne place de Sophia. Il s'assit sur le canapé. Le livreur préféra rester debout.

« Dis, m'sieur Garett, on rent' quand à la maison ? J'suis fatigué moi. Ah zut, tu parles pas ! Dis, m'sieur pourquoi tu parles pas ? Tu peux pas 'sayer un peu ? Paske, j'sais pas lire moi. »

Puis, pour une fois, l'enfant se tut. Principalement car il était épuisé. Le silence s'installa.

Rictus revint finalement quelques minutes plus tard. Une lettre à la main.

« C'est bon, j'ai réussi à trouver les bons mots pour m'adresser à elle. Vous pouvez la lui remettre. »

Il confia donc le pli aux bons soins de Garett. Il donna aussi autre chose. Une bourse alourdie par le poids de l'or.

« C'est pour le cadeau qu'elle m'a envoyé. Je vous souhaite donc une bonne journée. »

C'est ainsi que le livreur, une nouvelle mission à accomplir, et Fell quittèrent le manoir. On était seulement au début de l'après midi, et pourtant la chaleur était bien présente.

[MDJs, pouvez vous ajouter dans mon inventaire, Lettre de Rictus ainsi que Bourse remplie d'or.]
[LL : je te rajoute ça ^^.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Sam 16 Aoû - 19:54

Post n°11
Garett


Enfin sortis ! Fell jubilait, enfin sortis de cette maison. Il en avait marre de rester là-bas, même s'il avait quand même bien mangé. Garett, lui s'en fichait complètement, il avait une mission à remplir.

Ils prirent la direction de la piteuse habitation de la grande famille de Fell.

Cette fois, le retour fut plus aisé que l'aller. Ils ne se perdirent pas en chemin. Personne ne les attaqua. Seulement l'éternelle question du garçon : « On arrive quand, j'en ai marre d'marcher ? » auquel lui répondait le silence de l'adulte.

Ils arrivèrent à destination quand même une demie-heure plus tard. Le gamin n'était pas vraiment une bête de course (ou de marche). De plus, la chaleur quasi-étouffante n'aidait en rien.

Un hululement parvint à leurs oreilles à leur arrivée. Suivi de près par un autre.

Ils purent donc entrer. Et se faire submerger par la chaleur presque palpable des lieux.

L'enfant se dirigea directement vers sa maman pour lui raconter tout ce qui s'était passé en détail.

Garett jeta un coup d'oeil autour de lui. Il se trouvait dans une grande pièce, tout en longueur. La seule du bâtiment. Elle était dépourvue de décorations. Mais, de grandes longueurs de vitres sur les murs situées en hauteur éclairaient allègrement l'habitat. Un poêle sur sa droite servait à faire la cuisine pour tout ce petit monde. Sur l'une de ces plaques, une casserole chauffait ainsi que son contenu. Au loin, trop loin pour qu'il puisse le voir, ce trouvaient les paillasses sur lesquelles tout le monde dormait.

Fell avait enfin fini son récit et sa mère en profita pour aller vers le livreur.

Le borgne lui remit la lettre ainsi que le bourse que Rictus lui avait donné.

Elle confia la bourse au grand frère. Puis, elle lut la lettre.

Son visage se décomposa au fur et à mesure que la lecture progressait. Ainsi, il savait qu'elle était là. Après tant de temps. Et, il voulait la revoir. Pourquoi ? Pourquoi, maintenant ? Pourquoi avait-il mis tant de temps ? Il voulait qu'elle vienne. Mais, elle n'en avait aucune envie. Cela, elle avait eu la possibilité de le faire depuis longtemps. C'était à lui de faire le premier pas, enfin le deuxième. La lettre était son premier.

« Pouvez-vous lui remettre ma réponse ? »

Garett fit oui de la tête. Lui qui désespérait de ne pas avoir de travail, il en était presque submergé.

Alors, la femme écrivit sa réponse au dos de la lettre, puis la tendit à nouveau au livreur. Mais, au moment où il la prenait, elle lui agrippa le poignet.

« Tenez, c'est pour vous. Pour tout ce que vous avez fait. »

Elle venait de lui remettre la somme mirobolante de dix écus dans la main. Il accepta ce paiement. Il n'attendait pas une rétribution pour son travail, mais il n'allait pas refuser quelque chose qu'on lui offrait.

Une nouvelle lettre à livrer en sa possession, il se dirigea vers la sortie. Le travail n'attendait pas, pas de temps pour se reposer.

« Eh m'sieur, tu vas où ? », lui demanda Fell.
« Il retourne chez le vieux Rictus. », répondit la mère à sa place.
« Ah, bon bah, au r'voir m'sieur alors. R'vient nous voir vite. »

Une nouvelle fois, le livreur fit le trajet jusqu'à à la maison de Rictus. Fell n'était plus là pour le guider, mais il avait un bon sens de l'orientation et une bonne mémoire concernant les chemins à emprunter pour se rendre à nouveau à un endroit où il était déjà allé.

Il arriva donc à bon port et frappa à la porte. Ce fut Rictus qui lui ouvrit.

« Tiens, vous revoilà. Un problème ? »

Il secoua énergiquement sa tête de gauche à droite. Puis avant d'avoir la tête qui tourne, il donna la réponse.

[MDJs, veuillez enlever Bourse remplie d'or et me rajouter 10 écus.]
[LL : M'en charge ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Lun 18 Aoû - 4:58

Post n°12
Garett


Rictus s'empara de la lettre et la lut rapidement.

« Ainsi donc elle accepte. », dit-il avec mélancolie. « Je ne pensais pas qu'elle voudrait me revoir. Mais, c'est ma dernière chance. Et je dois la saisir. Pouvez-vous attendre un peu puis lui ramener la lettre ? »

Garett se demandait pendant encore combien de temps il allait devoir faire des aller-retour, mais un travail est un travail. Et jamais, il n'en refusait un. Quelque soit sa nature. Il accepta donc.

Le vieil homme disparut un instant à l'intérieur de la masure, laissant le livreur patienter évidemment dehors. Il revint vite fait avec la lettre enrichie des mots de sa réponse.

« A bientôt. J'espère vous revoir avec une réponse positive. », lança Rictus tandis qu'il refermait la porte et que le porteur de son message s'éloignait.

Garett ne se retourna pas. Les raisons qui motivaient les livraisons, les destinataires, les expéditeurs, tout cela n'était que secondaire. Seule la livraison en elle-même avait une importance.

Il l'avait oublié une seule et unique fois. Mais, il en avait payé le prix.

Une nouvelle fois, il se rendit dans le quartier misérable où il devait remettre le pli.

Le soleil décrivait à présent une courbe descendante. L'heure de son couché approchait. Même si on était encore qu'à la moitié de l'après-midi. La chaleur ne semblait pas prête à laisser sa place à un peu de fraîcheur.

Un sifflement se fit entendre alors qu'il approchait de l'entrepôt. Il s'arrêta donc. Il n'avait qu'à attendre qu'on l'autorise à passer.

Ce fut Garett qui sortit à sa rencontre. Reconnaissant le borgne, il siffla en direction des toits. Lui répondirent des hululements. Signes que personne de suspect ne se trouvait dans les parages.

Le livreur se présenta le plus rapidement possible à la femme concernée par la lettre. Il la lui confia. Il se demandait seulement s'il allait encore devoir un nouveau voyage.

Elle lut le rajout de Rictus. Elle se permit un petit sourire.

« Il n'a pas changé. Toujours à laisser les autres décider à sa place. Bon, dans ce cas, il ne le regrettera pas. Bon, je suppose que tu sais ce qui t'attend. J'espère que ça ne te dérange pas. »

Garett dénia. Pourquoi le fait de travailler l'aurait dérangé ? Comme si le fait de vivre le dérangeait.

La femme partit chercher un coin où écrire sa réponse. Puis, la lettre qui était à présent remplie des deux côtés retourna dans les mains du livreur.

Et c'était parti pour une nouvelle traversée de la ville. La nuit approchait à petits pas, mais ils étaient nombreux. Le vent enfin se leva pour atténuer la chaleur du soleil encore présent.

Il se trouva encore devant une porte qu'il commençait à connaître. Une grosse porte en bois massif. Vernie pour résister aux assauts du temps. En son centre un heurtoir en forme de taureau, l'anneau en travers de son museau. Mais, lui n'y avait pas résister aux assauts du temps. Il était rouillé et inutilisable.

Ainsi, le livreur frappa une nouvelle et espérait-il dernière fois à la porte.

Ce fut Rictus qui lui ouvrit encore.

« Déjà de retour ? Vous ne faites pas les choses à moitié. Donc, vous avez sa réponse ? »

La lettre changea de main. Le vieil homme la lut à voix haute.

« Si tu veux me voir à ce point, suis donc le porteur de cette lettre. Il te mènera où j'habite. »

[MDJs, pouvez-vous faire ce qui est demandé dans le post précédent ?]
[LL : Fait ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garett

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Age RP : Trentaine
Fiche perso : Garett
Date d'inscription : 30/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   Mar 19 Aoû - 1:16

Post n°13
Garett


« Eh bien, je ne pensais pas que je devrais y aller si tôt. Je ne suis pas prêt. Ah, mais pourquoi je me soucie de ça. C'est aujourd'hui ou jamais. Et je préfère mourir plutôt que de ne pas la revoir. Bon, pouvez-vous m'attendre un court instant, s'il vous plait ? Merci. »

Rictus retourna à l'intérieur pour faire les dieux ne savaient quoi. Garett entendit pourtant des voix affaiblies par la distance.

« Je sors Sophia. Ne m'attendez pas ce soir. »
« Et où allez-vous monsieur ? »
« Je vais retrouver un fantôme du passé. »
« Comment ça ? Vous allez encore essayer de communiquer avec madame ? »
« Non. », dit-il tristement.
« Ah... »

La conversation s'arrêta là.

Le vieil homme enfin rejoignit le borgne. Il avait pris avec lui un gilet pour combattre la fraîcheur nocturne.

« Nous pouvons y aller. Je vous suis. »

Garett suivi de Rictus traversa le quartier des habitations. Sous les yeux du vieil homme, l'opulence laissa peu à peu la place à la pauvreté.

Finalement arrivés près du but, le livreur fit signe de s'arrêter. Un bref sifflement les accueillit. Garett reconnut le signal. Qui allait venir cette fois ?

Ce fut la matriarche qui sortit. Elle poussa un petit hululement qu'on lui rendit en écho depuis les toits.

« Tiens, je me d'mandais si tu viendrais. »
« Pourquoi ne serais-je pas venu ? »
« Je pourrais te donner plein de raisons. Mais, on est pas là pour se disputer. Bon, si on continuait à l'intérieur ? »

Les trois adultes entrèrent dans l'immense édifice. La vétusté de l'endroit frappa de suite Rictus.

Le four fonctionnait à plein régime. Dessus, de gros faitout chauffaient. Dedans, soit des légumes, soit de la viande. Le repas du soir.

La lumière du soleil couchant éclairait le bâtiment.

« Merci de m'avoir aider. », dit-elle à Garett. « Mangeras-tu avec nous ce soir ? J'crois qu'ça fera plaisir à Fell. »

Il accepta donc l'offre. Il ne voyait aucune raison de refuser un bon repas. Surtout qui sentait si bon. Et puis, si sa présence faisait plaisir au garçon, il pouvait bien rester pour lui faire plaisir.

« Dis-moi, pourquoi n'es tu jamais venue me voir ? »
« Parce que ce n'était pas à moi de venir. »
« Mais, c'est toi qui est partie que je sache. »
« Oui, mais tu sembles avoir oublié pourquoi. »
« Comment pourrais-je l'oublier ? Tu crois que je peux l'oublier ? »
« C'est pour ça que je suis partie. Pour oublier. Pour essayer d'oublier. »
« Mais, on ne peut pas. »
« Je sais. Mais, à l'époque je pensais autrement. »
« Dis m'sieur, tu viens jouer 'vec moi et mes frères ? », demanda Fell au livreur.

Ce dernier n'entendit pas la suite de la conversation. Mais, il s'en fichait. Ce qui se passait après son travail ne le concernait plus.

Il rejoignit donc Fell ainsi que Mark, Mikel et Ervé. Il joua donc avec eux le temps que le repas soit prêt.

La nuit tombée, on alluma quelques bougies pour éclairer l'unique pièce. Le repas fut servi à ce moment là.

Après avoir bien mangé, Fell demanda au m'sieur s'il voulait bien dormir 'vec lui c'te nuit. Garett hésita un moment, ne voulant pas déranger, mais voyant que la mère était d'accord, il accepta.

Rictus demanda à la mère de venir avec lui chez lui. Mais, elle refusa, elle préférait rester avec ces enfants. Le vieil homme ne voulant pas rentrer seul de nuit chez lui, resta aussi. Il passa donc sa première nuit à dormir sans avoir de vrai lit entre lui et le sol.

Une à une, les bougies s'éteignirent. Une à une, les personnes présentes s'endormirent.

Action suivante : Les habitations d'Adjir - [Garett] Interlude Onirique

[MDJs, pouvez-vous faire ce qui est demandé dans le post précédent ? ^^]
[LL : Ro c'est bon, jl'ai fait >_<]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Garett] A la recherche de travail   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Garett] A la recherche de travail
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» HAITI-JOBS-HAITI-TRAVAIL-HAITI TRABAJO-HAITI EMPLOIE-EMBAUCHAGE
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gloire et Honneur - Archive :: La version 1 :: Le vaste Monde de Gloire et Honneur :: Amresia :: Adjir :: Les Habitations-
Sauter vers: