Gloire et Honneur - Archive


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mer

Aller en bas 
AuteurMessage
Rayan Eïdher
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age RP : 19 ans
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 22/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Mer   Sam 7 Juin - 19:56

Post précédent: Blanche est la vérité et rouge sont ses yeux... (Quais de Port-Pergas)

POST N°19
Rayan Eïdher


Le bateau avait quitté Port Pergas au petit matin. Se laissant guider par le capitaine qu'ils avaient aidé la veille, Rayan, Silenus, Zekina, et le nouvel arrivant Mordred, embarquaient à présent pour Amresia, le continent de l'Ouest. Chacun y trouvait un but. Différents buts. Tandis que Silenus et Zékina ne cherchaient que l'aventure, Mordred, lui, s'était lié à Rayan par un serment d'allégeance qui avait beaucoup surpris le jeune prêtre. Il avait juré de le protéger jusqu'au bout, sur sa vie. Une promesse qui était insupportable au sensible Rayan, qui s'imaginait le pire des scénarios: que Mordred, cet homme qu'il ne connaissait pas, se sacrifie uniquement pour respecter un vœu qu'il n'avait pas à faire. En effet, c'était envers Silenus que l'homme avait une dette, et non envers le prêtre.

D'ailleurs, si tout le petit groupe partait pour Amresia, c'était bien à cause de Rayan. Retrouver son père n'était pas en soi une obligation. C'était un besoin que ressentait le jeune homme. Depuis toutes ces années qu'il avait passé sans le voir, seulement trois en fait, le jeune prêtre espérait de tout cœur avoir enfin la possibilité de passer un peu de temps avec lui. Son voyage initiatique, lui, n'indiquait aucun objectif précis. Il lui fallait bien commencer quelque part. Il ne devait revenir à Hautesylve qu'une fois prêt. Polixis inculquait le culte de la paix par la connaissance et le savoir. Mais quelles connaissances devraient emmagasiner Rayan avant de pouvoir prétendre à la Confirmation, qui ferait de lui un Grand Prêtre? Il devait le découvrir seuls, lui avaient annoncé ses Pères.

Le jeune homme était songeur. Il se demandait déjà pourquoi il était aussi entouré. La réponse lui revint en pleine figure alors que son regard se perdit sur son petit bouclier: il ne savait pas se battre. Il était le seul dans ce voyage qui avait un objectif précis, et pourtant il se sentait le plus inutile. Même Silenus était magicien. Rayan, lui, ne montrait aucun talent. Malgré les quelques "manifestations de foi" dont il avait fait preuve au temple de Hautesylve, il ne servait à rien. En quoi la capacité d'apaiser représentait-elle une utilité en combat?

Le regard perdu vers la mer, Rayan commençait de nouveau à perdre confiance. Son voyage durait depuis moins d'une semaine, et déjà, il doutait. Qu'en serait-il pour les mois à venir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enkara

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 23/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Dim 8 Juin - 21:30

Enkara
Post N°14

Enkara avait donc embarquée avec le reste du groupe, ayant pour seul but, l'aventure et escorter le jeune prêtre jusqu'à son objectif. Un fois le pied sur les planches du bateau, elle se sentit comme libre...Etrange vu qu'autour d'elle, il n'y avait que de l'eau. Et pourtant, l'air marin, les vagues qui s'ecrasaient sur la proue, le ciel bleu matinal et les cris de marins, lui donnaient vraiment ce sentiment. Voyant que Mordred et Silenus s'entendaient plutot bien, elle n'osa pas rester avec eux, et prefera se poster au devant, laissant le vent caresser ses cheveux. Pour elle, toute cette histoire était une folie, mais c'est pour cela qu'elle se lancait dedans. Elle ne savait pas où, avec qui et jusqu'a quand. Pour elle, s'était des inconnus et le fait de ne rien savoir la poussait a poursuivre encore et encore. Elle irait juqu'au bout. En plus, elle se sentait de plus en plus bizarre lorsqu'elle croisait le regard de Silenus. Pourquoi? Parce qu'il était albinos? Elle l'ignorait. Elle se laissa porter un instant, lorsqu'un cri la ramena a la réalité. En se retournant, elle s'apercu que ce n'était que le Capitain qui donnait un ordre. Puis, ses yeux fuent comme attirés par l'Albinos. Il était de profil. Elle posa secrétement sur lui, un doux regard avant de sourire sous son masque. Mais alors qu'elle s'apprétait a se remettre face a la mer, elle vit que Rayan était seul dans un coin, appuyé sur le rebord. Il paraissait songeur. Bon, il est vrai que la jeune femme était plutot secréte et solitaire, mais malgre tout, elle avait un coeur. C'est pourquoi elle s'approcha de lui sans un bruit, et posa ses mains a cotés des siennes.


_Tu comptes sauter par dessus bord? Fais tout de même attention de ne pas te rater...


Voila Enkara qui tentait de faire de l'humour, avec toujours autant de tact. Puis, elle s'adosa dos a la mer, pour ainsi voir son interlocuteur. Elle le fixa de ses yeux vert.


_Tu m'as l'air bien songeur. Tu as peur de decouvrir la nouvelle terre? Il me semble que tu n'avais jamais quitté ton ecole auparavant, n'est ce pas? Si c'est cela qui t'inquiètes, tu n'as pas à t'en faire. Mordred, Silenus et moi nous attaquons, et toi, tu nous soutient et nous soignes. Rien a craindre, tu vois? Ou bien est ce Mordred qui t'inquiètes?


Elle devia son regard ailleurs, mais encore une fois, il se posa sur Silenus. Grrrr, elle le detourna vers le vide, avant de revenir sur Rayan. Elle passa sa main sur une de ses méches rebelle, qui flottait au gre du vent. Elle esperait que le jeune pretre n'aurait pas trop peur d'elle, puisqu'il était rare qu'elle vienne d'elle même de cette manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayan Eïdher
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age RP : 19 ans
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 22/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Mar 17 Juin - 22:44

POST N°20
Rayan Eïdher


Lorsque Zékina s'approcha de lui, Rayan ne fit que tourner la tête vers elle. Sa tentative d'humour ne surprit même pas le jeune prêtre, qui laissa un petit sourire s'installer sur son visage, tandis qu'il regardait à nouveau le large. Les vagues venaient dans un fracas lointain s'écraser sur la coque du bateau. De temps à autre, une mouette passait au dessus du mat, en riant bruyamment. Sans répondre à Zékina, Rayan tourna à nouveau les yeux vers elle lorsqu'elle s'adressa à lui d'un ton le plus sérieux. Curieux, aussi, visiblement la nostalgie du jeune homme n'avait pas échappé à l'aventurière. Elle tenta de le réconforter avant même qu'il n'ait exposé les vraies raisons de son isolement. Soigner, avait-elle dit. Oui, effectivement, il aurait normalement dû être apte à soigner les blessures. En invoquant les bienfaits de Polixis, il devait pouvoir refermer les plaies ouvertes de ses camarades blessés. Seulement voilà: si en théorie il aurait dû être capable de produire cette manifestation de foi, jamais il n'avait eu le courage d'essayer. Il avait trop peur de causer des dégats irréversibles...

J'ai déjà fait des voyages, mais tu sais, ça a toujours été entre Hautesylve et Tristerive, d'un temple à un autre. Effectivement, maintenant que je suis livré moi-même dans ce monde si grand que je connais à peine... Ca fait...bizarre... dit-il finalement sans savoir si le mot convenait vraiment. Et il ne faut pas trop t'en remettre à mes sois-disant pouvoirs, Zékina. La foi n'est pas un jouet, ni un instrument. Ses manifestations ne doivent pas être prises à la légère, en particulier lorsqu'on ne les maîtrise pas bien comme moi.

En fixant les yeux verts de son compagnon de voyage, Rayan cherchait à mettre plus de poids dans ce qu'il disait. Quelque part, il se livrait. Depuis quelques jours qu'ils voyageaient ensemble, les deux jeunes gens apprenaient à se connaître. Et Rayan se livrait vraiment pour la première fois. Sans que le jeune prêtre puisse vraiment définir cela par de l'amitié, il sentait néanmoins que Zékina et lui venaient de passer un cap, aussi mince soit-il.

Mordred? Oh non, il ne m'effraie pas, rassure-toi! ajouta-t-il en riant lorsque la jeune femme mentionna leur nouvel équipier. Bon, j'avoue que son serment d'allégeance m'incommode un peu, mais ce qui est fait est fait, et j'imagine qu'on ne peut pas annuler un serment de ce genre aussi facilement.

Quittant les beaux yeux verts de Zékina, ceux marrons de Rayan se tournèrent vers les deux autres hommes du voyage, qui étaient plus loin sur le pont. Lequel des deux l'incommodait le plus, d'ailleurs? Mordred, son "serviteur dévoué", ou Silenus, l'albinos hérétique qui les avait beaucoup aidés, Zékina et lui? Souhaitant profiter de ce moment d'intimité qu'il avait avec sa coéquipière, Rayan décida d'aborder pour la première fois le thème qui l'obsédait depuis plusieurs jours.

Dit-moi... Silenus ne te trouble pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enkara

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 23/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Sam 28 Juin - 15:48

Enkara
Post N°15


Enkara avait écouté Rayan avec attention. Elle le trouvait bien gentil en realité. Cependant, elle avait egalement l'impression qu'il manquit d'une grande assurance. Fragile au final,mais peu importait pour elle, puisqu'elle recherchait l'aventure.


_J'ai déjà fait des voyages, mais tu sais, ça a toujours été entre Hautesylve et Tristerive, d'un temple à un autre. Effectivement, maintenant que je suis livré moi-même dans ce monde si grand que je connais à peine... Ca fait...bizarre...
dit-il finalement sans savoir si le mot convenait vraiment. Et il ne faut pas trop t'en remettre à mes sois-disant pouvoirs, Zékina. La foi n'est pas un jouet, ni un instrument. Ses manifestations ne doivent pas être prises à la légère, en particulier lorsqu'on ne les maîtrise pas bien comme moi.

En effet, il manquait d'assurance.


_Tu n'as pas a t'inquièter, nous sommes la pour t'aider. Et en ce qui me concerne, je pense que tes pouvoirs son bien plus puissants que tu ne veux le croire. Si un jour tu dois les utiliser sur moi, n'hesite surtout pas.

Rayan aborda un étrange sujet: Silenus. Alors comme cela, c'est ce jeune homme qui le génait? Elle ne se gena pas pour lui demander, apres un petit sourire sous son masque.


_Alors c'est lui qui te géne autant? Tu pouvais le dire sans honte? Pourquoi ce sentiment? Parce qu'il est ton inverse? Il n'utilise pas la magie comme on te l'a enseigné, et cela te poses probléme? Ou alors est ce parce qu'il est albinos?


Elle tourna son visage vers Silenus, qui non loin de la, continuait de vaquer a ses ocupations. Toujours aussi blanc, avec une étrange attirance, du moins pour elle. Elle ne pu encore une fois, detacher son regard de lui, tout en parlant avec le jeune prêtre.


_Pour ma part, je ne le trouve pas embarassant. Il n'est pas vile, ni vicieux, ou autre chose qui pourrait faire naitre une quelconque mefiance. Je pense étre assez douée pour sentir les gens. Et je suis persuadée que Silenus n'est pas méchant. Tu ne crains rien avec lui.

Pourquoi avait elle dit cela? Jamais, ou du moins, presque jamais, elle ne parlait de ses pensées! Enfin, ce jeune pretre ne pouvait que garder les secret, puisqu'il avait été eduquer de la sorte. Un silence s'installa un instant, portant Enkara dans ses pensées les plus profondes. Un léger vent, le bruit des vagues qui s'écrasaient, tout ce qui était autour d'elle la mena dans un rêve. Ses yeux rivés sur l'Albinos, son ceur perdu dans l'infini. Peut etre qu'au final, les dieux avaient fait de la condure ici, avec ce pretre, ce garcon a la peau blanche, et maintenant, cet etrange personnage au nom de Mordred. Qu'allait lui reserver la suite de cette aventure?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mordred Calogridis
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 25
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 26/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Sam 28 Juin - 17:57

Mordred Calogridis
Post N°15


Peut-être avais je fais un erreur... Peut-être m'étais-je trop précipité...
Le doute devait se lire au fond de mon regard toujours rouge.
Encore ...
La mer... J'étais rêveur. C'était la première fois que je la voyais. Si belle, si...libre. J'avais du mal à croire que tout cela était la vérité. Enkara et Rayan se trouvaient à plusieurs mètres de moi et me regardaient avec un regard un peu suspicieux.
S'ils savaient ... Un prêtre de Polixis...
Je crachais au sol pour éjecter le goût métallique qui subsistait dans ma bouche. Mon crachat rougeoyant vint entacher le pont du bâteau.
Je n'ai plus beaucoup de temps. Dans quelques jours cela arrivera...
Je ne veux pas leur faire de mal ! Ils ont étés si sympathiques.
Je m'accoudai au bastinage et plongeait de nouveau mon regard dans les vagues turquoises. Je me sentais libre. Soudain un Flot me parcouru et me fit trembler de tout mon corps...
Toujours parcouru de frissons, je sortis ma plume de ma poche et mon carnet et m'empressai de dessiner le symbole ainsi que le poême qui s'accompagnai de chacun de mes Flots.
Je mouillais la plume et la plongeait dans les pot attaché à ma ceinture. Très vite ma feuille se remplit d'une petite écritue sombre et archaïque.
Je ne fis pas attention au symbole toujours identique depuis toutes ces années et lisait seulement le nouveau message.

"Continent improbable
Sorts déchaînés.
Tu en es capable
C'est ta destinée."

Depuis ma naissance, je recevais ces messages bizzares, toujours en vers, et souvent ils m'indiquaient la marche à suivre pour éviter des ennuis. Mais cette fois-ci le message était vraiment trouble. Je ne savais toujours pas de qui il venait.
Je portais mon regard sur le symbole. Une sorte d'épée qui commençait par un manche et qui se finissait par une plume. Mais qui m'envoyait ce message ?! Et comment ?!
De nouveau Enkara et Rayan me jetèrent un regard. Cette fois-ci, c'était plutôt un regard amicale.
La nausée que je ressentais depuis le début de ce voyage sembla disparaître un instant. Je me tournais vers Silenus qui depuis le début du voyage réflêchissais à ce qu'il allait dire.
J'attendais son histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silenus Nesego
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 28
Age RP : 19 ans
Fiche perso : Ici
Date d'inscription : 27/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Mer 2 Juil - 11:15

Post n°13 : Une traversée révélatrice
<Silenus Nesego>

Accoudé au bastingage, près de Mordred, j'observais la Mer de Kem glisser autour du navire. Les vagues n'étaient que de douces dunes changeantes, se formant, se déformant. On eût dit les pensées d'un million d'âmes qui voguaient là, au hasard des courants du Monde dans un immense récipient de savoir, pourvu de ses crêtes et de ses fonds, de ses monstres et de ses merveilles.
Je jetai un bref coup d'œil derrière moi et vis, de l'autre côté du pont, s'entretenir le jeune prêtre et celle que mon cœur avait élue. Me verrait-elle jamais comme ce jeune homme épris, plein d'amour à revendre que j'étais ? Le temps seul nous le dirait. Je me tournai alors vers Mordred, l'envie de parler le premier me brûlait, mais j'attendais. Je le sentis me jeter un de ces regards qui signifient "toi d'abord, je t'écoute". Ainsi soit-il.
"- Ainsi tu es le dernier des Calogridis. Je connaissais plutôt bien Fibriak, ton père. Mon père, H. Nesego, et lui, étaient les meilleurs amis du monde. Il faut dire que mon père aimait les vers, la prose, la poésie, les mots, presque plus que ma propre mère, et Fibriak n'était pas non plus indifférent à tout cela. Ils m'ont transmis la fibre. Fibriak était un peu comme mon oncle, un peu comme le frère de mon père. Je ne sais pas grand chose de lui pourtant, car bien que jovial et bon vivant, il ne parlait presque jamais de son passé, et perdait le sourire dès qu'il y était fait allusion. Il est arrivé qu'il s'enferme des jours durant dans sa maisonnée, uniquement parce qu'un inconnu avait imprudemment lâché : "Un homme tel que vous doit bien être marié ! Avez-vous des enfants ?". Papa m'a dit un jour que Fibriak était arrivé au village par un matin brumeux, le regard perdu dans le vague, blessé, aux frontières de l'au-delà et comme avide d'y plonger de tout son être. Ma mère enceinte de moi l'a soigné, hébergé et nourrit le temps qu'il se remette, mais il restait silencieux et avait toujours cette tristesse dans ses yeux. Sans cesse répétait-il : "Pardonnez-moi, pardonnez-moi, pardonnez-moi...". Vraisemblablement, il fuyait quelque chose. Puis lorsqu'il fût remis, il s'installa au village, mais plongea bien vite dans l'alcool. Dès qu'il buvait, il devenait violent, parfois même se frappait-il tout seul faute de défouloir, comme fou de rage envers lui-même.
Mon père fit tout ce qui était en son pouvoir pour l'aider, et ce qui le sortit de sa névrose, c'est le livre que mon père chérit tant, ce livre qui lui donna l'amour des mots et détermina mon propre avenir, mon entrée à l'Académie de Lettres. Il le prêta à Fibriak, qui le lut, et ne toucha plus jamais une goutte d'un alcool quel qu'il soit. Je n'avais que quelques mois alors, et comme depuis ce temps oncle Fibriak a toujours été le bon vivant que j'ai toujours connu, tout cela me semble étrange et lointain. Mais je sais, je sentais que quelque chose au fond de lui le rendait fort triste, et parfois je l'ai surpris à jeter par dessus son épaule quelques regards apeurés, comme s'il s'attendait à ce que surgisse la Mort du coin d'une ruelle.
Je ne sais pas ce qu'il est arrivé à ton père, Mordred, pour autant que je sache, il était toujours auprès du mien lorsque je quittai le foyer familial, mais il est indéniable que tu es son fils. Vous avez le même visage, la même étincelle au fond des yeux.
Voilà, tu sais ce que je sais. Fibriak a toujours été très réservé. Tu... Qu'est-ce qui a bien pu arriver ? Pourquoi avez-vous été séparés ?"

Je regardai attentivement Mordred, mon nouveau compagnon de route, pour les prochains jours au moins, attendant de sa part une quelconque réaction et une réponse appropriée, espérais-je. Puis je jetai un dernier regard à Zékina et plongeai de nouveau mon regard dans l'infini de l'océan. Au loin devant nous se dessinait doucement la côte d'Amresia, mais nous avions encore une nuit et une journée de route avant d'atteindre cette contrée, si lointaine et pourtant si proche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iestanem.canalblog.com
Rayan Eïdher
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age RP : 19 ans
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 22/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Ven 4 Juil - 21:22

POST N°21
Rayan Eïdher


Rayan parut un peu déçu de la réponse de Zékina. Visiblement, elle ne comprenait pas bien ce qu'il voulait essayer de lui dire, mais comment pouvait-il lui en vouloir? Comment pouvait-il expliquer à une aventurière aux croyances mystérieuses ce que lui considérait comme acquis après des années d'enseignement? Comme beaucoup, la jeune femme considérait la foi comme une manifestation magique ordinaire. Ce n'était pas le cas, selon Rayan. Le pouvoir de la foi se rapprochait certes de la magie, normal puisque Polixis était en partie le Dieu de la Magie, mais à la fois s'en éloignait énormément. C'était une différence sacrée, dans l'utilisation de cette force divine, qui faisait tout le contraste entre les prêtres et les magiciens. Utiliser la foi n'était pas à prendre à la légère, mais Zékina ne semblait pas prête à le comprendre pour le moment.

Elle choisit d'embrayer sur le sujet que Rayan proposait. Mais contrairement à ce qu'imaginait le jeune prêtre, ce ne fut pas Zékina la victime de la surprise, mais bel et bien lui. En formulant des hypothèses sorties de nul part, elle venait de toucher le problème du doigt. Elle méritait des explications.

Mais non, je... Oh, et puis pourquoi te le cacher... Oui, tu as raison, il me dérange. Ca me gêne terriblement de voyager aux côtés de lui. C'est un magicien, un hérétique. Ces gens là sont peu fiables, ils utilisent la magie de façon impie. C'est contraire à l'enseignement de Polixis, ce ne sont pas des gens biens! Et pourtant Silenus a l'air si serviable... Il nous a déjà aidés plusieurs fois, pas vrai? Alors je doute... Et je ne devrais pas! Les magiciens n'ont aucun respect envers Polixis!

Tout comme son interlocutrice, Rayan tourna les yeux vers le mage albinos. Il le troublait. Vraiment. Plus encore que Mordred, qu'il connaissait pourtant moins que lui. Il avait l'air si chaleureux, et à la fois portait en lui cette plaie terrible qui le rendait si ambigu dans l'esprit du prêtre. Il était gentil...mais magicien... Cela remettait en cause ce qu'on lui avait enseigné.

Qu'il soit gentil ou non n'est pas le problème, moi aussi j'ai de l'intuition, Zékina. Silenus est quelqu'un d'agréable, mais... Je ne supporte pas de voyager aux côtés d'un hérétique! Et que quelqu'un d'aussi gentil puisse défier ainsi l'enseignement de Polixis, ça me dépasse!

Dans un mouvement de ses cheveux bruns, Rayan se retourna vers la mer. Il venait de se livrer totalement, à présent. Et Zékina pouvait ne pas très bien le prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enkara

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 23/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Sam 5 Juil - 1:47

Enkara
Post N°16



Enkara était vraiment surprise de voir a quel point il se confiait. Alors comme cela, elle avait touché le probleme en plein coeur. Une veritable championne. Cependant, elle trouvait que le jeune pretre était bien fermé d'esprit.

_Mais non, je... Oh, et puis pourquoi te le cacher... Oui, tu as raison, il me dérange. Ca me gêne terriblement de voyager aux côtés de lui. C'est un magicien, un hérétique. Ces gens là sont peu fiables, ils utilisent la magie de façon impie. C'est contraire à l'enseignement de Polixis, ce ne sont pas des gens biens! Et pourtant Silenus a l'air si serviable... Il nous a déjà aidés plusieurs fois, pas vrai? Alors je doute... Et je ne devrais pas! Les magiciens n'ont aucun respect envers Polixis!

Elle cacha retint son implusivité, et son agressivité par la meme occasion. Allait il penser ainsi encore longtemps? Mais bon, apres tout, ce n'était pas de sa faute. Il avait été formé de cette facon, et ce n'est pas elle qui allait le changer en quelques jours.

_Qu'il soit gentil ou non n'est pas le problème, moi aussi j'ai de l'intuition, Zékina. Silenus est quelqu'un d'agréable, mais... Je ne supporte pas de voyager aux côtés d'un hérétique! Et que quelqu'un d'aussi gentil puisse défier ainsi l'enseignement de Polixis, ça me dépasse!


-Alors tu penses que parce qu'il ne venere pas Polixis comme toi, il est de mauvaise frequentation? Juges tu les gens par rapport a leurs croyances? ou bien les juges tu en fonction de leurs valeurs? Personnellement, tu peux prier le dieu que tu veux, cela m'est egale, car je sais qu'au fond de toi, tu es bien. Peu m'importe les croyances de Silenus, je sais qu'il n'est pas mechant, je sais qu'il est bon. D'ailleurs, comment sais tu que moi je suis de confiance? Sais tu si je prie? Si oui, qui? Qui te dis que je suis comme toi? Sais tu ma facon de penser? Durant cette aventure, tu vas rencontrer de nombreuses personnes, et toutes ne prient pas forcement, et toutes ont une facons de penser bien particulière. Tu vas devoir tolérer cela...Sinon, tu vas te torturer l'esprit pour rien. Laisse les gens penser comme ils l'entendent, agir comme ils le souhaitent du moment que ta vie n'est pas en danger et ne t'ennuis pas avec cela. Mais si tu veux encore en parler, je suis la.

Apres son petit discours, durant lequel elle n'avait cesser de regarder l'Albinos, elle se tourna vers la direction de Rayan. Devant eux, la terre. Arriveraient ils bientot? Oh non, demain soir peut etre. Pour le moment, il serait peut etre bientot l'heure de prendre le repas.

_Excuse moi Rayan, je commence a avoir faim, je vais voir si nous mangeons bientot. J'espere ne pas rencontrer de probleme en decendant dans la cale avec tout ces hommes.

Elle sourit sous son masque, largement, faisant remonter ses paumettes sous ses yeux. Elle fit, avant de partir, une chose surprenante. Elle posa sa main gantée sur l'epaule de Rayan, histoire de le soutenir un peu. Un dernier coup d'oeil sur Silenus, qu'elle trouvait de plus en plus attirant, puis, elle s'engouffra dans la cale a la recherche de quoi manger.


HRPG: J'espere que j'ai pas repondu a coté de la plaque. Il est tard, et je fais ce que je peux pour bien comprendre ^^. Si je suis trop a coté, je ferais des midifications^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silenus Nesego
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 28
Age RP : 19 ans
Fiche perso : Ici
Date d'inscription : 27/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Mer 16 Juil - 15:40

Post n°14 : Terre
<Silenus Nesego>
J'attendis une bonne minute une réaction de Mordred, qui ne vint pas. L'observant j'eût l'impression que son esprit était... absent, ailleurs. Celui qui aurait peut-être pu être mon meilleur ami d'enfance, comme un cousin et un frère en d'autres circonstances - si jamais son père ne nous était pas venu seul - me regarda. Son regard parût ne pas s'arrêter aux limites formelles et matérielles du corps, me passa au travers et se perdit au loin, dans quelque dimension inacessible à tout autre qu'au penseur. Qui s'abimait lentement dans un océan d'images confuses et lointaines.
Sans un mot, Mordred commença de marcher et pénétra dans le dédale de cabines, cales et vestibules sous le pont du navire. Précédé de peu par Zékina. Il ne restait plus que Rayan et moi sur le pont.
Je me rapprochai du ponton avant et regardai au loin l'horizon de notre avenir. Le soleil se couchait à babord, s'enfonçant doucement dans l'onde, sans souffrir apparemment d'un quelconque conflit. Kegoh s'en retournait chez lui ce soir encore. Des nuages menaçants, présageants les habituels orages de l'été, planaient au-dessus de ce qui devait probablement être la côte de Norgod. Le vent qui soufflait légèrement tout autour de moi tel une invisible bête d'ether, me donnait l'impression qu'il s'acharnait à repousser ces étrangers grisonnants le plus loin possible de la calme mer de Kem. Au moins ne risquait-on pas de subir l'orage d'ici à ce que nous débarquions, dans le cas contraire, des ennuis nous attendaient probablement à bras ouvert parmi la houle, au bas de la coque, n'attendant que de nous voir sauter le bastingage, aidés dans notre geste par une ou deux promptes vagues.
A cet instant, du sommet du mat le plus haut, la vigie cria :
"- Terre à onze heures ! Terre à onze heures !"
Les regards de tous ceux qui se trouvaient sur le pont se tournèrent aussitôt dans la direction indiquée, et nous pûmes effectivement constater qu'à l'horizon se profilait un minuscule relief, qui se confondait avec le ciel, mais qui devait probablement ressembler un peu plus à une île du haut du poste de vigie. Quoi qu'il en fut, la nuit arrivait vite, et nous n'atteindrions pas la côte avant le petit matin. Je regardai encore le coucher de soleil quelques minutes. En caressant Niya, jusqu'à ce que l'astre ait tout à fait disparu derrière la limite de l'océean. Puis, m'engageai à mon tour dans les entrailles du vaisseau.

[HRP : Les amis, Mordred ne donnant pas signe de vie depuis deux semaines maintenant, je me suis permis de le PNJiser histoire que nous puissions poursuivre l'aventure le temps qu'il revienne. S'il revient.]

Post Suivant : Débarquement


Dernière édition par Silenus Nesego le Mar 7 Oct - 22:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iestanem.canalblog.com
Mordred Calogridis
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 25
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 26/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Ven 18 Juil - 4:13

Mordred Calogridis
Post N°16


Je suivis, sans trop poser de question, la jeune et secrète aventurière qui, sous ses aires de tueuse de sang-froid, semblait si fragile. Tel une fleur de cristal. Je soupirais. Les trésors sont souvent inaccessibles, d'autant que Silenus semblait avoir un léger béguin pour cette jeune femme. Inutile donc d'attiser la colère de l'albinos.
Arrivé dans ma cabine, je me laissait tomber sur le lit dans le but d'oublier que ma prochaine crise allait arrivée et surtout pour tenter de contre-carrer ces maudites nausées qui me venaient par à coup ...
Je piochais un livre dans la bibliothèque de bord et tentait vainement de déchiffrer la sombre écriture de l'auteur. Très vite j'abandonnais ma lecture. Je n'y comprenais rien. Absolument rien. De nouveau j'étais dans le flou... De plus ce que m'avait raconté Silenus bouleversait tout ce en quoi je croyais ...

C'est une mauvaise passe, pensai-je. Depuis toujours, j'arrivais à tout gérer d'une facilité déconcertante mais durant ces quelques semaines, tellement d'évènements m'étaient tombés dessus ! Je nageais. Je n'en pouvais plus. Peut-être restait-il une solution ? je portais mon regard sur le couteau qui m'avait servi à manger. Je lorgnais d'un rapide coup d'œil la corde au fond de la pièce... Non ! Il y avait forcément une autre solution ...

Soudain un cri retentit.

"- Terre à onze heures ! Terre à onze heures !"


La vigie ! Je bondis de mon lit pour me précipiter à l'extérieur de la coque. Je m'accoudais au bastingage et jetais mon regard dans la direction indiquée par le guetteur.
Oui ! C'était vrai ! Je la voyais !

Lentement, la terre se découpa de l'horizon et nous pûmes apercevoir notre destination ...
Amresia nous attendait ...

[HRPG : Désolé pour le retard :s. Coupure internet suivit de vacances dans un bled perdu. Je rp vite fait sachant que dans quelques jours j'y retourne. Le 21 pour être précis. Encore désolé du retard. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pacom Marmert

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 30
Age RP : 20 ans
Fiche perso : Cliquez ici
Date d'inscription : 15/07/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Mar 22 Juil - 0:18

Pacom Marmert
Poste #1


J'étais en train de méditer dans la cale du bateau quand soudain on signala :
- Terre à onze heures ! Terre à onze heures !
Sur cette nouvelle je souris et alla sur le pond. Une poignée de personnes regardait déjà la terre qu'ils attendaient. Il y avait les marins, que je commençait à connaître, et les passagers qui avait payer, comme moi, pour traverser. Parmi eux, le type très pâle, il était étrange, mais la fille avec le masque et celui avec le turban qui l'accompagnaient l'étaient autant. Dans le groupe il y avait aussi un homme au visage posé mais intriguant. Enfin, ce n'était que quelques personnes un peu hors-du-commun, ce n'étaient pas les premiers. Je traînais avec moi une hache toute abîmé que j'avais acheté à Port-Pergas. Elle n'avait pas l'air plus solide que l'ancienne mais ne m'avait pas coûté cher. Enfin... le goût me pris de trouver son chant. Après m'être éloigné le plus possible de tout le monde, je donna des petits coups sur la paroi de la hache jusqu'à trouver la bonne sonorité. Je referma alors mon point et brisa toute la force de mon bras sur cette emplacement. Un bruit très particulier en sortie et je sentis la vibration parcourir mes bras et les engourdir. La plupart des marins ne se contentèrent que de grommeler un peu, mais je devais être distrait car je n'avais pas vue cette homme s'approcher dans mon dos. Quand je fis vibrer ma hache, il boucha aussi tôt ses oreilles en jurant le calvaire.
- Arg ! Fait moins d'bruit espèce d'trouble-fait ! Sa voix était celle du gars qui avait signalé la terre.
Il s'approcha de moi l'air mécontent. C'était l'un des marins, mais je n'avais pas encore fait ça connaissance. Je l'ignora et me tourna vers le rivage. Ma passivité dût donner un goût d'amertume au gaillard car il déposa sa main du mon épaule.
- Bon... c'pas l'temps de s'chamailler. C'est beau la terre.
- Mhouai. Dis-je en me retournant avec un sourire affirmatif.
- On m'nomme La Tête Brulée, va savoir pourquoi. Dit-il en me présentant sa main.
- Moi c'le Trouble-fait. Répondis-je en lui la serrant.
Nos mains se secouèrent. Je sentis celle de mon interlocuteur se serrer de plus en plus fort. Un sourire espiègle se dessina sur son visage. J'enforcis ma poigne à mon tour, je savais où il voulait en venir.

La seconde d'après, nous étions assit un en face de l'autre, toujours sur le pond, dans un bon vieux combat au bras de fer. Mon coude désengourdit surmonté par un petit planche de bois, nos deux bras droits essayaient de toute leur force de rabaisser l'autre.
- Gr... alors... que faites-vous sur c'bateau ? Demanda-t-il le visage crispé.
- Quel question... arg... je fais la traverse. Dis-je pour me moquer, le visage autant crispé.
- Où allez-vous... gr... à Garadgar ? Proposa-t-il. Son bras commençait à avoir l'avantage sur le miens.
- Comment l'savez-vous ? ARRGG ! Un grand effort me permit de remonter.
- Ahah... gr... Tout les poilus y sont. Dis-t-il pour se venger. Je répondis par un rire bon-joueur, puis me concentra.
- GRRRR ! Mon bras crispé commença à prendre l'avantage.
- Et vous ? ts... que comptez-vous faire là-bas ? La Tête Brulée réfléchi, le visage toujours aussi crispé.
- Gr... l'enterrement de ma tante... gr tué par des brigants. Mes yeux se détournèrent vers Amresia.
- Arg... je suis désoler... Je revins au bras de fer. Peut-être essayait-il juste de ruser pour gagner.
- Ahah... non c'pas vrai, j'y vais faire fortune. M'avoua-t-il, voyant que je ne relâchais pas pour autant.
- Grr... en attendant, j'compte bien gagner ! Je mis tout ce que j'avais.
La Tête Brulée émit un grognement, mais mon bras ne cessait de prendre l'avantage. Puis, dans un derniers soupir, j'écrasas son bras sur la table. Nos muscles se décompressèrent.

- Et bien.. costaud le nain. Me dit-il, toujours évaché sur la table.
- T'es pas mauvais non-plus. Lui répondis-je en me levant.
Il se leva à son tour.
- J'espère que tu m'permettra une revenge si jamais ont s'revoient. Il porta son regard sur Amresia. Je fît de même.
- Ben sur...

Et nous restions tout les deux là, attendant le débarquement si attendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayan Eïdher
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age RP : 19 ans
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 22/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Mar 12 Aoû - 20:30

[HJ: J'aimerais tout d'abord m'excuser pour ce monstrueux retard, venu s'ajouter à mon absence du mois de juillet... En fait j'ai pas mal de petits trucs à faire, et quand j'ai trouvé le temps d'écrire une réponse, celle-ci s'est effacée quand j'ai voulu l'envoyer... J'étais tellement dégouté que j'ai pas écrit pendant plusieurs jours... Bref, encore désolé, et place à l'histoire Very Happy ]

POST N°22
Rayan Eïdher


Rayan poussa un soupir de dépit... Il s'y attendait, évidemment. Zékina ne comprenait pas ce qu'il essayait de lui dire. Il eut envie de répondre, mais au dernier moment, il choisit de se taire. Encore une fois, ce sentiment terriblement frustrant le prenait: il fallait qu'il apprenne, et l'aventurière n'avait pas tort sur ce point, que dans le monde, tous n'avaient pas reçu une instruction religieuse aussi approfondie que la sienne. Les connaissances qu'il avait amassées ne l'était pas forcément par tous les peuples. Et il devrait parfois faire preuve de patience pour apprendre à ceux qui voulaient bien l'entendre ce que lui-même considérait comme acquis depuis de nombreuses années. Cette pensée rasséréna le jeune prêtre: n'était-ce pas justement l'un des préceptes enseignés par Polixis? La paix par la connaissance? Finalement, cette conversation avec une aventurière aux croyances mystérieuses se révéla plus instructive que ce que Rayan avait imaginé, même si, sans le savoir, il n'avait pas vraiment compris ce que Zékina tentait de lui dire. Ironique, lorsqu'on savait qu'il avait exactement le même sentiment à l'égard de l'aventurière.

Dans un geste compatissant, qui surprit beaucoup le jeune homme, elle posa une main ferme sur son épaule, avant de descendre dans les profondeurs du navire. Décidément, cette jeune femme était vraiment surprenante, se dit Rayan, avant de se retourner une nouvelle fois vers la mer. De nuit, on pouvait apercevoir le reflet du scintillement des étoiles dans les vagues. Dire que Polixis s'était peut-être réfugié dans cette étendue immense... Le prêtre était en tout cas partisan de cette version, plutôt que de celle impliquant le Dieu de la Magie dans une union avec Nethfer. L'idée que la connaissance soit implicitement liée à la mort ne plaisait pas à Rayan, pas du tout.

Un bruit le fit sortir de ses réflexions théologiques, dans son dos. Le jeune homme se retourna, et vit alors deux hommes, dont un nain, semblait-il, disputer un bras-de-fer musclé. A voir ainsi les deux bras solidement sculptés, Rayan ne put s'empêcher de passer une main à son propre bras...avant de réaliser sa bêtise. Quelle idée de se comparer ainsi à deux grandes brutes... Son domaine était autre, et puis, il le savait, il avait d'autres talents. Préférant éviter de voir l'issu du combat, il fit un petit signe timide aux adversaires, avant de se diriger lui aussi dans sa cabine.

Après sa prière du soir, où il implora Polixis de les protéger, lui et ses compagnons, lors de ce voyage, le jeune prêtre s'allongea sous les draps. Sa conversation avec Zékina lui fit repenser à Silenus. Après tout, se pouvait-il que l'aventurière ait raison, et que le magicien n'ait pas mauvais fond? Cela semblait probable, mais allait également à l'encontre de tout ce que Rayan avait appris... Ce ne fut qu'avec difficulté que le jeune homme trouva le sommeil, et la seconde avant qu'il ne sombre, il prit une décision: il devait parler à Silenus. Les relations entre les deux jeunes gens en dépendaient. Fort de cette certitude, Rayan s'endormit d'un sommeil sans rêve, tandis que le bateau le rapprochait inlassablement d'Amresia, et de son père.


[HJ: Je sais que ça fait un peu tard, mais je tiens à te souhaiter la bienvenue, Pacom, j'espère que tu t'amuseras sur le forum Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enkara

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 23/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Mer   Sam 16 Aoû - 2:34

Enkara
Post N 17





Enkara passa dans la partie inferieure du bateau. Il y faisait bien plus chaud, et l'ambiance y était particulièrement plus présente. Les marins parlaient entre eux, de tout et de rien, tandis que la jeune aventuriere passait entre eux avec souplesse et discrétion. Elle reussit enfin a atteindre l'endoit qu'elle voulait. Le cuisinier de bord.

Pardonnez moi, dans combien de temps pourrons nous manger?

Et ben ma p'tite dame, faut pas etre pressée comme ca. Ca arrive dans pas longtemps. Encore un peu.

Elle n'aimait pas qu'on l'appelle p'tite dame, mais bon, ici, cela avait surement un sens amical; C'est pourquoi elle n'en fit pas cas.

Merci monsieur.

Voila, elle allait enfin pouvoir manger et dormir, sans tenté qu'elle puisse le faire. Le marin n'avait pas menti, les voila qui passaient a table, devant un repas pas trop mal. Elle mangea le necesaire, en silence, et remonta en haut du navire. Il y avait un léger vent, frais. Une odeur de mer, et personne sur le pont. Elle était seule. Elle porta sa main a son visage, et retira son masque avec delicatesse. La, elle se pencha au dessus de l'eau, grimpa sur le rebord, et marcha le long. Elle manqua de tomber a plusieurs reprises, mais cela la forcait a rester en forme, car l'agilité etait son plus grand atout. Elle descendit de la, marchant sur le pont de haut en bas, de long en large, en diagonale... Elle se promenait la ou elle pouvait, car cette nuit, la fatigue ne viendrait visiblement pas. Alors elle tuait le temps comme elle le pouvait. Les autres dormaient tranquillement, ils avaient bien tords, car a cette heure ci, le temps était parfait. Elle prti place au centre du pont, et ferma les yeux. Pour passer le temps, rien de mieux que la concentration. Elle se concentra donc, sur elle meme. Une sorte de méditation, avec pour seul musique, la mer. Un veritable berceau. Dans cet état, elle pourrait patienter jusqu'au l'aube, et en meme temps, elle se reposer l'esprit. Un exercice relaxant, reposant et a la fois apaisant. Elle repensait au discours qu'elle avait eu avec Rayan. Au final, elle commencait a vraiment l'apprécier. Car meme s'il était un peu fermé d'esprit, il n'était pas méchant, et ni lache. Mais tien donc, en y repensant, le fait qu'elle n'est rien dit sur sa religion, avait peut etre donné une raison au jeune homme de se mefier d'elle, tout comme il se mefiait de Silenus. En meme temps, elle et les Dieux...si elle arrivait a manger, c'était grace a son agilité pour la chasse, ou la péche. Si elle avait survecu face au pillards, c'était grace a ses pouvoirs, et pas aux Dieux! La seule personne sur qui elle pouvait vraiment compter, c'était sur elle! Les Dieux ne lui sauveraient jamais la vie. Et cela, elle se gardait bien de le dire au jeune prétre. Pour les heures a venir, attendre que le temps passe, en attendant que quelqu'un vienne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gloire et Honneur - Archive :: La version 1 :: Le vaste Monde de Gloire et Honneur :: Mers et Océans :: Mer d'Akat-
Sauter vers: