Gloire et Honneur - Archive


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Port

Aller en bas 
AuteurMessage
Rayan Eïdher
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age RP : 19 ans
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 22/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Port   Jeu 1 Mai - 0:55

Post précédent: Enkara débarque (Taverne de Port-Pergas)

POST N°12
Rayan Eïdher


Après avoir marché à peine quelques minutes dans les rues de la grande ville, Rayan avait fini par trouver le chemin des quais. Le spectacle était pour lui époustouflant. Cet air marin, cette odeur de poisson... Même si Hautesylve n'était pas loin de la mer, c'était surtout une atmosphère forestière qui régnait dans le petit village. Là-bas, on voyait des hiboux, ici des mouettes. Le jeune prêtre ne put s'empêcher de rester là, quelques instants, sans bouger, simplement contemplatif. Même sur des lattes de bois, la mer semblait tout de même bien plus belle sans des arbres tout autour pour vous gâcher la vue. C'était symbole de liberté, signe que tout était encore possible. Rayan commençait enfin à voler de ses propres ailes, il le ressentait très fortement à ce moment-là. Aller voir son père était sa décision, son choix, pas quelque chose qu'on lui avait imposé. La liberté de choisir sa voie, ses actes, était simplement enivrante...

Mais quelqu'un choisit d'interrompre ce moment de quiétude...

Hep vous, vous pouvez me rendre service ?cria un homme en sortant d'un bateau.

Croyant qu'il s'adressait à quelqu'un d'autre, Rayan ne réagit pas tout de suite. Puis, s'apercevant qu'il était seul sur le quai, il s'approcha de l'embarcation de l'homme, un marin à en croire son accoutrement, afin de lui venir en aide.

Bien entendu, mon brave. Que puis-je pour vous?

Cela fait environ deux semaines ! Oui ! Deux semaines qu'on vole mes cargaisons de nourritures et de bijoux pour les magasins de la ville. Je subis de lourdes pertes financières à cause de ça. J'ai une famille à nourrir quand même ! Et vous savez le pire ? C'est vers 22 H qu'on me vole, j'ai des gardes jusqu'à 22 H sur mon navire et ils reviennent vers 6 H du matin, les vols ont lieu pendant ce délai, j'en suis sûr ! Et je ne suis pas radin, je paye bien ! Demandez aux gardes, maintenant bougez vos fesses et à 22 H vous vous foutez dans un coin et vous butez le salopard qui me pique mes marchandises !

L'homme avait déclamé tout cela sans laisser à Rayan une seconde pour répondre. Le jeune prêtre fut presque choqué par tant de grossièreté. Jamais encore on ne lui avait parlé sur ce ton. On voyait bien que la vie de l'Eglise l'avait un peu coupé du monde extérieur, et de ses habitants ne suivant pas la stricte discipline cléricale.

Mais... Mais je...

IL N'Y A PAS DE MAIS! J'ai demandé de l'aide à de nombreux incapables qui n'ont ramené aucun résultat! C'est votre tour de tenter vot' chance, et vous avez intérêt à réussir!

Et comme si l'affaire était close et entendue, le marin rentra dans la cale de son bateau, disparaissant dans l'obscurité. Rayan se sentait idiot. Il n'avait eu ni la force, ni le temps de refuser la mission de l'homme en détresse. Vingt-deux heures... C'était tard ce soir! Et que pourrait le jeune prêtre contre une bande de voleurs expérimentés? Une seule solution: Zékina lui avait proposé son aide, c'était le moment pour elle de la lui apporter. Mais pour l'heure, Rayan n'avait même pas vérifié ce pour quoi il était venu. Cherchant des yeux un comptoir, ou autre chose de semblable, le prêtre finit par trouver un lieu correspondant à sa définition. Il s'en approcha, et interpela quelqu'un. Ce fut une femme âgée qui apparut, l'air aussi bougon que l'aubergiste que Rayan venait de quitter.

Bonjour, Madame. Quels seraient les tarifs, et les horaires du prochain bateau pour Amresia?

Tous les trajets coûtent 50 pièces d'or par tête,
répondit la vieille femme d'une voix enrouée et rauque.Le prochain bateau part cette après-midi.

Et...le prochain, quand part-il?

Attendez... Il m'semble bien... Ouaip, çui-là, y part dans deux jours au moins. Si vous êtes pressés, j'vous r'commanderai plutôt celui de ct'après-midi.

Coup dur pour Rayan... Après avoir remercié la dame âgée d'une voix faible, le jeune prêtre s'en retourna tout penaud d'où il était venu. Il ne savait plus trop quoi faire, pour le coup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silenus Nesego
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Age RP : 19 ans
Fiche perso : Ici
Date d'inscription : 27/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Jeu 1 Mai - 14:50

Post n°6 : Niya
<Silenus Nesego>


Post Précédent : Post n°5 : Amour, Gloire et Trachée (Taverne de PP)


Juste après ma théâtrale tirade devant Zékina, Rayan était repassé déposer les clés avant de s'en aller. Et lorsque nous sortîmes à notre tour, je m'arrêtai brusquement.
"- Zut, nous devions libérer la chambre à midi. Attendez-moi ici, je vais chercher nos affaires.", signalai-je à la jeune femme.
Je tournai les talons, rentrai dans l'auberge et montai les marches de l'escalier quatre par quatre jusqu'à notre chambre. Je récupérai en une petite minute toutes les affaires en vrac qu'il restait encore dans la pièce, fit mine d'ouvrir la fenêtre pour aérer, redescendis en trombe, passant devant l'aubergiste surpris comme une truite au nez du pêcheur, jetant presque les clés sur le comptoir, toujours mon tas d'affaires dans les bras, et rejoignis Zékina dans la rue en prenant soin de crier "Merci pour tout !" à l'intention du gérant de la bâtisse. Essoufflé, je rendis à l'aventurière les quelques affaires qui étaient siennes, arrangeai mon baluchon, et nous prîmes la route pour les quais.
Pour ce faire, nous passâmes à travers le quartier marchand, toujours très animé quelle que fut la saison. C'est ainsi que je rencontrai Niya, ma fidèle compagne à fourrure !
Nous marchions tranquillement, rien ne nous pressait, Rayan devait être loin loin devant. Je rêvai, admirant les étalages de tous ces marchands qui sans cesse racolaient la clientèle. Nous passâmes devant un stand animalier. J'avais toujours aimé les animaux, je regardai, le regard attendri, les portées de chiots nouveaux-nés, les lapins effrayés, les mainates jacasseuses... Quand mon regard se posa sur un petit morceau de fourrure tout blanc, roulé en boule, d'où ne dépassait rien, ni tête ni pattes, et que je pris d'abord pour un sac de fourrure. Mais la petite chose remua, sortit la tête et me regarda alors fixement avec deux yeux rouges hypnotiques. Ses narines frémirent et elle se leva et s'avança au bord de sa cage pour mieux me renifler. Séduit, je m'approchai et luis tendis la main. Elle la lécha. J'éclatais de rire, sous le regard intrigué de Zékina derrière moi.
"- Combien pour cette hermine", dis-je au vendeur.
"- Je vous la donne.
- Quoi ? Vous n'en voulez même pas quelques couronnes ? Mais pourquoi donc ?
- Par le Feu, l'Air et l'Ether ! Comment diable voulez-vous que je vende un animal albinos ? Je pensais que cette chose plairait au touriste, mais tous y voient un signe du Malin. Depuis que j'me la trimbale, c'te saleté m'aura coûté plus cher que j'la vendrais jamais. Pis j'vois que vous êtes assortis, alors j'vous en fait cadeau, vous m'rendrez un fier service en m'en débarrassant.
- Je... J'ignore tout à fait comment vous rendre grâce. J'ai désormais une dette envers vous. Quel est votre nom ?
- Je m'appelle Golrek l'Animalier m'sieur.
- Eh bien cher Golrek, je suis Silenus Nesego, mage et poète, à votre service. Si d'aventure vous trouvez l'occasion de me faire rembourser ma dette, où que vous fussiez de par ce vaste monde, criez mon nom, et j'accourrai."
Golrek sortit l'hermine de sa cage et me la remit. Celle-ci grimpa aussitôt le long de mon bras sur mon épaule, et se lova tendrement contre ma nuque. Je jubilais.
Nous poursuivîmes notre marche en direction des quais, quittant le quartier marchand pour arriver au port. De là, nous parvenait une douce brise chargée des relents âcres et salés de l'océan. Ça sentait fort le poisson plus très frais. Nous étions presque arrivés.

[Autorisation pour le PNJitage d'Enkara accordé par MP.
MDJs : Merci de rajouter ma nouvelle amie dans l'Inventaire des troupes ^^: Niya (Hermine albinos - niv 0)
Péhèsse : J'ai rajouté l'histoire de la dette exprès pour que vous puissiez vous amuser un de ces jours futurs, amis MDJs Wink.]

[S : Hop, la petite bestiole est rajoutée dans tes troupes.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iestanem.canalblog.com
Enkara

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 23/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Jeu 1 Mai - 15:49

Enkara
Post n°11



Enkara avait conduit Silenus a travers les rues, pour arriver aux quai. Lorsque Silenus, s'était arrété devant une un petit animal en cage, tout blanc comme lui. Elle avait attendu le jeune homme volontier, tandis qu'il restait bouche bée devant cette pauvre créature. Au final, le vendeur lui donna l'hermine, en le remerciant de le débarasser de cette chose. Silenus était heureux de sentir les petites pattes sur son épaule, et la fourrure chaude dans son cou. Après cela, Enkara reprit sa marche vers les quais, suivit de pres par l'Albinos encore heureux de sa trouvaille inattendue. Enfin, ils arrivaient sur les pavés des quais. Une odeur d'ïode traversait le masque de la jeune femme, pour montait jusqu'a son nez, et remplir ses poumons. Elle ferma les yeux un instant, pour écouter les mouettes discuter entre elles, et sentir le vent dans ses cheveux. Puis, elle les réouvrit, revenant a la réalité.

_Au fait Silenus, as tu trouvé un nom pour ta bestiole? Cette demoiselle a besoin d'un nom non?

_C'est vrai, dit-il en caressant le cou de l'animal. Puisque c'est une femelle, Je l'appellerai Niya. Dis voir Niya, que dis-tu de ça : Nymphe idyllique, Ypréau affectueux ? Ça sonne bien, non ?

Elle fixa le jeune homme quelques secondes, le temps de'écouter la réponse. Puis, elle reprit sa marche vers les bateaux, d'un pas franc et assuré, laissant le temps a Silenus de refléchir. Non loin de là, elle aperçu Rayan qui marchait seul. Sans se presser, elle le rejoignit.

_Alors, as-tu trouvé tout les renseignements que tu voulais? Prix? Heures?

Elle remarqua une drole d'expression sur son visage.

_Ca ne va pas? Les odeurs te derangent? Une mauvaise rencontre?

La curiosité reprenait le dessus sur elle. En même temps, elle allait faire route avec eux durant un moment, fallait bien faire un effort pour s'interesser à eux un minimum. De plus, s'ils arrivaient bien en Amresia, elle allait surement devoir se battre, pour defendre la vie de chacun comme si c'était la sienne. Cette idée ne la rejouissait pas, mais elle devrait bien le faire pour rester en groupe dans les plaines sauvages, et avoir un minimum de chance de s'en sortir.

_Et bien vas-y,on t'écoute....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayan Eïdher
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age RP : 19 ans
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 22/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Sam 3 Mai - 11:54

POST N°13
Rayan Eïdher


Il n'en fallut pas plus à Polixis pour de nouveau venir en aide à Rayan, qui, décidément, avait bien du mal à se débrouiller seul... Le jeune prêtre vit arriver avec soulagement Zékina, accompagnée de Silenus. Celui-ci portait autour du coup une écharpe des plus étranges... Bien vite, Rayan s'aperçut de sa méprise: il s'agissait d'une hermine à la fourrure aussi blanche que les cheveux de son porteur, et aux yeux rouges. Une albinos, sans aucun doute. Si Rayan n'avait pas passé une nuit dans la même chambre que Silenus, il aurait bien vite cru voir en cette créature une incarnation diabolique. Mais il avait pris de la distance par rapport à l'albinisme. Et puis, il fallait bien le reconnaître, la petite boule de poils était bien mignonne!

Pff... Si tu savais, c'est ridicule... commenta Rayan avec dépit.

Et il raconta en résumé sa mésaventure: comment le marin l'avait interpelé, comment il n'avait pu refuser, et enfin comment les horaires du bateau coïncidaient mal avec cette nouvelle mission.

...et maintenant, on est obligés de rester jusqu'à cette nuit pour attraper ces voleurs. On ne partira pas avant deux jours! Je ne sais pas quoi faire...

La réponse lui fut rapidement apportée...

Le soir, à 21 heures et 55 minutes.

Jamais Rayan n'aurait imaginé se retrouver là, caché derrière de grossières caisses en bois, en compagnie bien sûr de Zékina, qui s'était engagée à le protéger, mais aussi de Silenus qui avait insisté pour venir. Pas vraiment, en fait, il semblait que sa présence avait été adoptée, et acceptée, tout comme celle de la petite hermine, Niya.

A contre-coeur, Rayan avait abandonné ses affaires dans un coin sombre. Il avait en revanche tellement insisté pour garder son livre de prières que Zékina avait fini par lui concéder. Maintenant qu'ils étaient dans l'action, le jeune prêtre se rendait compte de son erreur: il lui était déjà très difficile de manier une arme en temps normal. Avec son livre dans une main qui le déséquilibrait, il arrivait à peine à tenir la dague correctement. Zékina et Silenus aussi avaient sorti leurs armes. Des dagues également. Une inspiration soudaine vint à Rayan, très peu de temps avant que les gardes du marin ne prennent congé.

Zékina, murmura-t-il le plus doucement qu'il put. Tiens!

Et le jeune prêtre lui tendit sa dague. De toutes manières, elle lui serait inutile, il ne savait pas s'en servir. Et peut-être l'aventurière préférait-elle se battre avec deux armes? Mieux valait que les choses soient ainsi. C'était en arrière que Rayan pourrait être le plus utile à ses compagnons. En priant pour eux.

[Merci de retirer la dague médiocre de mon inventaire pour la mettre dans celui de Enkara.
Ensuite: Rayan, Nesego et Enkara attendent les voleurs. La relève des gardes est pour bientôt. QUE SE PASSE-T-IL?]

Erg : Dague retirée. Deux niveau 1 entre. Se sont les sbires du niveau 2 et 3 qui ont attaqué Bonifacio et fait rater sa quète. Le 2 et 3 ont envoyé les deux sbires pour voir si le bateau était encore gardé. Si un seul s'échappe les deux chefs vous traqueront dans Port-Pegas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silenus Nesego
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Age RP : 19 ans
Fiche perso : Ici
Date d'inscription : 27/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Première Escarmouche   Dim 4 Mai - 19:37

Post n°7 : Première Escarmouche
<Silenus Nesego>

C'est alors que, cachés derrière nos caisses, nous vîmes entrer deux hommes dans la cale, alertes. Ils avançaient prudemment, aux aguets, craignant probablement que quelque chose leur tombe dessus à tout instant. C'est d'ailleurs ce qui risquait fort de leur arriver si notre plan fonctionnait.
Je me remémorai le début de la journée où Rayan nous avait annoncé qu'il se voyait contraint d'accepter cette aventure contre son gré. Mais d'un autre côté, j'étais bien contents qu'un travail nous fut ainsi proposé, cela nous permettrait d'arrondir un peu nos bourses.
J'avais réfléchi quelques temps à un plan qui nous permettrait de prendre le dessus sur nos cibles sans qu'il n'y ait de grand risque d'effusion sanguine. Je me doutais que Rayan, en tant que prêtre, répugnerait sans doute à ôter la vie à qui que ce soit, et je ne n'avais pas plus envie que lui de devenir un meurtrier. Quant à Zékina, je n'aurais su dire si cela lui importait ou non. Enfin, fort de mes réflexions, j'exposai ma vision des choses à mes compagnons. Ils hochèrent positivement la tête chaque fois que je leur demandai leur avis sur une partie du plan. Notre idée présumait que nous prenions quelques dispositions avant de nous jeter droit dans la gueule du loup. J'espérais qu'avec un peu de chance, nous n'aurions pas à chercher longtemps ce dont nous avions besoin. Et, loués soient les Dieux, la chance était avec nous.
Dans l'après-midi, j'allai voir le Capitaine qui avait accosté le jeune prêtre le matin même. Je le trouvai sur le pont de son vaisseau, en compagnie de quelques matelots.
"- Capitaine ! J'ai une question à vous poser.
- Mouais ?, maugréa-t-il, visiblement peu enclin à aider son prochain.
- Vous dites transporter des cargaisons de nourriture et de bijoux. N'y aurait-il pas par hasard quelques plantes dans vos caisses ? Du genre de celles qu'utilisent alchimistes ou les apothicaires. Voire même quelques potions ? Si tel était le cas, avec votre permission, nous pourrions utiliser quelques-unes de ces choses ce soir... Cela nous serait fort utile.
- Ouep, j'ai peut-être deux trois bricoles de ce genre, mais il absolument hors de question que je vous laisse toucher à ma cargaison.
- Réfléchissez. Cela représente un bien piètre investissement en comparaison de ce que vous gagnerez quand vous ne vous ferez plus dévaliser. A moins que vous préfériez que ne vous pillent encore ces voleurs...", répliquai-je. Et histoire de bien lui montrer que rien ne me forçait à l'aider, je tournai les talons et fis mine de m'en aller.
"- Attendez." Je regardai par-dessus mon épaule pour voir ce que le marin avait à me dire.
"- C'est d'accord. Vous m'avez l'air un peu plus débrouillards que les andouilles qui vous ont précédé à la tâche. Mais je vous garantit que si vous échouez, je ne me gênerai pour prélever sur vos macchabées tout ce que je pourrai trouver. Et je jetterai votre dépouille à la mer. Est-ce clair ?" Je souris et rejoignis les deux autres.

Et maintenant, nous observions, cachés derrière nos caisses, les deux voleurs qui commençaient à fouiller dans les caisses, à la recherche de biens précieux. Je chuchotai discrètement à l'intention des deux autres :
"- Rappelez-vous que je serai hors combat pendant une bonne minute. Dès que je crierai le signal, appliquez le plan. Protégez-vous bien les yeux."
Je me levai alors tout doucement, toujours caché dans l'ombre. Les larrons me présentaient leur dos. Ils ne me remarquèrent pas. Je tendis mes mains devant moi et me concentrai. Je sentis le Vouloir monter en moi er commençai à tracer une arabesque iridescente dans l'air. Un glyphe d'une grande complexité se dessinait peu à peu, projetant une faible lueur dans la pièce. La lumière alerta les deux vauriens qui se retournèrent brusquement, et me voyant, dégainèrent leur dague. Ils me fonçaient dessus. Rayan et Zékina, toujours accroupis derrière les caisses, étaient encore invisibles à leurs yeux. Je traçai la dernière courbe.
Un flash aveuglant illumina brusquement la pièce. Tout autour de moi devint blanc, je ne distinguai plus rien, mes yeux pleuraient, et une atroce douleur me brûlait la rétine. Pendant les prochaines minutes, je serais totalement aveugle et ne pourrait rien faire si jamais les choses tournaient mal, je ne savais même pas si le sort avait fonctionné sur les deux intrus.
"- MAINTENANT !" Et je tombai à genoux, grimaçant de douleur en me frottant les yeux.

Désormais, tout dépendait du clerc et de l'aventurière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iestanem.canalblog.com
Enkara

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 23/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Dim 4 Mai - 20:53

Enkara Post n°12


Enkara n'avait pas protesté contre le plan de Silenus. Apres tout, il avait tout bien calculé, et visiblement, tout allé a peu pres bien se passer. Quant a Rayan, il n'était pas contre non plus, et comme Silenus, il ne voulait pas faire coule le sang ce soir. Ils avaient donc prit la reléve des gardes, et s'étaient cachés derrière des caisses de bois en attendant que les voleurs montrent le bout de leur nez. Ils étaoent là. Sans tarder, Silenus avait agit.

Enkara avait fermé les yeux pour se proterger du flash lumineux. Aprés cela, elle bondit de sa cachette. Rapide comme l'éclair, vive comme le félin, elle se rua sur l'un des deux hommes. Elle le frappa fort sur le crâne, pour l'assomer. Celui ci s'effondra, elle avec. Elle se redressa vivement. Aussitôt, elle se tourna vers le second homme. Seulement voila, il avait retrouvé la vue, et ses esprits. Enkara avait vite agit, et pourtant, elle devrait affronter celui ci a la loyal. Dague en main, elle se dressait devant lui. Du coin de l'oeil, elle apercu Silenus, encore sous les effets de son sort. Cependant, elle souhaitait se confronter a ce voyou, juste pour comparer sa force et son agilité. Elle agit vite. Encore une fois, elle bondit sur l'ennemi, donnant un coup de dague précis. Un combat commença entre les deux. Il était vif, et esquivait la plupart de ses coups. Cependant, elle réussit à le toucher sur le flanc. Sous son masque, elle sourit discrétement. Elle n'avait pas le temps de faire une technique, et ses compagnons risquaient, en faisant la leur, de blesser ou géner la jeune femme. Tous deux échangèrent plusieurs coups. Enkara tenta de donner un coup de pied, mais echoua. L'homme lui avait saisit la jambe, et renversée sur le sol. Et comme pour la mettre un peu plus hors service, il l'avait frappée au visage. Enkara sentit un gros boom, puis le mal sur sa pomette. Elle fut sonnée. Elle vit que le bandit l'avait laissée pour passer à ses compagnons. Elle voulait utiliser sa liane, mais rien a faire, elle était trop sonnée. Il avancait rapidement vers eux...

*Espéce de...si jamais tu les touche....*


Elle essayait desespérement de se relever pour agir. Mais elle devait reprendre ses esprits.


Dernière édition par Enkara le Mar 6 Mai - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayan Eïdher
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age RP : 19 ans
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 22/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Mar 6 Mai - 21:13

POST N°14
Rayan Eïdher

La patience de nos trois compagnons finit par payer: deux voleurs entrèrent effectivement dans la cale du navire. Peu de temps avant, Silenus avait exposé au prêtre et à l'aventurière un plan qu'il avait imaginé. Il était question d'un glyphe lumineux visant à aveugler les éventuels fauteurs de trouble, laissant ainsi le temps à Zékina d'agir. Rayan, lui, ne comptait pas aller au combat: il resterait à l'arrière à prier pour sa protectrice. L'idée n'avait pas emballé le jeune prêtre au départ, puisqu'elle obligeait le petit groupe à faire appel à la magie pour être accomplie. Mais finalement, la volonté de ne laisser aucun cadavre derrière lui avait été plus forte. Jamais Rayan n'aurait imaginé se retrouver en passe de tuer des gens, et il l'éviterait tant que ce serait possible.

Le moment était à présent venu. Tandis que Silenus se levait discrètement pour se placer derrière les deux malandrins, Rayan ne put s'empêcher d'observer ses faits et gestes. Même si le jeune prêtre éprouvait vis à vis de la magie profane un sentiment de révolte et de dégoût, il était curieux de voir de quelle manière ce sois-disant "mage chronique" utilisait ses pouvoirs. Le fait qu'il ait souhaité se mettre en danger pour permettre à Zékina d'attaquer en ayant l'avantage avait surpris Rayan, qui n'en attendait pas autant de la part d'un hérétique magicien. Mais le moment n'était pas venu de remettre en question ses opinions, ou plutôt l'enseignement qu'il avait reçu. De plus, le jeune prêtre se montrait fasciné par les symboles compliqués que dessinaient Silenus dans l'air. Lorsque la lumière se fit plus visible, Rayan se souvint des instructions du mage, et se plaqua brusquement contre les caisses, dos au glyphe qui se faisait de plus en plus précis.

Soudain, la lumière fut. Une explosion intense de lumière. Même s'il était de dos, et évitait ainsi de prendre les rayons dans les yeux, Rayan pouvait bien voir que toute la pièce était illuminée. Et aussi soudainement qu'elle était apparue, la lumière disparut. C'était le moment. Alors que Silenus tombait par terre, les yeux endoloris, Zékina, agile comme un lynx, sauta hors de sa cachette pour bondir sur le premier des deux voleurs. Le jeune prêtre ouvrit son livre de prière, en choisit une, et pria pour la réussite de la jeune femme, avec toute sa foi. Seulement, il devait avoir sauté un mot, ou mal prononcé une phrase, car l'aventurière s'écroula au sol, assommée par le second homme, quelques secondes plus tard. A présent, le voleur se dirigeait vers Silenus. Rayan ne pouvait rester sans intervenir...

A son tour, il bondit de sa cachette, droit vers le pauvre magicien qui gisait toujours à terre, presque aveugle. Désarmé, le jeune clerc ne savait que faire. Il fallait livrer bataille, avec n'importe quoi. Après tout, le mage n'était pas encore en état de se battre. Dans une impulsion de générosité, Rayan attrapa au vol le bâton de Silenus, et se tint devant lui pour le protéger contre le malandrin. Celui-ci semblait à la fois surpris et amusé par l'attitude du prêtre. Son manque de confiance était flagrant: il ne se tenait pas du tout dans une posture de combat, et ses mains tremblaient, même resserrée sur le bâton de bois. Rayan attendit que le voleur frappe le premier, ce qu'il ne se priva pas de faire. Dans un mouvement autant de souplesse que de panique, le prêtre esquiva le coup. Déséquilibré, le voleur ne tarda pas cependant à reprendre de l'assurance. Oubliant Silenus et Zékina qui gisaient à terre, il bondit une nouvelle fois sur le prêtre. Il ne devait demeurer aucun témoin. Rayan parait et esquivait tant bien que mal les attaques à la dague rapide de l'homme agressif, mais son manque d'expérience reprit le dessus, et l'homme finit par lui entailler le bras gauche. Endolori, mais pas vaincu pour autant, Rayan sentait qu'il ne pourrait pas tenir longtemps. Priant pour que Zékina ait repris conscience, et pris dans une soudaine inspiration, il sauta à terre, sans que le voleur s'y attende, et balaya violemment les jambes du voleur.

[Pas besoin d'ajouter le bâton de Nesego, Rayan lui rendra ensuite.
Rayan se bat contre le second voleur. Il tente de le balayer dans un sursaut de désespoir. Le voleur tombe-t-il à terre? Sinon comment réagit-il?
Rappel: Rayan est au sol.]
[ Eliz : le voleur est déséquilibré mais ne tombe pas au sol, tu gagne quleques secondes. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayan Eïdher
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age RP : 19 ans
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 22/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Ven 9 Mai - 20:22

POST N°15
Rayan Eïdher


La peur semblait donner des ailes au jeune prêtre. Ou plutôt plus d'adresse, dans ce cas précis. En effet, le coup de bâton frappe le voleur au tibia. L'homme fut déséquilibré, et faillit tomber à terre. Heureusement, des infractions de plus en plus nombreuses ces derniers temps avaient assuré son agilité, amélioré son équilibre. Il reprit vite une position convenable, les deux pieds sur le sol, stable. Il voulut se retourner, mais sentit un violent coup dans la nuque, et tout devint noir.

Rayan regarda le voleur s'écrouler au sol. Il avait profité du peu de temps que Polixis lui avait accordé pour assommer le voleur. Seulement l'assommer... Seulement...
Un peu choqué par ce qu'il venait de faire, le jeune prêtre tremblait de tous ses membres, mais c'était surtout le tremblement du bâton de Silenus le plus visible. Comme si les mains de Rayan n'assumaient pas ce qu'elles venaient de faire. Finalement, le clerc lâcha le bâton, et s'effondra au sol, en position assise, les yeux rivés sur l'homme qu'il venait de frapper. Ce n'était pas grand chose en soi, pourtant jamais le jeune prêtre n'avait eu à faire du mal volontairement à quelqu'un. Cette première expérience du combat était très amère et désagréable.

C'est...fini... dit-il simplement, pâle comme un linge, et la voix tremblante.

Autour de lui, Silenus et Zékina reprenaient peu à peu conscience. A présent que les deux voleurs étaient hors d'état de nuire, ils pouvaient tous deux prendre le temps de récupérer des efforts qu'ils avaient fournis. Silenus en particulier avait dû utiliser une grande partie de sa force spirituelle, devinait Rayan.

Il est... dit-il sans pouvoir terminer sa phrase.

Bien entendu, le simple coup de bâton n'avait fait qu'assommer le voleur, mais pour Rayan, tout était possible. Et si...s'il avait été plus fort qu'il ne l'avait souhaité, en frappant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silenus Nesego
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Age RP : 19 ans
Fiche perso : Ici
Date d'inscription : 27/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Dim 11 Mai - 2:30

Post n°8 : De la satisfaction du travail bien fait
<Silenus Nesego>

Enfin ! J'avais recouvré la vue juste à temps pour voir Rayan asséner un formidable coup sur la nuque du deuxième voleur, qui avait visiblement bien résisté au sort. Je vis le premier étalé par terre, inconscient, et Zékina non loin, qui reprenait ses esprits. Les choses ne s'étaient pas aussi bien passées que je l'espérai, mais nous nous en sortions quasi indemnes. Rayan avait l'air ailleurs. Cela se comprenait fort bien : il venait probablement d'user de la violence pour la première fois de sa vie. Légitime défense ou pas, juste cause ou non, lorsque vous êtes profondément pacifiste et que vous êtes contraints d'affronter la dure réalité avec autant de brutalité, dans tous les sens du terme, cela bouscule un peu vos principes. Pour ma part je ne me faisais pas d'illusions, je savais que tôt ou tard, je serais forcé d'user de la force, si je n'en avais pas eu besoin, on ne m'aurait pas appris tous ces sorts à l'Académie de Lettres.
Mais pour l'heure, le temps n'était pas aux réflexions de comptoir, il fallait se dépêcher de ligoter les gardes avant qu'ils ne reviennent à eux. Les yeux encore douloureux, je m'approchai du second corps, et tâtai le pouls. Il n'était que sonné, Rayan n'avait pas à s'inquiéter.
"- Il va bien, ne t'en fais pas.", déclarai-je pour rassurer mon compagnon.
C'est alors que je remarquai que, pour la première fois, je venais de tutoyer le jeune prêtre. J'avais l'impression que cet incident nous avait un peu rapproché. En tout cas c'était valable dans mon sens. J'aidais ensuite Zékina à se relever puis j'allumai une lanterne que je fixai au mur. Etant donné que depuis tout à l'heure nous nous battions dans la pénombre, avec pour seule lumière quelques réminiscences de mon sort et la douce lumière de la lune arpentant doucement les marches de l'escalier telle la blanche traînée d'une jeune mariée. Je commençai à traîner les corps vers un poteau au milieu de la cale. Nous ligotâmes ensuite les deux larrons avec une corde trouvée dans quelque coin de la pièce.
Je proposai à mes compagnons de dormir, en attendant le lever du jour et le réveil de nos agresseurs. Je resterais éveillé pour prévenir toute tentative d'évasion au cas où ces derniers seraient en assez bon état pour déjouer notre vigilance à leur retour du monde des rêves. Il n'aurait plus manqué que ne nous échappent nos prises après la avoir mises au panier. Mais les truites seraient bien gardées : je ne fermai pas l'œil de la nuit. Assis dans un coin, j'observais Zékina qui dormait paisiblement, quoique probablement d'un seul œil, allongée non loin du second jeune homme dans un recoin de la soute du navire. Au moins, j'étais content pour Niya, je l'avais laissée dans un autre coin de la pièce pendant toute la nuit, pour qu'elle ne souffre pas du remue-ménage et puisse se reposer en paix. Je craignais qu'elle ne geigne d'être ainsi abandonnée mais il n'en avait rien été. Désormais, elle somnolait lovée autour de mon cou, et je repensai aux événements de l'après-midi.
Après avoir harcelé le Capitaine du navire, nous avions farfouillé dans la cargaison et pu trouver des choses étonnantes. Comme je vous l'ai dit précédemment, cet après-midi là la chance était avec nous. Je cherchais un sérum de vérité, je trouvai une drogue d'apothicaire désihinibitrice et ce que Zékina avait, grâce à sa grande connaissance des plantes (autre facette de mon aimée que je découvris alors), identifié comme étant de la mandragore. Or, mélangez la plus volatile des drogues à la plus pratique des plantes, et la solution que vous inhaliez alors vous donnait l'irrépressible envie de raconter gaiement votre vie au premier venu, fut-il votre pire ennemi. L'inconvénient de ce sérum était que celui qui en subissait les effets avait une fâcheuse tendance, et à pouffer de rire sans raison apparente, et à diverger quelque peu de ses propos premiers.
Pendant que mes compagnons dormaient, j'en profitai pour faire respirer une bonne dose de la solution aux deux pilleurs. De sorte qu'ils en inhalent assez pour rester drogués jusqu'au zénith. Mais je ne savais pas vraiment si cela fonctionnerait, vu que je n'avais aucune intention de tester au préalable cette potion sur moi-même. D'où la raison de mon tour de garde, on ne sait jamais.
Lorsque, avec l'arrivée du jour, les deux loques commencèrent à remuer, je réveillai la jeune femme et le prêtre. En quelques secondes, les brumes du réveil s'étaient déjà évaporées au profit d'un esprit alerte. Quant à moi, j'étais très fatigué, mais je réfléchissais encore vite, avoir l'esprit clair était capital pour la suite des opérations. Mais il ne faisait aucun doute que si bagarre il devait y avoir, je ne serais qu'un poids lourd. Le premier voleur s'éveillait, et, s'agitant, réveillait aussi son acolyte au passage. Il regarda d'abord la corde qui l'attachait, puis, son camarade d'infortune, et ricanant bêtement, s'écria :
"- Hé ! Pierrot, pourquoi t'es attaché, c'est un jeu ? Ça a l'air marrant, huhuhuhinhin...".
Pas une seconde il n'avait pensé que lui-même était attaché et que peut-être il n'étaient pas seuls dans la pièce. La drogue faisait son office.
Je me penchai avec précaution devant lui et proclamai :
"- Dis-moi l'ami, pour qui travailles-tu donc ?"

[Enka : tu comptes toujours faire du charme au capitaine pour négocier la traversée :p ? C'était une bonne idée ^^.
MDJs : Que nous révèle notre interrogatoire auprès des voleurs que nous venont de neutraliser ?]

[S : Allez, ça va être à vous de le faire l'interrogatoire ^^ (Ce n'est pas par fainéantise mais seulement parce que je ne suis pas omniscient et donc je ne sais pas les questions que vous poserez) Bien sur, les bandits ne mentiront pas, mais rien ne dit qu'ils répondront à vos questions non plus. Comme ils ne sont pas très malins, ils peuvent toutefois laisser échapper des infos par mégarde.]
[Ok, merci. A toi Enka.]


Dernière édition par Nesego le Mar 20 Mai - 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iestanem.canalblog.com
Enkara

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 29
Age RP : A définir
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 23/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Dim 11 Mai - 18:26

Enkara
Post n°13



Heureusement pour eux tous, le jeune pretre avait su se debrouiller. Enkara avait encore la tete qui tournait,et sans qu'elle ne demande quoique ce soit, Silenus l'avait aidé a se lever. Elle aurait pu le faire seule,mais bon,trop tard, il l'aidée. Apres cela, les deux lascards furent ligotés. Silenus se proposa pour rester eveillé, et surveiller les deux zoives. Enkara ferma un oeil, laissant le second ouvert au cas ou. Au petit matin, reveillé par Silenus, elle decouvrait que le sérum de vérité fonctionnait probablement. L'Albinos commenca l'interrogatoire. Mais les deux hommes riaient aux éclats comme deux idiots bourrés. Enkara, adossée contre une paroi du bateau, commencait serieusement a perdre patience. Cependant, elle observait Silenus continuer. Au final,pas grand chose. Trop tard, elle s'emportait. Enkara poussa Silenus, et s'accroupit devant les deux hommes. Elle saisit la chevelure du premier d'une poigne ferme, et bascula sa tête en arrière, pour le regarder droit dans les yeux.

_Bon, ecoute moi bien maintenant, je te donne UNE SEULE chance de repondre a MES questions. Comprit? Alors, pour qui travailles tu? Pourquoi? ou est il? Vous etes combien? Qu'avez vous volé d'autre...

Trop de question d'un coup, et l'homme se mit a rire fortement. Elle reprit plus lentement, et d'un ton moins tranchant.


_Je vois, alors? Pour qui travailles tu?

_Euh... je sais pas...oupeut etre que si.... repondit celui ci.

_Et Pierrot, elle a l'air mechante, mais si on lui dit, Gérard sera en colére....

_Ok, merci. Et vous vouliez faire quoi avec tout ca?

_Chut Pierrot! Dit rien!

_Rhoo c'est bon Marcel, je dis rien. Je sais que personne ne doit savoir qu'on revend tout ca, sinon, Gerard pas content.

_Ah ouai. Mais....Zut, tu lui a dit! AHAHAHAHH

_PFFfouahahah, rhooo je suis béte alors...Et toi ma jolie, dit rien sinon Gérard va crier! ok?

Enkara ne put s'empécher de lui coller une main au visage avant de se relever brutalement.


_Ils sont compétement fou, ils servent a rien. On sait le principal, je m'en vais voir le Capitaine pour marchander le cout du voyage....

HRPG: J'ai pas le temps de finir, alors soit vous continuez en disant que vous me voyez discuter bizarre avec le type, soit ben.... bref, voila quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayan Eïdher
Désigné volontaire
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age RP : 19 ans
Fiche perso : (Non défini)
Date d'inscription : 22/04/2008

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Lun 12 Mai - 21:39

POST N°16
Rayan Eïdher



Rayan attendit, les yeux toujours rivés sur l'homme inconscient, que Silenus prenne son pouls, et annonce soudain son prognostic: le voleur était vivant. A ce moment seulement le prêtre accepta de détourner les yeux, écoeuré par ce qu'il venait de faire. Il sentait beaucoup d'émotions à la fois, dont plusieurs très paradoxales. Il ne pouvait cacher qu'un petit sentiment de fierté était caché entre la honte et la culpabilité. Il venait de prouver que, avec un peu d'audace, il était parfaitement capable de se défendre seul. En même temps, il avait montré sa faiblesse mentale lors d'un combat: ses nerfs avaient failli lâcher pour un simple coup de bâton. Pourrait-il réellement tenir, le jour où une créature assoiffée de sang se jetterait sur lui en Amresia? Son calme et sa sagesse de prêtre apparentes en temps normale laisseraient-elles réellement leur place à la panique et la faiblesse en temps de guerre?

Ce soir là, Rayan dormit très mal. Même ses prières nocturnes ne parvenaient pas à calmer son mal-être. Contrairement à Zékina, il ne chercha pas à rester éveillé, laissant ce soin à sa protectrice, ce malgré la culpabilité de la laisser faire tout le travail. Quant à Silenus, le jeune prêtre ne pensa même pas qu'il pouvait faire autre chose que dormir, ou réciter des formules impies.

Le lendemain, même le ligotage des deux voleurs ne fit pas cesser à Rayan sa cruelle remise en question. Ce fut finalement Silenus qui le fit émerger. Celui-ci semblait préparer une sorte de sérum. Si le jeune prêtre savait quelques petites choses en herboristerie et alchimie, ses connaissances se limitaient aux antidotes et baumes de soins. Il fut presque choqué en constatant l'effet qu'eut la drogue sur les malandrins. Ceux-ci avaient perdu toute retenue, et riaient bruyamment en racontant des salades.

Mais qu'est-ce que vous leur avez fait?! demanda Rayan, scandalisé, à l'albinos magicien.

Contrairement à ce que pensait Silenus, la désagréable expérience que venait de vivre le prêtre de Polixis n'avait fait qu'accentuer ses réserves face à la magie chronique de l'albinos. Il l'avait vu à l'oeuvre. Il l'avait vu utiliser les forces magiques comme si de rien n'était. L'éducation religieuse de Rayan le forçait à trouver cela "mal". Pire, c'était un blasphème. Et à cette rage d'impuissance devant ces preuves d'hérésie répétées, se mêlait un sentiment de culpabilité, car c'était finalement Silenus qui les avait sauvés, Zékina et lui, même si la prestation de l'aventurière n'était pas non plus à prendre à la légère. Ces sentiments si partagés ne faisaient que renforcer le doute et l'incompréhension qui faisaient les seuls sentiments éprouvés par Rayan à l'égard du magicien.

Mais la drogue se révéla finalement bien pratique: bien vite, les trois compagnons apprirent tout ce qu'il leur fallait savoir. Zékina se proposa pour aller discuter avec le marin qui avait enrôlé Rayan de force, tandis que le prêtre s'en alla avertir la garde de la ville de la prise des deux sbires brigands. Cette décision, il l'avait prise autant parce qu'il ne voulait pas rester sans rien faire que parce qu'il ne se sentait pas prêt à rester seul avec Silenus. Il n'avait pas confiance.

Tout finit bien: les voleurs furent gentiment escortés, toujours hilares, jusqu'à la prison de la ville, et le marin accepta, ayant cédé à des arguments mystérieux pour Rayan, de remplacer la récompense initial contre une réduction de moitié sur le prix du voyage pour Amresia. Ainsi, pour les trois voyageurs, le trajet en bateau ne coûterait que quinze pièces d'or, contre trente initialement. Le prêtre ne put s'empêcher de remarquer que Silenus avait l'air très bizarre, après que Zékina ait "discuté" avec le marin. Il ne saurait jamais ce qui s'était vraiment passé.

Bon, dit-il finalement lorsque tout fut retourné au calme, et que les trois compagnons se retrouvèrent sur le quai. Le prochain bateau pour Amresia part demain. On a donc quartier libre pour l'instant.

L'air songeur, Rayan laissa sa phrase en suspens, le temps de porter un regard lumineux vers la ville qui s'étendait à leur côté.

J'ai bien envie de visiter la ville. C'est la première fois que j'en voie une vraie, je ne dois pas perdre cette occasion! Après Hautesylve et Tristerive, il me tarde de connaître autre chose que des petits villages!

L'air joyeux du jeune prêtre, son livre de prière toujours entre les mains, faisait plaisir à voir. Le choc passé, la douleur infligée au voleur avait été oubliée, et Rayan avait repris son caractère habituel.

Je ne sais pas trop ce que vous avez l'intention de faire? Zékina? Silenus?

Post suivant: Blanche est la vérité et rouge sont ses yeux... (Quais de Port-Pergas)

[HRP de Nesego : Chers MDJs, auriez-vous s'il vous sied l'obligeance de nous remettre à Rayan, Enkara et moi-même notre récompense pour l'accomplissement de la quête, en diminuant la par d'or de 15pièces. Un grand merci à celui ou celel qui le fera et à Saega pour les indications sur le déroulement !
Quant à Calogridis, la quête achevée, tu es désormais libre de nous rejoindre, je vais organiser une petite rencontre si tu es d'accord.]


Dernière édition par Rayan Eïdher le Sam 24 Mai - 21:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDJ (Leelou Lovara)
Maitre du Jeu
avatar

Nombre de messages : 2275
Age : 28
Age RP : Immortel
Fiche perso : Est-ce que Chuck Norris en a une ?
Date d'inscription : 16/11/2007

Inventaire
Troupes:
Equipement:
Attaques personnelles:

MessageSujet: Re: Port   Mar 13 Mai - 16:35

[Voici la récompense : Bas morceaux de viandes x 2, Fil d'or x 1, Champignons de Port-Pegas x 5, Tôme x 1 et 15 Or. (J'ai déjà enlevé les 15 écus ^^). Seulement, je donne quoi à qui ? xD]

Edit Brise : Pour vous partager les récompenses ouvrez un post partie parlons-en ou bien communiquez via chatbox ou MP ! Pas de HRP seul ! Postez le HRP dans votre prochain post rp !

_________________
MDJ (Leelou Lovara), [MDJ's punisher], ~MDJ Sadique~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Port   

Revenir en haut Aller en bas
 
Port
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Port du scramasax
» La bataille du Grand-Port...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gloire et Honneur - Archive :: La version 1 :: Le vaste Monde de Gloire et Honneur :: Norgod :: Port-Pergas :: Les Quais-
Sauter vers: